Multiactif

Composer avec l’incertitude et la volatilité à court terme

Après une dégringolade spectaculaire au premier trimestre causée par la peur liée à la COVID-19, les cours des actifs reflètent un recul marqué de l’activité économique mondiale et des bénéfices.
Avril 2020

Le courage, c’est la résistance à la peur, la maîtrise de la peur, et non l’absence de peur

Mark Twain

Après une dégringolade spectaculaire au premier trimestre causée par la peur liée à la COVID-19, les cours des actifs reflètent un recul marqué de l’activité économique mondiale et des bénéfices. Le rebond de la fin mars a contribué à limiter la débâcle, mais il faudra plus que des mesures budgétaires et monétaires, déjà d’une rare intensité, pour réellement redonner confiance aux investisseurs et alimenter une remontée soutenue. Nous devons voir la lumière au bout du tunnel de la COVID-19 et de l’économie.

Même s’il semble que nous serons en mode confinement au moins jusqu’en mai et que la propagation du virus n’a pas encore atteint son sommet, les actifs se négocient au-dessus de leurs creux de mars. Même les données concernant le nombre de nouveaux chômeurs aux États-Unis des deux dernières semaines (graphique 1), qui ont contredit les attentes des économistes, n’ont pas effrayé les investisseurs. Nous considérons cela comme une preuve que la débâcle économique en cours se reflète en grande partie dans les cours des actions.

Graphique 1 : Le nombre de chômeurs américains (en milliers) explose en raison de la paralysie économique

Graphique 1 : Le nombre de chômeurs américains (en milliers) explose en raison de la paralysie économique

Source : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs.

L’assouplissement quantitatif des banques centrales redonne de la valeur aux titres à revenu fixe

La distanciation sociale pour contrer la COVID-19 engendre un coût économique massif, et les gouvernements se tourneront vers les marchés obligataires pour financer les plans de relance alors que les recettes fiscales s’effondrent. Une telle augmentation des émissions d’obligations ferait normalement grimper les taux de rendement, comme cela a été le cas à la mi-mars (graphique 2), mais nous pensons que les achats des banques centrales contribueront à maintenir les taux des obligations à 10 ans à la baisse cette année, ce qui profitera aux solutions équilibrées fortement axées sur les titres à revenu fixe.

Graphique 2 : Taux de rendement des obligations d’État à 10 ans en course vers le zéro

Taux de rendement des obligations d’État à 10 ans en course vers le zéro

Source : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs.

Prix du pétrole : Vladimir Poutine et Mohammed bin Salman ont-ils subi suffisamment de dommages?

Un gazouillis du président des États-Unis permettant d’espérer des réductions de la production de pétrole de l’OPEP+ a déclenché une hausse de 20 % des prix du pétrole; toutefois, même une réduction de 10 à 15 millions de barils par jour n’aurait aucun effet sur l’offre mondiale de pétrole largement excédentaire, car l’effondrement de la demande provoquée par la COVID-19 correspond probablement plus à 30 millions de barils par jour. Comme la plupart des prix des actifs, les titres pétroliers et énergétiques semblent bon marché, mais étant donné que les stocks de pétrole à l’échelle mondiale devraient être au maximum de leur capacité d’ici quelques mois, le secteur de l’énergie pourrait continuer de tirer de l’arrière par rapport à l’ensemble du marché, et ce, même si l’activité économique reprend cet été.

Le huard reste faible

Les devises ont connu de fortes hausses depuis que les marchés mondiaux sont aux prises avec des problèmes liés à la COVID-19. Comme nous étions pessimistes à l’égard du huard avant l’arrivée de la COVID-19, nos positions en devises n’étaient pas couvertes, ce qui a contribué à amortir la vente massive d’actions. La devise se situant à 0,70 $ ou moins, il pourrait être tentant de commencer à se prémunir contre un rebond du dollar canadien, mais comme nous pensons que l’extrême faiblesse des prix du pétrole persistera au-delà de l’épidémie de COVID-19, il est plus prudent de ne pas couvrir le risque de change pendant encore quelques mois. À long terme, cependant, nous pensons que le huard devrait remonter jusqu’à environ 0,75 $.

Piloter pendant la tempête

Ce n’est pas le moment de vendre des actions ou de prendre des décisions audacieuses et de se précipiter pour acheter des actions, car on croit que le marché semble tirer de l’arrière. Le processus de reprise sera plus lent que la chute, mais l’économie et les actions reprendront leur tendance haussière. Peut-être pas la semaine prochaine, mais plus tard cette année.

Pour les investisseurs qui ont des liquidités à investir, les fortes baisses des actions, comme celles que nous venons de vivre, sont rares et offrent d’excellentes occasions d’investir progressivement dans des actions et de moyenner à la hausse sur le marché. Il s’agit de notre propre plan de match pour nos solutions gérées. Cette tempête n’est que de passage, et les vents favorables à la sortie de cette crise de la santé seront considérables.

Divulgations

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent article est fourni à titre informatif seulement. L’information contenue dans le présent document ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria