CA-FR Conseillers
CA-FR Conseillers

Recherche de valeur : le retour d’un optimisme prudent

Les données macroéconomiques racontent deux histoires différentes : l’une sur la faiblesse du chômage et la solidité des bénéfices, et l’autre sur l’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt.
1648771200
avril 2022
Luke Casey

Luke Casey

Produits, Pyrford International

Les données macroéconomiques racontent deux histoires différentes : l’une sur la faiblesse du chômage et la solidité des bénéfices, et l’autre sur l’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt. Luke Casey, de Pyrford International, offre un aperçu privilégié du facteur de placement qui fait un retour inattendu : la valeur.

Une remontée des stratégies axées sur la valeur

Les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les conflits géopolitiques et les politiques mises en place par les banques centrales en réponse à la COVID-19 – tous ces facteurs ont contribué à créer un marché volatil au cours des dernières années, lequel a poussé les investisseurs institutionnels à se ruer vers des zones de croissance en raison de la fragilité du marché. Nous avons vu des ascensions impressionnantes de la part des sociétés qui ont profité des confinements et d’autres secteurs de croissance spéculative. Bien qu’une ruée vers la croissance puisse être naturelle, cette course unique vers les actions axées sur la croissance a fait en sorte que de nombreux investisseurs sont passés à côté d’une tendance de placement clé : le retour de la valeur.

Alors que le monde accepte à contrecœur de vivre avec la COVID-19, les économies sont plus ou moins rouvertes. Les prévisions actuelles sont en train de se réaligner sur les prévisions antérieures à la pandémie, et les données fondamentales regagnent l’attention. Ce contexte crée un environnement très favorable pour les portefeuilles axés sur la valeur, qui sont conçus pour engranger des bénéfices stables année après année et tirer parti des actions qui ont été acquises dans un marché sous-évalué.

Songez au contraste par rapport aux portefeuilles de croissance. Bien qu’ils continuent de faire les manchettes et qu’ils fassent parfois état d’une flambée étonnante du cours des actions et des revenus, le coût de ces actifs atteint des niveaux exorbitants. Autrement dit, vous payez une prime importante pour les bénéfices projetés à un moment où les taux d’intérêt sont à la hausse – une tendance qui a une incidence disproportionnée sur les actifs de croissance.

Qui plus est, on sait que ces stratégies comportent un niveau élevé de risque et de volatilité. À cela s’ajoute l’imprévisibilité d’un marché encore assombri par des effets inflationnistes incertains – et la guerre en cours en Ukraine – et il n’est pas étonnant que les investisseurs soucieux du risque recherchent des actifs mieux conçus pour résister à la volatilité actuelle. Nous sommes d’avis que les placements axés sur la valeur offrent la solution idéale pour relever les défis actuels, ainsi qu’une participation aux hausses dans une économie entièrement rétablie après la pandémie.

Éviter les pièges liés au ratio C/B

En général, les ratios cours-bénéfice (C/B) ont peut-être moins d’influence sur les investisseurs, en raison d’une tendance à long terme vers des ratios C/B plus élevés pour l’indice S&P 500.

Il est maintenant plus ou moins courant pour les investisseurs de croire qu’ils doivent tolérer des ratios C/B élevés pour obtenir une croissance décente des bénéfices. En tant qu’investisseurs axés sur la valeur, nous ne sommes pas d’accord – nous ne croyons tout simplement pas à la croissance à n’importe quel prix, préférant plutôt rechercher des sociétés de qualité qui ont suffisamment reculé pour que leur cours boursier soit attrayant.

Ratio C/B réel sur 10 ans de l’indice S&P 500

Graph moyenne historique

Compte tenu de la réouverture des économies et du rééquilibrage du marché (du moins en ce qui concerne les mesures de confinement et les restrictions communes à l’époque de la pandémie), vous êtes plus en mesure d’acheter des actions dont la valeur est raisonnable – c’est-à-dire des actions qui se négocient à des ratios C/B et à des rendements en dividendes raisonnables – parce que la croissance économique est, dans l’ensemble, plus vigoureuse.

Cette croissance économique plus vigoureuse sera naturellement une bénédiction pour un plus grand nombre de secteurs, ce qui se traduira par un potentiel plus élevé d’amélioration de la croissance des bénéfices dans un plus large éventail d’actifs. En rétrospective, ce contexte contraste avec la mentalité de pandémie, où certains investisseurs estimaient qu’il fallait chercher des actifs spéculatifs dans des secteurs ou sous-secteurs de créneau, et que ces actifs devaient dominer leur créneau afin d’assurer une croissance suffisante des bénéfices

Bien que tous les placements doivent respecter des critères de qualité stricts, tous les actifs de grande qualité dans le monde ne répondent pas à nos normes d’évaluation rigoureuses

Le fin mot de l’histoire : les stratégies axées sur la valeur de BMO

Au sein du Fonds valeur internationale BMO, nous privilégions les actions de qualité qui présentent une capitalisation de la valeur et des rendements stables grâce à des dividendes et à une croissance du cours de l’action. Bien que tous nos placements doivent respecter des critères de qualité stricts, tous les actifs de grande qualité dans le monde ne répondent pas à nos normes d’évaluation rigoureuses. Prenons les titres technologiques de qualité en Europe : certains sont devenus plus attrayants pour nous au cours des derniers mois, mais ils sont restés trop surévalués pour être inclus dans notre portefeuille. Au lieu de cela, nous avons opté pour la patience – effectuant un rééquilibrage en fonction de l’évolution du marché européen, mais laissant en fin de compte notre portefeuille largement intact en ce qui concerne les nouvelles positions. Notre participation par pays la plus récente constitue des actifs indonésiens en raison du repli de la devise, laquelle a atteint un niveau plus raisonnablement évalué en 2020.

D’autres actifs sont devenus plus attrayants et moins chers au cours des dernières années, surtout parmi plusieurs banques européennes. Mais leur faible valeur a été contrebalancée par la qualité de leurs bénéfices. Ces banques avaient besoin de courbes de taux plus accentuées pour accroître leur rentabilité. Les taux à court terme augmentent à un rythme beaucoup plus rapide que les taux à long terme, ce qui signifie que la courbe des taux va à leur encontre.

Nous privilégions les placements de qualité réelle, ceux qui sont positionnés de manière à profiter à long terme dans le contexte de la reprise économique et du rétablissement de la vigueur. Qui plus est, notre préférence pour les actifs de qualité dotés de solides positions sectorielles a permis à notre portefeuille d’être mieux protégé en cas d’inflation prolongée, de nombreux titres ayant déjà démontré une capacité de transférer les hausses de coûts.

Bien que certains investisseurs soient à la recherche de cas de redressement attrayants, il est important de se rappeler un fait essentiel : il y a une raison pour laquelle ces sociétés ont perdu du terrain en premier lieu.

Bien que beaucoup aient supposé que l’inflation était temporaire, la réalité est que beaucoup d’économistes et d’investisseurs se préoccupent toujours de l’inflation. De plus, la poursuite des pressions exercées par la guerre en Ukraine pourrait accélérer la croissance des prix au cours des prochains trimestres, voire plus longtemps.

En tant que chefs de file du marché, bon nombre des sociétés de notre portefeuille disposent du pouvoir de fixation des prix pour compenser les pressions inflationnistes, ce qui les rend plus durables dans un contexte économique difficile. Bien que des pressions s’exercent sur les marges à court terme, ces titres durables de grande qualité seront mieux positionnés à long terme pour s’adapter à un contexte inflationniste. Il convient également de noter que les grands secteurs, comme les télécommunications, ont généralement été moins touchés par l’inflation, ce qui en fait de bons secteurs à surpondérer dans notre portefeuille.

Pourquoi la capitalisation est-elle importante?

Au cours des derniers mois, le marché a vu certaines sociétés des secteurs des technologies, du transport et de la santé passer de « largement surévaluées » à « simplement surévaluées ». Cependant, nous demeurons prudents. Bien que certains investisseurs soient à la recherche de cas de redressement attrayants, il est important de se rappeler un fait essentiel : il y a une raison pour laquelle ces sociétés ont perdu du terrain en premier lieu. Nos préférences en matière de valeur et de qualité nous permettent d’éviter ces sélections potentiellement volatiles en faveur de titres de croissance plus durables.

Le marché des premiers appels publics à l’épargne (PAPE), qui a connu un essor ces dernières années en raison de la création de sociétés d’acquisition à vocation spéciale (SAVS), est un autre domaine qui intéresse les investisseurs à la recherche de valeur fondamentale. Ces instruments hautement spéculatifs permettent aux sociétés d’entrer en bourse sans se conformer aux normes en matière de rapports réglementaires exigées dans le cadre d’un PAPE traditionnel. Selon notre expérience, ils ne sont pas très représentatifs de la valeur à long terme, ni même de la qualité.

Nous avons vu ces types d’actifs spéculatifs monter en flèche et s’effondrer. Parfois, ils rebondissent, parfois ils demeurent faibles, et, d’autres fois, le cycle se répète. Mais en mettant l’accent sur la valeur, la qualité et les données fondamentales, nous sommes en mesure de tirer parti de l’« anomalie de la faible volatilité » pour réaliser des gains capitalisés année après année, peu importe le marché. À maintes reprises, les recherches ont démontré qu’il est presque impossible de prévoir les marchés avec exactitude. Donc, si vous avez des capitaux qui ont besoin de protection, mais que vous voulez aussi les faire croître, sachez que les placements à faible volatilité offrent un placement de base puissant, surtout dans un contexte macroéconomique caractérisé par un risque géopolitique et une inflation nettement plus élevés.

A propos de l'auteur

Luke Casey, Produits, Pyrford International

Luke s’est joint à Pyrford en juillet 2015 à titre de spécialiste – Produits. Auparavant, il avait passé plusieurs années dans un poste semblable chez T. Rowe Price et couvert les stratégies liées aux marchés émergents et à la région Asie Pacifique à T Rowe Price. Il avait été affecté antérieurement aux stratégies de titres à revenu fixe chez Goldman Sachs Asset Management.

Titulaire d’un baccalauréat en gestion et en finance de l’université de Brighton, Luke Casey a obtenu le titre d’analyste financier agréé (CFA) et celui de la Chartered Alternative Investment Association.

Avis

Ne pas diffuser à l’extérieur du Canada.

Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent.

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils juridiques, fiscaux ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Le rendement passé ne garantit pas le rendement futur.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de souscription, de commissions de suivi, de frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire l’aperçu du fonds ou le prospectus du fonds avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

Les fonds d’investissement BMO sont offerts par BMO Investissements Inc., un cabinet de services financiers et une entité distincte de la Banque de Montréal.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements Inc.

Pyrford International Limited est un fournisseur de services de gestion de placement mondiaux. Il offre des services à des clients comme des régimes de retraite, des autorités locales et municipales, des personnes morales, des programmes de placement collectif réglementés et non réglementés (fonds enregistrés et fonds privés). Sa philosophie de placement repose sur une méthode axée sur la qualité et la valeur ajoutée et le rendement absolu qui permet de dénicher des sociétés évaluées avec justesse ou sous-évaluées par rapport à leur potentiel de croissance des bénéfices à long terme. Il s’agit d’une filiale en propriété exclusive de Columbia Threadneedle Investments UK International Limited, dont la société mère directe est Ameriprise Inc., une société constituée aux États-Unis. Avant le 8 novembre 2021, Pyrford International Limited était une filiale indirecte en propriété exclusive de la Banque de Montréal, la société mère de BMO Investissements Inc.

MC/MD Marque de commerce / marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.