Portefeuilles de FNB

Stratégies boursières des portefeuilles de FNB BMO - Miser sur une défense avisée (Premier trimestre)

Le présent numéro décrit les stratégies et tactiques de gestion de portefeuille fondées sur différents fonds négociés en bourse BMO (FNB BMO), que nous avons mises en œuvre au premier trimestre.
March 2019

Alfred Lee

Directeur général et directeur de portefeuille - Fonds négociés en bourse

Lire la biographie

Le présent numéro décrit les stratégies et tactiques de gestion de portefeuille fondées sur différents fonds négociés en bourse BMO (FNB BMO), que nous avons mises en œuvre au premier trimestre. Les principaux changements d’ordre stratégique sont indiqués dans le corps du rapport ainsi que dans les perspectives trimestrielles présentées à la page 6.

 

  • La volatilité est revenue en force au quatrième trimestre de 2018 en dépit de la solidité relative des données sur l’économie américaine. L’économie des États-Unis continue d’être robuste, comme en témoigne la création impressionnante de 312 000 emplois en décembre, mais les marchés ont été plus préoccupés par les récentes révisions à la baisse des projections de croissance mondiale et l’attention grandissante suscitée par le risque événementiel, qui a grandement nui aux cours boursiers.
  • Les principaux enjeux restent les mêmes : l’incidence potentielle d’une guerre commerciale sino-américaine et les inquiétudes continues liées au Brexit. À notre avis, la sensibilité à ces enjeux et leur impact sur les marchés se sont intensifiés, compte tenu du fait que dix ans ont passé depuis la Grande Récession. Certains investisseurs profiteront vraisemblablement de la remontée des rendements pour réduire leur exposition aux thèmes à bêta plus élevé, vu l’avancement du cycle économique, plutôt que d’attendre que les incertitudes macroéconomiques se résorbent.
  • Les valorisations boursières, en particulier aux États-Unis, commencent à être attrayantes en raison de la dégringolade des actifs risqués au quatrième trimestre. Entre octobre et décembre, l’indice composé S&P 500 (« SPX ») et la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles (« DJIA ») ont cédé 13,5 % et 11,3 % respectivement, en monnaie locale, ce qui s’est traduit par des ratios cours/bénéfice (C/B) prévisionnels de 14,7 et 13,9 respectivement. Ce retour tendanciel à des ratios C/B plus favorables est annonciateur d’une augmentation potentielle des multiples boursiers, même si les bénéfices des sociétés s’essoufflent, ce à quoi de nombreux investisseurs s’attendent.
  • Dans ce contexte de volatilité accrue, nous craignons que les investisseurs n’appréhendent à l’avenir la prise de risques. Il est probable que la turbulence sera moins forte et que la solidité des données fondamentales captera de nouveau l’attention d’ici à la fin du premier trimestre, mais la prudence est de mise lorsque la nervosité s’empare des marchés, qui s’interrogent sur le potentiel de durée d’un cycle haussier en phase avancée. Nous accordons donc la préférence aux volets de croissance défensive des portefeuilles.
  • La révision récente des taux des obligations du Trésor américain reflète peut-être une attitude exagérément accommodante à l’égard des taux d’intérêt (graphique B). Les attentes générales en matière de politique monétaire – qui étaient beaucoup trop ambitieuses à la fin de l’été dernier – basculent maintenant vers l’autre extrême. Les contrats à terme sur taux d’intérêt indiquent actuellement une probabilité de 17,8 % seulement que la Réserve fédérale des États-Unis (« Réserve fédérale ») relève ses taux cette année, soit un rythme d’augmentation des taux plus lent que prévu, ce qui est positif à brève échéance pour les actifs risqués.
  • Les écarts de taux entre les obligations américaines à rendement élevé et les obligations du Trésor américain se sont élargis, passant à 440 points de base (pb). Dans le passé, ces écarts se sont resserrés jusqu’au niveau de 290 pb, ce qui représente approximativement le niveau enregistré il y a un an. Cet écart démesuré laisse entrevoir des possibilités qu’il se contracte à brève échéance, au fur et à mesure que la volatilité des marchés se dissipera et que les écarts de taux reviendront à la moyenne. À plus long terme, cependant, nous préférons les titres à revenu fixe de grande qualité (et les titres assimilables aux titres à revenu fixe) aux obligations de qualité inférieure, plus spéculatives.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils en placement ou en fiscalité et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Les investisseurs ne peuvent pas investir directement dans un indice.

Les FNB BMO sont gérés et administrés par BMO Gestion d’actifs inc., une société de gestion de fonds d’investissement et de gestion de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

Les placements dans des fonds négociés en bourse peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et d’autres frais. Les taux de rendement indiqués sont les taux de rendement composés annuels historiques globaux et tiennent compte de l’évolution du prix des parts et du réinvestissement de tous les montants distribués, mais non des commissions ni de l’impôt payables par le porteur de parts, lesquels auraient réduit le rendement. Veuillez consulter l’aperçu du FNB ou le prospectus avant d’investir. Les fonds négociés en bourse ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

MD « BMO (le médaillon contenant le M souligné) » est une marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria