Style

CI : En bonne position pour générer de bons résultats

Iain Munro, chef, Capital-investissement, BMO Gestion mondiale d’actifs, Amérique du Nord, nous fait part de son point de vue sur les occasions intéressantes qui s’offrent actuellement aux investisseurs en capital-investissement – et sur la façon de les saisir au moyen d’une stratégie multidimensionnelle à faible risque qui procure des rendements exceptionnels.
Janvier 2021

Iain Munro

directeur général - Capital-investissement

Lire la biographie

Iain Munro, chef, Capital-investissement, BMO Gestion mondiale d’actifs, Amérique du Nord, nous fait part de son point de vue sur les occasions intéressantes qui s’offrent actuellement aux investisseurs en capital-investissement – et sur la façon de les saisir au moyen d’une stratégie multidimensionnelle à faible risque qui procure des rendements exceptionnels.

La valeur dépend de l’année de création

La pandémie a interrompu les fusions et acquisitions en mars dernier, mais les activités de capital-investissement (CI) reprennent dans un contexte où le secteur s’adapte à l’évolution des conditions et trouve de la valeur malgré l’incertitude économique. Les sociétés de capital-investissement devraient avoir réalisé un nombre record de transactions en 2020. À la mi-novembre, les investisseurs avaient annoncé près de 4 100 transactions, soit une hausse de 5 % par rapport à l’ensemble de 20191. Depuis, les perspectives à long terme se sont améliorées, grâce à la promesse de vaccins et à une plus grande certitude sur la scène politique américaine.

Force est de constater qu’il y a encore beaucoup de sociétés aux données fondamentales solides et au bilan stable qui sont bien placées pour connaître une bonne croissance une fois que le vaccin aura été distribué à grande échelle. Compte tenu de l’horizon de placement à long terme du capital-investissement et de l’accès au capital institutionnel immobilisé, un fonds créé en 2021 est bien positionné pour tirer parti de la reprise économique et produire des rendements corrigés du risque robustes, un peu comme les fonds établis au cours des années qui ont suivi la crise financière mondiale et qui dégagent une surperformance. Le rendement médian d’un fonds créé en 2006 était de 8,1 %, comparativement à 13,9 % pour des fonds comparables lancés en 20092. De plus, les sociétés de capital-investissement sont mieux préparées qu’elles ne l’étaient il y a dix ans, grâce à plus de 1 400 G$ US de capital déployable (ratio C/B) dans les portefeuilles existants et pour l’acquisition de nouveaux actifs2

Les meilleurs rendements du capital-investissement

Les meilleurs rendements du capital-investissement

Sources : Pitchbook, Dealogic.

Marché intermédiaire canadien : un point névralgique

Un nombre croissant de cibles pour le CI se profilent également à l’horizon, en particulier sur le marché intermédiaire canadien. Un transfert de patrimoine sans précédent est prévu au sein des sociétés fermées en raison de l’âge des propriétaires et du stade qu’ils ont atteint, ce qui signifie que bon nombre d’entre eux chercheront à générer des liquidités dans un proche avenir. Selon un récent rapport de PwC, plus de 816 000 entreprises privées et familiales canadiennes changeront de chef de la direction ou de propriétaire dans un avenir rapproché. En outre, 70 % des propriétaires de sociétés privées au Canada prévoient de vendre leur entreprise ou la céder au cours des prochaines années3.

Ce segment représente environ les deux tiers du PIB canadien de 1 200 milliards de dollars, ce qui crée une dynamique extrêmement attrayante pour les institutions qui cherchent à investir dans le secteur4. Au bout du compte, le premier capital institutionnel injecté dans ces entreprises pourrait favoriser une amélioration importante, une stabilité et une continuité en période difficile, en plus de permettre la mise en place de pratiques exemplaires, d’améliorer les équipes de direction et de fournir des fonds supplémentaires pour mettre en œuvre des initiatives de croissance. Par conséquent, on s’attend à ce que les appels de capitaux augmentent cette année, puisque les gestionnaires voudront tirer parti des occasions favorables, à mesure que des entreprises sont mises en vente.

Que les sociétés en commandite en prennent bonne note

Cela dit, il ne fait aucun doute que la COVID-19 est à l’origine d’une série de changements pour le secteur du capital-investissement dans son ensemble, qu’il s’agisse des changements possiblement permanents dans les modèles d’affaires, les valorisations élevées ou l’adoption d’un processus de diligence raisonnable reposant sur la technologie. Les entreprises du monde entier ont dû s’adapter.

Comme toujours, les investisseurs institutionnels doivent bien comprendre la stratégie de placement du commandité de même que les types de placement et les secteurs dans lesquels il compte investir, particulièrement parce que de nombreux gestionnaires ont adopté des positions défensives en se recentrant sur des secteurs plus résilients et non cycliques. Une autre question importante – surtout en ce moment où les taux d’intérêt sont incroyablement bas – consiste à évaluer l’utilisation qu’un commandité a fait de l’effet de levier et de la croissance interne pour stimuler les rendements par le passé. À BMO Gestion mondiale d’actifs, une partie importante de notre processus de diligence raisonnable consiste à examiner les antécédents du commandité pour comprendre où – placement par placement – il a créé de la valeur, et à déterminer si ce commandité souhaite augmenter le ratio d’endettement de son portefeuille dans le contexte actuel.

Dans l’ensemble de notre gamme de stratégies de capital-investissement, nous privilégions les commandités qui ont eu recours aux meilleures pratiques opérationnelles pour stimuler la croissance et accroître les bénéfices, plutôt que ceux qui font appel à une ingénierie financière (bien que cette dernière génère un rendement, elle ne rend pas une entreprise à même d’obtenir une réalisation attrayante et elle augmente les risques). Notre approche vise réellement à aider les entreprises à devenir plus résilientes afin qu’elles puissent embaucher des employés et améliorer leurs bénéfices. Cependant, les gestionnaires de capital-investissement du marché intermédiaire canadien ont été plus prudents dans leur utilisation du levier financier que ceux des États-Unis (et les banques canadiennes ont utilisé leurs propres lignes directrices strictes pour régir les niveaux d’endettement), ce qui nous a avantagés, car ils ont mieux positionné les sociétés pour traverser la tempête.

Les discussions récentes dans le secteur ont également mis l’accent sur la façon dont les gestionnaires de capital-investissement peuvent exercer une diligence raisonnable exhaustive sans pouvoir compter sur les déplacements ou les interactions en personne. Par le passé, les rencontres avec les équipes de direction ont joué un rôle énorme dans l’établissement de relations et la capacité des commandités à évaluer la solidité des activités des sociétés de portefeuille. Néanmoins, les perturbateurs du secteur se sont ajustés grâce à l’utilisation des technologies – en offrant une plateforme pour des visites interactives – et des réunions extérieures ou des « réunions à la marche ». Bon nombre de gestionnaires collaborent également avec des conseillers pour améliorer leur diligence raisonnable en amorçant le processus plus tôt et en simulant des scénarios de baisse robustes, notamment des ralentissements économiques prolongés et l’accroissement de la part de marché à mesure que d’autres concurrents s’affaiblissent.

En tant que société en commandite, il est important d’aborder la question et de s’informer des répercussions sur leur processus. Selon les entretiens de notre équipe, bon nombre des commandités dans lesquels nous investissons ont vu, en réalité, une amélioration de la productivité depuis le début de la pandémie. Comme ils ne passent pratiquement pas de temps en déplacement, les professionnels en placement sont devenus plus efficaces dans l’évaluation des occasions et la sélection des plus prometteuses.

Le CI à BMO Gestion mondiale d’actifs : une valeur et une diversification accrues

Pour déterminer le bon gestionnaire de capital-investissement qui maximisera ces occasions, il est essentiel d’examiner d’abord le profil de risque et de rendement correspondant. Par exemple, le BMO First Canadian Capital Partners LP, le plus récent fonds de Capital-investissement, BMO Gestion mondiale d’actifs, offre aux institutions canadiennes qui ont peu de placements ou qui n’ont aucun placement dans cette catégorie d’actif la possibilité d’obtenir une exposition diversifiée au moyen d’un placement minimal relativement faible, ce qui atténue les risques typiques associés au capital-investissement et à un portefeuille concentré.  En tant que fonds de fonds à valeur ajoutée, nos sociétés de commandite ont accès à une diversité de gestionnaires sous-jacents, d’années de création, de secteurs et de régions grâce à une sélection judicieuse de fonds (marchés primaire et secondaire) et de co-investissements. Grâce à notre soutien aux investisseurs et à notre vaste expertise, nous offrons une proposition de valeur attrayante à ceux qui sont tout nouveaux dans le secteur du capital-investissement ou qui ont peu d’expérience avec celui-ci – qu’il s’agisse de bureaux familiaux, de fondations, de fonds de dotation ou de régimes de retraite.

Au lieu de permettre une participation directe dans 8 à 15 sociétés par l’intermédiaire d’un seul fonds de capital-investissement, notre stratégie offre aux investisseurs une exposition à plus d’une centaine d’entreprises. Notre objectif est de bâtir un portefeuille diversifié de premier ordre composé de commandités du marché intermédiaire afin de générer des rendements absolus et corrigés du risque supérieurs à long terme – en ciblant un TRI net de 15 %5. Pour ce faire, nous établissons de façon tactique un équilibre crucial entre des gestionnaires chevronnés qui ont de solides antécédents et des gestionnaires principaux. Ces derniers, généralement une équipe issue d’une plus grande société de capital-investissement, offrent une valeur considérable parce qu’ils sont non seulement des professionnels compétents qui ont fait leurs preuves, ils ont à cœur d’assurer la réussite de leur nouvelle entreprise, car d’une part ils souhaitent par la suite créer de nouveaux fonds et d’autre part ils ne disposent pas de plus-values générées antérieurement. Selon notre expérience, un tel mariage de compétences et de motivation est de bon augure pour la création d’un fonds robuste et performant. Les rendements sont en outre rehaussés par nos placements secondaires – qui permettent d’acquérir des participations dans des fonds établis et leurs actifs sous-jacents auprès d’autres investisseurs (souvent à escompte) – et des co-investissements directs dans des sociétés en exploitation, en partenariat avec d’autres fonds de capital-investissement.

Utilisée par une équipe chevronnée d’investisseurs mondiaux en capital-investissement comptant collectivement plus de 140 ans d’expérience, notre approche de placement rigoureuse et différenciée a mené à des rendements supérieurs constants (voir le graphique ci-dessous).

Le rendement historique de BMO CI dans les acquisitions (marchés primaire et secondaire, co-investissements) est relativement élevé, avec un TRI de 23,0 %^

Rendements composés du portefeuille (échelle logarithmique)

Le rendement historique de BMO CI dans les acquisitions (marchés primaire et secondaire, co-investissements) est relativement élevé, avec un TRI de 23,0 %^ Rendements composés du portefeuille (échelle logarithmique)

Chiffres en $ CA.
*BMO CI a surpassé l’indice MSCI Monde (un indice boursier mondial) de 18,6 fois.
^Le TRI est le rendement global du portefeuille de BMO CI depuis la création, déduction faite des frais de gestion, des frais et des dépenses des fonds sous-jacents, en dollars canadiens.
TRI = taux de rendement interne Le TRI est une mesure utilisée dans l’analyse financière pour estimer la rentabilité de placements potentiels. Le TRI est un taux d’actualisation faisant en sorte que la valeur actualisée nette de tous les flux de trésorerie est égale à zéro dans le cadre de l’analyse des flux de trésorerie actualisés.
L’historique est fourni à titre indicatif. Les rendements passés ne doivent pas être considérés comme étant indicatifs des résultats futurs. Rien ne garantit que le Fonds obtiendra des résultats comparables à l’avenir.
Source : BMO, au 30 juin 2020, à moins d’indication contraire.

Bien positionné pour l’avenir

En présentant notre stratégie mondiale de capital-investissement aux investisseurs canadiens qualifiés, nous avons obtenu la toute première entente d’investissement de capital de BMO First Canadian Capital Partners LP en novembre 2019. Cette entente s’est avérée extrêmement avantageuse dans un contexte où nous traversons la pandémie en disposant de réserves appréciables. Étant donné que les évaluations commencent déjà à repasser en deçà des niveaux antérieurs à la pandémie dans certains secteurs, il existe des occasions d’achat intéressantes dans notre créneau de marché intermédiaire (valeur des entreprises d’au plus 500 millions de dollars), qui sont caractérisées par des paramètres fondamentaux sous-jacents robustes qui pourraient être malmenés dans le contexte actuel.

Bon nombre des entreprises de ce segment de marché sont gérées par leur propriétaire et génèrent des bénéfices. Il peut cependant leur manquer les compétences ou les capitaux nécessaires pour progresser sur le plan opérationnel, pour explorer de nouvelles avenues de croissance ou pour réinventer complètement leur modèle d’affaires; c’est ce rôle qu’un gestionnaire de capital-investissement efficace assume. Notre processus de placement a pour objectif de trouver et de sélectionner des gestionnaires reconnus pour avoir fait croître des sociétés. Ce processus s’avère efficace. En effet, environ la moitié de la valeur créée pour les entreprises découle de l’augmentation des bénéfices (plutôt que de l’effet de levier ou de l’expansion des multiples) et d’une croissance à l’interne et par voie d’acquisitions6. 

Par conséquent, il s’agit d’un marché actif de capital-investissement, en particulier au Canada, où le contexte est propice aux ventes. En 2019, les gestionnaires des fonds d’acquisition du marché intermédiaire du pays ont amassé plus de 9 milliards de dollars en capitaux à déployer7. De plus, le Canada se classe au premier rang parmi les pays de l’OCDE pour son attrait entrepreneurial, car il compte notamment les talents les plus instruits 8. Comme nous sommes le premier et le seul fonds de capital-investissement élaboré par une banque canadienne expressément pour les investisseurs qualifiés canadiens, notre mandat axé sur le marché intérieur permet aux investisseurs de tirer parti des relations que nous avons cultivées avec bon nombre de gestionnaires de fonds de capital-investissement canadiens et celles cultivées par BMO, ce qui nous permet d’accéder à de meilleures occasions.

Malgré le recul qui a touché l’ensemble du secteur plus tôt en 2020, nous avons déjà constaté des signes d’accroissement des fusions et acquisitions et des activités de collectes de fonds au dernier trimestre (d’après le flux des transactions et nos entretiens avec les commandités et les agents de placement), ce qui est un indicateur probant de croissance pour l’année qui vient. Même si 2021 n’est aucunement prévisible, nous pouvons être certains que le secteur du capital-investissement dispose des outils nécessaires pour perdurer, et que le bon gestionnaire adoptant la bonne orientation se retrouvera dans une meilleure position – et améliorera les rendements des portefeuilles institutionnels.

Pour en savoir plus sur Capital-investissement, BMO Gestion mondiale d’actifs et ses solutions complètes visant à améliorer les portefeuilles, veuillez communiquer avec votre représentant régional – Investisseurs institutionnels, BMO Gestion d’actifs.

Divulgations

1 PwC, Private Equity Deals Insights:2021 Outlook(en anglais seulement)

2 Ernst & Young, Why private equity can endure the next economic downturn, 2020 (en anglais seulement).

3 PwC, La décision d’une vie – Rapport de 2019.

4 Statistique Canada, produit intérieur brut (PIB) de toutes les industries aux prix de base, par industrie, les taux de croissance mensuels s’élevaient à 1 820 G$ en date de juin 2020.

5 BMO Gestion mondiale d’actifs, octobre 2020.

6 BMO Private Equity Trust PLC, au 30 novembre 2019.

7 Pitchbook Data, Inc. PE, Growth & Late-stage Venture Capital, 2019 (en anglais seulement).

8 Indicateurs de l’OCDE sur l’attrait des talents, mai 2019.

 

Ne pas diffuser à l’extérieur du Canada.

Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent.

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils juridiques, fiscaux ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Le rendement passé ne garantit pas le rendement futur.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi (le cas échéant), de frais de gestion et d’autres frais.  Veuillez lire l’aperçu du fonds ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir.  Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. 

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria