CA-FR Institutions
CA-FR Institutions
Cette semaine avec Sadiq

Coup d’œil sur 2023

Du 19 au 23 décembre 2022
Suivre
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Share on print

Récapitulation du marché

  • Les marchés boursiers se sont repliés cette semaine parce que la Réserve fédérale américaine s’est montrée ferme et qu’un IPC à la baisse n’a pas suffi pour déclencher une remontée soutenue.
  • L’indice S&P 500 a reculé de 2,1 %. Tous les secteurs, sauf l’énergie, ont affiché des rendements négatifs. La consommation discrétionnaire et la technologie ont tiré de l’arrière, comme elles l’ont fait pendant la majeure partie de l’année.
  • L’indice S&P/TSX a cédé 2,5 %, et des baisses ont été enregistrées dans tous les secteurs.

Inflation et récession

Récemment, nous avons observé un changement d’orientation des marchés qui se soucient maintenant plus du risque de récession que du risque d’inflation. Pourquoi ce changement d’orientation? Pendant la majeure partie de 2022, la grande question était de savoir quel serait le taux final de la Réserve fédérale américaine – à quel moment elle cesserait de relever les taux. Au début de l’année, les estimations étaient très basses. Mais à mesure que l’année avançait et que l’inflation devenait un problème plus important, ces estimations augmentaient. Certes, nous pouvons maintenant affirmer que le pic d’inflation est derrière nous, mais nous ne savons toujours pas à quelle vitesse les chiffres vont baisser et à quel moment sera atteinte la cible d’inflation de 2 % des banques centrales. En novembre, la Fed a semblé changer de cap lorsqu’elle a mentionné qu’elle entrevoyait la fin des hausses de taux. Mais, la semaine dernière, en plus de relever les taux de 50 points de base, la Fed est revenue à une position plus ferme en répétant que l’inflation pourrait rester relativement élevée. Les marchés ont mal réagi, et on observe que les pressions exercées incitent à la vente. Selon notre analyse, la majeure partie des répercussions de l’inflation et du relèvement des taux d’intérêt est derrière nous, mais il pourrait encore y avoir de la volatilité. Il reste à savoir ce qu’il adviendra des bénéfices des sociétés sous l’effet de l’émergence d’une certaine faiblesse de la consommation. C’est ce que nous allons découvrir au cours des prochains trimestres. Nous voyons déjà de grandes sociétés annoncer des résultats négatifs et des mises à pied. La question des bénéfices est la principale raison pour laquelle les marchés ont changé leur orientation en se centrant sur la récession au lieu de l’inflation. Il reste à voir quels effets les bénéfices et les marges bénéficiaires des sociétés auront sur l’économie en général.

Conclusion : Pour la suite des choses, il faudra trouver un équilibre entre les bénéfices potentiellement décevants et l’optimisme attribuable à une suspension probable des hausses de taux d’intérêt.

Marchés américains

En 2023, nous nous attendons à ce que les marchés américains tiennent assez bien le coup. Une certaine négativité est probable, compte tenu des perspectives de bénéfices moins favorables et de la probabilité que d’autres pertes d’emplois soient annoncées. Mais ce qu’il ne faut pas oublier sur le plan de l’emploi, c’est que nous partons d’une position de force, ce qui signifie que nous passerons d’un excellent marché à un bon marché. Ce facteur clé empêchera sans doute un « atterrissage brutal » ou une récession profonde et de longue durée. Nous nous attendons à un atterrissage en douceur, mais le début de ce repli est sans cesse retardé parce que la consommation faiblit très lentement. À ce stade-ci, nous nous attendons à ce qu’une légère récession commence vers le deuxième ou le troisième trimestre de 2023, parallèlement à un repli proportionnel des marchés. Du côté des bonnes nouvelles, la réouverture de la Chine qui continue de s’accélérer devrait profiter notamment aux marchés américains et mondiaux. Il s’agit d’une autre raison pour laquelle une récession pourrait être de courte durée, en plus de l’optimisme entourant une possible pause dans le relèvement des taux et un éventuel rebond des bénéfices.

Conclusion : Malgré une certaine négativité, les marchés américains devraient bien tenir le coup en 2023, et nous nous attendons toujours à ce que la récession soit de courte durée.

Canada

Nous avons été optimistes pour le Canada tout au long de 2022, et tout a très bien fonctionné pour nous de côté. Cependant, à l’approche de 2023, nous nous attendons à ce que certains des aspects positifs pour le Canada s’atténuent quelque peu, surtout en ce qui concerne les répercussions de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt sur les consommateurs canadiens. Les consommateurs canadiens n’ont pas emboîté le pas aux consommateurs américains sur le plan du désendettement et réduit leurs niveaux d’endettement. Par conséquent, ils éprouvent plus de difficultés lorsque les taux d’intérêt montent. Il ne s’agissait pas d’un problème majeur en 2022, parce que seulement une partie des prêts hypothécaires des Canadiens devait être renouvelée. Mais, en 2023 et plus tard en 2024, de plus en plus de gens renouvelleront leur prêt hypothécaire à un taux beaucoup plus élevé, ce qui aura des répercussions sur leur portefeuille. Les prix des maisons ont déjà baissé, et les marchés boursiers et obligataires ont reculé en 2022, ce qui a une incidence directe sur la valeur nette des Canadiens. En raison de ces difficultés, nous avons ramené notre surpondération du Canada à un niveau neutre. Nous n’avons pas procédé à une sous-pondération pour l’instant puisque certains de ces problèmes ne concerneront pas exclusivement l’année 2023. Mais c’était le bon moment pour cristalliser une partie de nos profits.

Conclusion : Dans l’ensemble, c’est une mauvaise nouvelle pour les consommateurs canadiens, qui représentent une part importante de l’économie canadienne par rapport aux consommateurs d’autres économies comparables.

Positionnement

Pour conclure l’année, nous avons ramené plusieurs de nos positions au point neutre. Nous nous attendons à ce que le marché soit en quelque sorte équilibré, en raison de points positifs comme la suspension probable des hausses de taux par la Fed et la réouverture de la Chine, qui pourraient contrebalancer la négativité potentielle entourant les bénéfices et la faiblesse de la consommation, ce qui a été la tendance générale. Cela ne veut pas dire que nous nous attendons à ce que les marchés restent là où ils se trouvent; bien au contraire, puisque nous prévoyons une volatilité soutenue. Seulement, nous ne sommes pas certains du moment où ils se redresseront et nous ne voulons pas rater cette occasion, car elle pourrait être rapide et significative. Nous avons également mis en œuvre une stratégie de tunnel dans le cadre de laquelle nous vendons une partie de notre potentiel de hausse avec des options d’achat et achetons une certaine protection en cas de baisse. Cela nous donne une plus grande confiance dans notre positionnement plus neutre (après notre sous-pondération), car si le marché fait l’objet de ventes massives, nous serons bien protégés en deçà d’un certain point. Comme nous l’avons mentionné la semaine dernière, nous avons ramené nos surpondérations des États-Unis et du Canada à une position neutre, et nous nous attendons à ce que les bénéfices et les dépenses de consommation diminuent au Canada. Nous avons réduit notre sous-pondération des actions internationales (EAEO) parce que, même si nous nous attendons toujours à une certaine négativité pour ces régions, l’Europe a mieux fait que prévu compte tenu de la situation actuelle entre la Russie et l’Ukraine. Nous avons été un peu plus optimistes pour les marchés émergents en raison de la réouverture de la Chine et de l’incidence positive qu’elle aura dans la région. Du côté des obligations, nous sommes neutres pour les titres de créance des marchés émergents, légèrement pessimistes pour les titres à rendement élevé à cause d’une faiblesse économique potentielle et un peu optimistes pour les titres de créance de catégorie investissement. Pour ce qui est du marché obligataire dans son ensemble, nous voulons détenir un portefeuille de titres à revenu fixe de meilleure qualité qui produira des rendements décents et qui offrira aussi une solide protection en cas de ralentissement important de l’économie. Sur le plan sectoriel, nous maintenons notre surpondération de la santé et de l’énergie. Enfin, nous sommes un peu plus optimistes pour le dollar canadien (CAD) par rapport au dollar américain (USD). Nous croyons que le dollar américain se rapproche de son sommet et, compte tenu de la situation actuelle des prix du pétrole et des taux de change, nous nous attendons à ce que le dollar canadien rattrape quelque peu le terrain perdu.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
30 janvier 2023
janvier 2023

À quel point les mises à pied seront-elles dommageables?

Le rebond actuel des bénéfices pourrait-il se poursuivre? Les mises à pied s’étendent-elles à d’autres secteurs que celui des technologies?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
23 janvier 2023

Obligations, histoire d’une reprise

Où se trouvent les occasions sur le marché obligataire? Sommes-nous à un point d’entrée attrayant pour les placements immobiliers?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
16 janvier 2023

Des réductions de taux sont-elles à l’horizon de 2023?

Qu’avons-nous appris des dernières données de l’IPC? Y aura-t-il d’autres mises à pied dans le secteur des technologies?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
9 janvier 2023

Aperçu de notre stratégie de portefeuille pour 2023

Quels sont les deux secteurs à l’égard desquels BMO Gestion mondiale d’actifs est très optimiste pour 2023? Quels sont les facteurs qui devraient dégager des rendements supérieurs? Où sont les lueurs d’espoir dans l’univers des obligations?
Équité sociale
3 janvier 2023
janvier 2023

Saisir et respecter les droits autochtones

Considérer les droits autochtones est essentiel au respect des objectifs de transition énergétique.
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
12 décembre 2022

Quelle est la cause du repli du marché boursier de la semaine dernière?

Quelle est la cause du repli du marché boursier observé la semaine dernière? La situation économique réelle devient-elle plus claire? L’économie chinoise commence à rouvrir : les prix du pétrole se dirigent-ils vers une remontée?