Investissement responsable

La voie vers un monde carboneutre

En décembre 2020, BMO Gestion mondiale d’actifs a annoncé son ambition d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050 ou avant pour tous les actifs sous gestion.
Mars 2021

Vicki Bakhshi

directrice principale, chef de la gouvernance et de l’investissement durable à BMO Gestion mondiale d’actifs (EMOA)

Lire la biographie

Engagement de BMO Gestion mondiale d’actifs envers la carboneutralité

En décembre 2020, BMO Gestion mondiale d’actifs a annoncé son ambition d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050 ou avant pour tous les actifs sous gestion en tant que signataire fondateur de l’initiative des gestionnaires d’actifs net zéro.

Cet engagement s’appuie sur nos mesures actuelles en matière de changements climatiques, qui comprennent notamment :

  • une démarche de mobilisation active, en vertu de laquelle nous demandons aux sociétés dans lesquelles nous investissons d’adopter des objectifs de carboneutralité;
  • l’intégration des changements climatiques à notre politique en matière de vote, afin de pouvoir nous opposer aux propositions de la direction des entreprises qui dérogent à nos normes;
  • la promotion de la carboneutralité et l’adoption d’une électricité entièrement renouvelable dans nos activités dans le cadre de l’engagement élargi de BMO Groupe financier.

La mobilisation est également un élément clé de lambition climatique de BMO Groupe financier, notre société mère, qui consiste à être le principal partenaire de nos clients dans la transition vers un monde carboneutre.

Aperçu

En 2021, nous travaillerons à la mise en œuvre de notre approche pour la gestion de nos actifs en fonction de notre nouvel engagement envers la carboneutralité. Nous établirons une cible provisoire pour notre actif sous gestion afin qu’il soit géré conformément aux principes de la carboneutralité, et ce, avant les négociations importantes sur le climat qui auront lieu dans le cadre de la conférence de la COP26 qui se déroulera à Glasgow, au Royaume-Uni, en novembre.

Pourquoi la carboneutralité?

Deux éléments sont ressortis très clairement du rapport de 2018 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Premièrement, les risques liés aux changements climatiques s’accroîtront de façon radicale pour les humains et la planète si la hausse de la température mondiale dépasse le seuil de 1,5 °C. Deuxièmement, pour maintenir les températures en deçà de ce seuil, nous devrons effectuer la transition vers une économie mondiale carboneutre d’ici 2050 au plus tard; les émissions résiduelles de gaz à effet de serre attribuables aux activités humaines à ce moment-là devront être compensées par l’élimination du CO2 dans l’atmosphère.

Les gouvernements réagissent : le président Biden, notamment, est résolu à fixer un objectif de carboneutralité pour les États-Unis. Nous pouvons donc nous attendre à ce que les pays responsables de près de 80 % du PIB mondial s’engagent à atteindre la carboneutralité d’ici 2050 (ou 2060, dans le cas de la Chine et du Brésil) avant les négociations de la COP26. Les entreprises évoluent elles aussi : selon la campagne Objectif zéro des Nations Unies, près de 1 400 d’entre elles se sont déjà fixées des cibles de carboneutralité.

Le moment est venu pour les institutions financières de se joindre au mouvement, et plus important encore, d’utiliser leur influence pour soutenir l’économie en général pendant la transition rapide et juste vers une économie à faibles émissions de carbone.

Les gestionnaires d’actifs ont un rôle unique et essentiel à jouer dans la transition vers la carboneutralité mondiale. Nous avons hâte d’établir des partenariats avec nos clients propriétaires d’actifs et avec les sociétés dans lesquelles nous investissons pour aller de l’avant ensemble afin d’atteindre cet objectif commun à long terme.

Kristi Mitchem, chef de la direction, BMO Gestion mondiale d’actifs

Principes d’action

Soucieux de mettre notre engagement en pratique, nous avons établi certains principes qui régiront notre démarche.

Principe 1 : Accent sur la réduction réelle des émissions à l’échelle mondiale

Nous savons que nous pouvons réduire de façon radicale l’intensité des émissions de carbone d’un portefeuille simplement en vendant les titres d’entreprises qui exercent leurs activités dans des secteurs à forte intensité énergétique (comme les entreprises de services d’électricité et les produits industriels) et en les remplaçant par des titres dans des secteurs à faibles émissions. Malheureusement, de telles modifications dans un portefeuille ont peu d’incidence sur le monde réel. Notre ambition est de tirer parti de la force de notre mobilisation, et de collaborer avec d’autres investisseurs pour inciter les entreprises à agir. De la sorte, à mesure qu’elles réduiront leurs émissions, le contenu carbone de nos portefeuilles de placements diminuera. Cependant, la mobilisation ne peut pas être unilatérale. Si les entreprises ne répondent pas à l’appel et ne s’engagent pas résolument à faire la transition vers un avenir à faibles émissions de carbone, nous devrons déterminer la pertinence de continuer à y investir.

Principe 2 : Travailler en partenariat avec les clients

En tant que gestionnaires d’actifs, notre responsabilité fondamentale consiste à répondre aux besoins de placement actuels et futurs de nos clients. Nous croyons que les placements carboneutres nous aident en ce sens, mais nous comprenons aussi qu’un bon nombre de nos clients ont encore beaucoup de questions sur ce que cela signifie, et nous devons veiller à mener à bien les mandats que nous avons avec eux. Notre objectif est de travailler en partenariat avec nos clients et de les renseigner sur ce qu’implique la transition vers une économie à faibles émissions de carbone dans le cadre d’un portefeuille. En pratique, cela signifie que nous pourrions être en mesure de mettre certains de nos actifs sur la voie menant à la carboneutralité plus tôt que d’autres – c’est pourquoi nous établirons pour notre actif sous gestion une cible provisoire que nous relèverons avec le temps.

Principe 3 : Transparence

Les risques associés au blanchiment des émissions de gaz à effet de serre sont réels. Les méthodologies relatives aux placements carboneutres continuent d’émerger, et l’information communiquée par les entreprises est inégale, malgré les progrès réalisés depuis la publication du rapport du Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques. Cela étant dit, la situation est trop urgente pour que nous puissions attendre que toutes les composantes soient en place. Dans ce contexte, il est important que nous soyons francs avec nos clients et nos parties prenantes en général quant aux limites de notre démarche, y compris les lacunes dans nos données ou notre méthodologie. Nous chercherons à éviter les approches de type « boîte noire » ou les mesures simples qui pourraient occulter une réalité plus complexe.

Cadre méthodologique

Élaborer un portefeuille de placements carboneutre n’est pas une mince tâche. Pour orienter nos efforts de mise en œuvre, nous suivons le cadre de placement carboneutre (en anglais seulement), élaboré par la Paris Aligned Investment Initiative avec l’aide de BMO Gestion mondiale d’actifs. Ce cadre exhaustif englobe la gouvernance, l’établissement de cibles, les méthodes relatives à certaines catégories d’actif, les politiques et l’engagement des parties prenantes.

BMO Gestion mondiale d’actifs copréside actuellement le groupe de travail de l’IGCC sur la mise en œuvre, qui vise à partager les expériences entre les propriétaires et les gestionnaires d’actifs qui utilisent le cadre et à offrir des conseils supplémentaires sur l’application de celui-ci.

Le cadre fournit des conseils détaillés sur :

  • les cibles à l’échelle des portefeuillesen ce qui a trait à la réduction des émissions, qui correspondent à une juste part de la réduction de 50 % des émissions mondiales d’ici 2030 et à l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050;
  • l’analyse des actifs sous-jacents(entreprises, pays ou autres actifs) sur une base prospective, pour nous aider à déterminer s’ils suivent une trajectoire conforme à la transition vers un monde carboneutre;
  • l’investissement dans les solutions– nous reconnaissons qu’alors même que nous délaissons l’économie à fortes émissions de carbone, nous devons intensifier notablement le financement des activités écologiques.

 

Cette démarche a subi une évolution importante, en ce sens qu’elle est passée d’une évaluation historique et rétrospective – les émissions de carbone du portefeuille – à une emphase accrue sur l’analyse de la trajectoire future probable de ces émissions.

Dans le cas des émetteurs d’actions et de titres de créance, par exemple, nous nous efforcerons d’évaluer la mesure dans laquelle les sociétés de nos portefeuilles sont alignées sur l’objectif du maintien du réchauffement climatique sous la barre des 1,5 °C. Ce faisant, nous chercherons à comprendre où ces entreprises se situent par rapport aux objectifs de décarbonisation de leur secteur d’activité au lieu d’adopter la même approche pour tous. Nous reconnaissons en effet que les défis liés à la décarbonisation et la disponibilité des solutions technologiques varient considérablement d’un secteur à l’autre. Nous croyons également qu’il est important d’évaluer l’ambition des cibles des entreprises ainsi que la crédibilité de leurs plans de mise en œuvre en tenant compte de facteurs comme l’approche en matière de gouvernance et l’existence de cibles intérimaires à court terme, et en nous assurant que leurs plans de dépenses en immobilisations favorisent une approche plus verte.

Une telle analyse est complexe, et les défis en matière de données sont considérables. Mais les progrès réalisés par des organisations comme la Transition Pathway Initiative, la Science-based Targets Initiative et l’initiative Climate Action 100+ dans son récent rapport de référence sont autant d’exemples de cette approche plus nuancée.

BMO Groupe financier met également l’accent sur l’amélioration de la disponibilité de données de grande qualité sur les risques et les occasions liés au climat, et a créé à cette fin l’Institut pour le climat de BMO, qui collaborera avec le secteur, les gouvernements, le milieu universitaire et les investisseurs.

Il est de notre responsabilité à tous de faire en sorte qu’un avenir meilleur soit non seulement possible, mais probable, puis non seulement probable, mais prévisible.

Christiana Figueres et Tom Rivett-Carnac, The Future we Choose: Surviving the Climate Crisis, 2020

La conférence de la COP26, et au-delà

2021 sera une année cruciale dans la lutte contre la crise climatique, et tous les pans de la société devront mettre la main à la pâte. Nous poursuivrons nos efforts pour mobiliser les entreprises et décarboniser nos portefeuilles, et pour soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Nous continuerons également de faire partie de la voix collective des investisseurs qui demandent aux gouvernements d’être visionnaires et d’adopter des objectifs ambitieux dans le cadre de leurs préparatifs aux négociations de la COP26 à Glasgow. Il est essentiel que nous prenions des mesures énergiques dès aujourd’hui pour mettre le monde sur la voie d’un climat plus stable et d’une planète en meilleure santé.

Divulgations

Cette communication est fournie à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Les points de vue et opinions sont ceux de BMO Gestion mondiale d’actifs, et ne doivent pas être considérés comme une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente des sociétés qui auraient pu être mentionnées.

Les renseignements, opinions, estimations et prévisions qui figurent dans le présent document sont tirés de sources considérées comme fiables et peuvent changer à tout moment.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria