CA-FR Institutions
CA-FR Institutions

L’innovation peut-elle surmonter l’adversité?

7 novembre 2022
Suivre
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Share on print

Nous avons demandé à Malcolm White, gourou des technologies et gestionnaire de portefeuille à BMO Gestion mondiale d’actifs, qui gérait des fonds durant cette période, de nous donner un aperçu des parallèles historiques. Il explique également pourquoi l’investissement en innovation est différent et comment les institutions peuvent faire face aux courbes d’engouement.

L’histoire ne se répète jamais, mais elle rime souvent.

Mark Twain

Bien qu’il y ait des différences importantes entre la situation actuelle et les années de la bulle Internet, les investisseurs en innovation chevronnés ont eu un sentiment de déjà vu. Notamment, la facilité avec laquelle les banques centrales du monde entier ont fait preuve de souplesse et les rondes de mobilisation de capitaux sont deux facteurs similaires qui ont contribué à l’expansion des multiples boursiers.

Tableau 1 – Une comparaison entre la bulle Internet et la pandémie de COVID-19

Facteur
Bulle Internet (1999-2000)
Pandémie de COVID-19 (2020-2022)
Liquidités abondantes
Oui – La Fed s’était radicalement adoucie et était préoccupée par le bogue de l’an 2000.
Oui – L’assouplissement quantitatif s’ajoute à la stimulation de la Fed pour contrer la COVID-19.
Spéculation
Oui – La technologie annoncée était prévue dans une décennie et était donc très spéculative.
Non – La technologie de ces sociétés était largement utilisée à des fins commerciales, à l’exception de la cryptomonnaie.
Forte mobilisation de fonds
Oui – Plusieurs PAPE par semaine.
Oui – Plusieurs PAPE et financement encore plus dynamique à l’aide de sociétés d’acquisition à vocation spéciale (SAVS) et de jetons de cryptomonnaie.
Corrections du marché
Les replis ont été en grande partie axés sur les technologies; les titres de valeur ont affiché de bien meilleurs rendements relatifs.
Tous les actifs à risque ont fait l’objet de ventes massives, y compris les obligations, les actions et les devises, car l’inflation a fait grimper le taux sans risque en dollars américains.
Évaluations
Plus élevées, plus audacieuses, plus courtes et corrigées plus rapidement.
L’élargissement de la base des mégacapitalisations technologiques a procuré une base plus stable malgré les reculs du segment à forte croissance.

Les contextes de placement sous-jacents étaient très différents. La bulle Internet était beaucoup plus spéculative, car les technologies sur lesquelles elle reposait étaient à près de dix ans de leur commercialisation. En revanche, les innovations de l’ère COVID-19 (commerce électronique, vidéoconférence, connectivité omniprésente des appareils) étaient bien connues et très appréciées comme des moyens d’être productif pendant les périodes de confinement. Les cryptomonnaies, qui n’étaient pas prêtes pour une adoption commerciale, ont fait exception.

 

Bien que les deux périodes aient ressenti l’impact d’une correction boursière, les investisseurs de 2000 pouvaient facilement contourner le secteur de la technologie et créer des portefeuilles défensifs dans d’autres secteurs au moyen d’actions de valeur. En revanche, en 2022, il n’y avait pas d’endroit où se réfugier, car l’inflation incontrôlée a forcé toutes les banques centrales du monde à augmenter les taux sans risque en guise de mesure corrective. Cela a exercé une pression sur tous les actifs, car les évaluations se sont réajustées pour tenir d’un niveau de taux d’intérêt plus élevé.

 

L’incidence des évaluations lors des deux périodes a également été différente. Comme le montre la figure 1, la grande majorité des sociétés technologiques se sont négociées à des multiples beaucoup plus élevés et près de 50 % d’entre elles se sont retrouvées à un niveau insoutenable. La correction qui a suivi a été rapide et prononcée. En revanche, les évaluations de l’époque de la COVID-19 ont été mieux réparties, un pourcentage moins élevé se négociant à des niveaux élevés. Sur le plan structurel, les grandes capitalisations (Apple, Microsoft, Alphabet, etc.), qui pèsent des milliers de milliards de dollars, dominent maintenant le paysage des évaluations et sont moins sensibles aux fluctuations spectaculaires du marché.

Figure 1 – Répartition historique des multiples de capitalisation des sociétés technologiques (1970-2022)

Fiche-conseils, IBES, MSCI, CRSP et analyse de Bernstein. Remarque : Données jusqu’au 26 avril 2022.

Prévisions exactes, moment mal choisi : leçons tirées d’une décennie perdue (2001-2011)

L’appétit des investisseurs à l’égard de l’innovation aujourd’hui est également différent de ce qu’il était dans la foulée de la bulle Internet. Cela peut s’expliquer par ce qui s’est passé après la correction des sociétés technologiques. Bien que les investisseurs aient eu une mauvaise expérience des placements en 2000 en raison des attentes élevées et de l’engouement entourant l’incidence potentielle de ces sociétés technologies naissantes, les prévisions apparemment exagérées de cette période se sont finalement matérialisées. N’oubliez pas que ces concepts étaient tous considérés comme des projets audacieux à l’époque. Aujourd’hui, nous pouvons faire tous nos achats en ligne, nous pouvons exécuter n’importe quelle application en ligne en utilisant l’infonuagique, nous avons développé des appareils omniprésents et des réseaux haute vitesse abordables pour offrir Internet partout dans le monde. Ceux qui ont parié contre l’innovation ont eu tort et se sont retrouvés en conflit avec le marché à la fin de la décennie perdue (2011). La réinitialisation du marché, conjuguée à une décennie de croissance en coulisses de l’innovation, a fourni un contexte propice à des rendements de placement attrayants au cours de la décennie suivante.

 

Les investisseurs se sont rendu compte que les facteurs émotionnels peuvent entrer en jeu et que les attentes entourant les courbes d’adoption sont presque toujours trop optimistes. Ils ont appris à décomposer l’occasion de placement en un cycle d’engouement, comme défini par Gartner, qui commence dès la première prise de conscience d’une innovation technologique. Bien qu’elle finisse par décevoir et entraîner des pertes d’investissement substantielles, elle est suivie d’une période où la croissance exponentielle d’une technologie accélère sa commercialisation. Bien qu’il soit possible d’investir à toutes les étapes de la courbe, le meilleur moment pour obtenir des rendements corrigés du risque se situe à l’intersection du pessimisme maximal et de la commercialisation précoce, comme le montre la figure 2. Cependant, cela est difficile sur le plan psychologique, difficile à prévoir et remet en question l’approche traditionnelle de placement à long terme.

Figure 2 – Décomposition des cycles de placement axés sur l’innovation

Source : BMO Gestion mondiale d’actifs.

L’investissement en innovation requiert un regard différent

La deuxième constatation a été que les approches traditionnelles ne fonctionnaient pas bien lorsqu’on évaluait l’innovation. C’est le professeur Aswath Damodaran, de NY Stern, qui en a pris conscience pour la première fois lors de la bulle Internet. Il a écrit un livre sur la façon d’évaluer les sociétés1 et s’est rendu compte que le cadre d’évaluation traditionnel repose sur plusieurs hypothèses qui ne sont pas valables pour les entreprises émergentes. Jeremy Yeung, gestionnaire de portefeuille, Technologie, BMO Gestion mondiale d’actifs, a été invité à discuter de ces différences importantes, présentées dans le tableau 2, lors d’une conférence de la CFA Society en 2020.

 

Le constat est le suivant : Le professeur Damodaran a reconnu qu’un cadre d’évaluation différent était nécessaire2, un cadre qui pouvait tenir compte de différentes hypothèses de croissance, comme les courbes sigmoïdes (courbes S) observées dans de nombreuses tendances d’adoption de nouvelles technologies au cours du siècle dernier. Bien qu’il s’agisse d’un nouveau cadre puissant, la ligne entre la notion selon laquelle « les anciens paramètres d’évaluation ne sont pas applicables » et l’hypothèse erronée selon laquelle « l’évaluation ne doit pas s’appliquer » est mince. Les paramètres d’évaluation s’appliquent bel et bien et, à certains moments du cycle d’engouement, la valeur implicite de l’option de croissance future de la société se négocie à une prime injustifiable et le placement doit être vendu. Cependant, il est extrêmement difficile d’en venir à cette déduction sans une expertise et une expérience adéquates.

Tableau 2 – Différences fondamentales entre l’investissement en innovation et les marchés établis

Facteur
Marchés établis
Investissement en innovation
Croissance des revenus
GDP-like growthCroissance comparable à celle du PIB
Croissance exceptionnelle à rapide
Rentabilité
Élevée et prévisible
Ampleur et répartition dans le temps incertaines
Marché potentiel global
Prévisible
Inconnu et perturbateur
Concurrence
Connue
Les premiers innovateurs ont des concurrents limités ou inconnus
Volatilité
Faible
Élevée; elle suit le cycle d’engouement
Marché efficient
Oui
Non
Évaluation
Quantifiable
Axée sur des options/Incertaine

Source : BMO Gestion mondiale d’actifs.

L’adversité crée des occasions

L’aspect frustrant de l’investissement en innovation à l’ère de la COVID-19 est que les investisseurs ont tiré de nombreuses leçons de la bulle Internet. En 2020 et en 2021, l’innovation a permis d’atteindre des niveaux étonnants de technologie viable et commerciale. La croissance des revenus a également atteint un sommet historique au cours de cette période. En raison des confinements attribuables à la COVID-19, les consommateurs ont été contraints d’accélérer leurs courbes personnelles d’adoption des technologies. Les sociétés ont également fait un bond en avant. Satya Nadella, chef de la direction de Microsoft, a déclaré aux investisseurs que la COVID-19 a opéré « deux années de transformation numérique en deux mois »3.


Il n’est pas surprenant que les investisseurs aient voulu participer immédiatement à cette dynamique et aient été prêts à payer n’importe quoi. Les entreprises en début de croissance étaient plus que désireuses d’arriver tôt sur le marché pour tirer parti de ces multiples insoutenables. Cependant, l’inflation incontrôlable et la réaction subséquente de la Fed ont gâché la fête en neutralisant l’abondance de liquidités.

 

Alors que le marché clôture une année difficile, nous devons nous interroger sur ce que l’avenir réserve à l’investissement en innovation. Les investisseurs perdront-ils encore une décennie? Le secteur de pointe des technologies a été le premier à connaître une forte inflation causée par les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et une forte croissance des salaires en raison de la pénurie de talents (la guerre des talents). Cette situation est en train de s’inverser, car le temps de réapprovisionnement des semi-conducteurs diminue et des mises à pied surviennent dans des secteurs auparavant en surchauffe. Bien que cela semble être une mauvaise nouvelle, cela pourrait s’avérer une bonne nouvelle si cette situation est le signe précurseur d’une approche plus conciliante de la part des banques centrales mondiales. Elle créerait un contexte favorable pour les rendements futurs des placements.

 

Nous espérons que l’histoire rimera lorsque nous chercherons des signes de reprise. Plus précisément, nous espérons que l’innovation sera une lueur d’espoir et qu’elle nous permettra de traverser cette période, comme elle l’a fait après la bulle Internet. Les premiers résultats sont prometteurs. L’an dernier, des chercheurs de DeepMind (acquis par Google) ont mis au point une application basée sur l’IA capable de déduire la structure incroyablement complexe des protéines 3D. Le processus actuel est extrêmement coûteux et peut prendre des années. L’application d’intelligence artificielle peut résoudre le problème en quelques minutes. Il s’agit d’une étape révolutionnaire vers des solutions plus nombreuses en matière de soins de santé.
Les protéines sont la clé pour débloquer des vaccins contre la COVID-19, en plus de plusieurs autres applications vitales. Cette application novatrice a ajouté plus de 200 millions de prévisions à une base de données en ligne accessible gratuitement, ce qui a modifié le cours de la recherche biologique et accéléré l’arrivée de nouveaux médicaments.

 

Ainsi, même si nous nous attardons sur le creux de la désillusion en 2022, l’innovation nous rappelle une fois de plus que sa croissance est indépendante de l’économie et qu’un potentiel commercial extraordinaire nous attend toujours dans les dix prochaines années. Cela nous donne de l’espoir dans l’adversité.

BMO Gestion mondiale d’actifs est entièrement déterminée à soutenir l’innovation et a fait de nombreux investissements pour accroître ses capacités. Veuillez communiquer avec votre partenaire, Ventes institutionnelles de BMO pour en savoir plus sur nos initiatives d’innovation et sur la façon dont nos équipes des actions mondiales peuvent vous aider en vous faisant part de leurs vastes connaissances, de leur expertise et de leur expérience du secteur.

 

1 Son manuel d’évaluation des placements est obligatoire pour obtenir le titre d’analyste financier agréé.

2 Aswath Damodaran, The Dark Side of Valuation.

3 Jared Spataro, «2 years of digital transformation in 2 months», Microsoft, April 30, 2020.

Dénégation de responsabilité

Ne pas diffuser à l’extérieur du Canada.

 

Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent.

 

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils juridiques, fiscaux ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Le rendement passé ne garantit pas le rendement futur.

 

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

 

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi (le cas échéant), de frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire l’aperçu du fonds ou le prospectus du fonds avant d’investir. Le Fonds du marché monétaire BMO n’est pas assuré par la Société d’assurance- dépôts du Canada ni par un autre assureur gouvernemental. Il n’y a aucune garantie que la valeur liquidative des parts du Fonds se maintiendra ou que vous pourrez récupérer le montant intégral de votre placement dans ce fonds. Le rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur.

 

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

 

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

 

MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
23 janvier 2023

Obligations, histoire d’une reprise

Où se trouvent les occasions sur le marché obligataire? Sommes-nous à un point d’entrée attrayant pour les placements immobiliers?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
16 janvier 2023

Des réductions de taux sont-elles à l’horizon de 2023?

Qu’avons-nous appris des dernières données de l’IPC? Y aura-t-il d’autres mises à pied dans le secteur des technologies?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
9 janvier 2023

Aperçu de notre stratégie de portefeuille pour 2023

Quels sont les deux secteurs à l’égard desquels BMO Gestion mondiale d’actifs est très optimiste pour 2023? Quels sont les facteurs qui devraient dégager des rendements supérieurs? Où sont les lueurs d’espoir dans l’univers des obligations?
Équité sociale
3 janvier 2023
janvier 2023

Saisir et respecter les droits autochtones

Considérer les droits autochtones est essentiel au respect des objectifs de transition énergétique.
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
19 décembre 2022

Coup d’œil sur 2023

Pourquoi les marchés délaissent-ils le risque d’inflation pour se tourner vers le risque de récession et comment ont-ils réagi à la dernière annonce de la Fed? Quelles sont les prévisions pour les marchés américains en 2023?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
12 décembre 2022

Quelle est la cause du repli du marché boursier de la semaine dernière?

Quelle est la cause du repli du marché boursier observé la semaine dernière? La situation économique réelle devient-elle plus claire? L’économie chinoise commence à rouvrir : les prix du pétrole se dirigent-ils vers une remontée?