CA-FR Institutions
CA-FR Institutions

Résumé de notre période de vote par

17 novembre 2022
Suivre
Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Share on print

Faits saillants de la période de vote par procuration 20221

6,836

points à l’ordre du jour ayant fait l’objet d’un vote au Canada

19%

des résolutions à l’ordre du jour où nous avons voté contre la direction

53%

des propositions d’actionnaires liées aux changements climatiques et à l’égalité sociale
  • Le vote par procuration est un élément clé de notre approche en matière de gérance et d’investissement responsable. Le présent article résume la façon dont nous avons voté sur le marché canadien pendant la période de vote par procuration de 2022⁠, année où on a enregistré un nombre sans précédent de propositions relatives à la responsabilité environnementale et sociale.
  • Au Canada, la diversité des genres au sein des conseils d’administration a connu certains progrès; nous avons été en mesure de soutenir près de 51 % des 55 présidents de comités de mise en candidature contre lesquels nous avions voté en 2021, malgré l’augmentation de nos attentes quant à une représentation d’au moins 30 % de femmes au sein des conseils d’administration en 2022.
  • Parallèlement, notre directive concernant le vote exigeant qu’au moins un administrateur issu de la diversité ethnique siège aux conseils d’administration a été mise en œuvre pour la première fois en 2022, ce qui a presque doublé le nombre de présidents de comités de mise en candidature pour lesquels nous avons retenu le droit de vote en raison de préoccupations liées à la diversité dans les conseils d’administration.
  • Nous avons également soutenu près de 53 % des propositions d’actionnaires liées aux changements climatiques et à l’égalité sociale.

Au cours de la dernière période de vote par procuration, on a enregistré un volume encore plus important de propositions d’actionnaires déposées auprès de sociétés nord-américaines par rapport à l’an dernier. Aux États-Unis, le nombre de propositions d’actionnaires liées à la responsabilité environnementale et sociale qui ont fait l’objet d’un vote a presque doublé. Cette situation est en partie attribuable au fait qu’à la fin de 2021, la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a assoupli les restrictions relatives au dépôt de telles résolutions et au fait qu’elle n’a pas accordé autant de demandes de non-intervention de la part des entreprises, ce qui leur aurait permis d’exclure des propositions de leurs circulaires d’information. Malgré une légère diminution du soutien global à l’égard des propositions liées à la responsabilité environnementale et sociale, celles qui demandaient une vérification de l’équité raciale ont reçu une approbation record, 8 sur 22 ayant été retenues. BMO Gestion mondiale d’actifs a généralement appuyé les propositions demandant la vérification de l’équité raciale.

Au Canada, aucun changement n’a été apporté à la réglementation liée au dépôt de propositions d’actionnaires, malgré cela l’année a tout de même été une année record. Nous avons voté 32 propositions d’actionnaires liées à la lutte contre le changement climatique et à l’égalité sociale, soit une hausse globale par rapport aux 12 propositions de 2021. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive au cours des prochaines années.

1La période de vote par procuration de 2022 désigne la période allant du 1er janvier au 30 juin 2022.
Comparaison entre nos votes au Canada et à l’échelle mondiale concernant le pourcentage de propositions pour lesquelles nous avons voté pour et contre la direction et pour lesquelles nous nous sommes abstenus en date du 30 juin 2022.
Source : BMO Gestion mondiale d’actifs, en date du 30 juin 2022.

Nos décisions en matière de vote sont guidées par nos lignes directrices sur la gouvernance, qui sont revues chaque année pour tenir compte des meilleures pratiques du secteur. Au cours de la période de vote par procuration 2022, nous avons voté contre de la direction à l’égard d’environ 19 % des propositions canadiennes, ce qui est semblable à notre moyenne mondiale de 21 % et laisse entrevoir des possibilités d’amélioration à l’échelle de tous les marchés quant à l’harmonisation des objectifs de bonne gouvernance entre les actionnaires et la direction. Nous avons également eu au moins un vote contre la direction dans près de 80 % des assemblées où nous avons voté.

Par conséquent, nous avons activement collaboré avec les sociétés de notre portefeuille pendant la saison pour parvenir à une compréhension commune des bonnes pratiques de gouvernance en transmettant nos attentes et nos intentions de vote. En 2022, nous avons communiqué avec 110 sociétés émettrices avant et pendant la période de vote par procuration afin de partager nos attentes et de favoriser de bonnes pratiques.

Diversité du conseil d’administration

Nous avons fait passer de 25 % à au moins 30 % la représentation féminine au sein du conseil d’administration pour 2022. Cela est conforme à notre adhésion au Groupe d’investisseurs canadiens du 30% Club et à notre engagement en tant que signataire de la Déclaration des investisseurs canadiens sur la diversité et l’inclusion. Nous avons également mis en place une directive de vote visant à refuser le soutien des présidents des comités de nomination en l’absence de diversité raciale, à moins que le conseil d’administration n’ait communiqué des plans, des objectifs et des échéanciers significatifs pour régler la question.

Nous sommes conscients des sensibilités liées à l’évaluation de l’identité des administrateurs individuels et, par conséquent, nous encourageons les conseils d’administration à communiquer des données regroupées (en nombre ou en pourcentage) sur la diversité raciale et d’autres types de diversités basées sur un processus d’autodéclaration volontaire. Même si elles en sont encore à leurs balbutiements, nous croyons que la réglementation et les pratiques des entreprises continueront d’évoluer de façon à améliorer la communication de renseignements sur la diversité afin qu’ils soient à la fois pertinents et comparables à ceux de leurs pairs.

Comparaison de la façon dont nous avons voté lors des élections des administrateurs en 2021 et en 2022 (de janvier à juin) en raison de notre politique sur la diversité dans les conseils d’administration.
Source : BMO Gestion mondiale d’actifs, en date du 30 juin 2022.2

Au cours de la période de vote par procuration de 2022, nous avons retiré notre appui à 108 présidents de comités de mise en candidature en raison des mises à jour de nos lignes directrices sur la diversité, soit près de deux fois plus qu’à la même période l’année précédente. Cependant, nous avons donné notre appui à près de 51 % des 55 entreprises contre lesquelles nous avons voté en 2021, ce qui suggère une meilleure harmonisation entre les actionnaires et la direction quant aux avantages de la diversité au sein des conseils d’administration.

Par rapport à l’an dernier, nous avons également augmenté notre soutien à l’égard du nombre de présidents de comité de mise en candidature, qui est passé de 22 à 30, même si le conseil d’administration n’a pas répondu à nos attentes, mais a fait preuve d’un élan positif pour faire progresser la diversité. Cela comprend l’ajout d’une directrice et l’établissement de cibles rigoureuses définies dans le temps, qui vont au-delà du genre.

Étude de cas : Northland Power inc.

En mai 2022, Northland Power a annoncé qu’elle avait modifié sa politique en matière de diversité afin d’inclure un objectif pour 2024 concernant le recrutement et la nomination d’un administrateur qui s’identifie comme membre d’un ou de plusieurs groupes désignés, y compris les Autochtones et les personnes handicapées, les personnes appartenant à une minorité visible et les membres de la communauté LGBTQ2+. Nous avons déjà communiqué avec l’entreprise pendant la période de vote par procuration de 2022 pour discuter de nos attentes à l’égard de la diversité au-delà du genre.

Propositions relatives à la responsabilité environnementale et sociale

Répartition du nombre de propositions d’actionnaires liées aux changements climatiques et à l’égalité sociale selon les thèmes suivants : changements climatiques, diversité, équité et inclusion, droits de la personne et rémunération des dirigeants (au 30 juin 2022).
Source : BMO Gestion mondiale d’actifs, en date du 30 juin 2022.

Nous appuierons généralement les propositions liées à la responsabilité environnementale et sociale qui invitent les sociétés à améliorer leur stratégie d’affaires et la communication d’information sur la gestion des risques environnementaux et sociaux importants, conformément aux normes et aux cadres internationaux reconnus. Dans notre évaluation, nous tenons compte des éléments suivants :

  • La proposition d’actionnaires concerne-t-elle un enjeu ESG important pour l’entreprise ou un risque systémique pour son secteur d’activité?
  • Comment la proposition d’actionnaires s’harmonise-t-elle avec les priorités de BMO Gestion mondiale d’actifs en matière de lutte contre les changements climatiques, d’égalité sociale et de bonne gouvernance globale?
  • Comment l’entreprise se compare-t-elle à ses pairs?
  • La demande des actionnaires peut-elle être raisonnablement mise en œuvre?

Au cours de la période de vote par procuration de cette année, nous avons appuyé près de 53 % des propositions des actionnaires liées aux changements climatiques et à l’égalité sociale. Plus précisément, nous avons voté en faveur de propositions qui visaient à améliorer la divulgation de renseignements sur la stratégie et les cibles climatiques, la diligence raisonnable en matière de droits de la personne et la diversité de l’effectif.

Par exemple, nous avons appuyé une proposition d’actionnaire déposée auprès de Constellation Software qui demandait à la société d’effectuer un examen approfondi de l’équité raciale au sein de son effectif et de divulguer ses conclusions aux actionnaires. La proposition a reçu l’appui de 63 % des actionnaires et est l’une des premières à avoir été adoptée au Canada en matière d’équité raciale . Nous avons également appuyé des propositions d’actionnaires demandant aux entreprises de faire progresser les initiatives de réconciliation avec les Autochtones dans les entreprises Toromont Industries et Onex Corporation. Le conseil d’administration de Toromont a donc recommandé aux actionnaires de voter en faveur de cette proposition et, par conséquent, celle-ci a été adoptée avec un appui de plus de 99 % des actionnaires. Par contre, Onex s’est opposée à la proposition et, avec 16 % des voix en faveur (ce qui comprenait plus de 45 % du soutien des actionnaires indépendants), celle-ci n’a pas été acceptée.

Nous nous attendons à ce que des propositions similaires soient déposées à l’avenir, car les actionnaires cherchent à obtenir des renseignements pertinents sur l’efficacité des initiatives des entreprises visant à faire progresser la réconciliation avec les Autochtones ainsi que la diversité, l’équité et l’inclusion.

Étude de cas : Les Compagnies Loblaw limitée Dans le cadre de notre cycle d’engagement au cours de la saison de vote par procuration, nous avons discuté avec Loblaw des points de son ordre du jour 2022, notamment une proposition d’actionnaires demandant la publication des résultats de l’audit de ses fournisseurs. La société a indiqué lors de notre conférence téléphonique qu’elle avait l’intention de fournir des renseignements supplémentaires à ce sujet à l’avenir, ce que nous l’avons encouragée à faire.

Dans l’ensemble, nous croyons que les résultats de l’audit des fournisseurs peuvent fournir aux actionnaires de meilleurs renseignements sur les risques liés à la chaîne d’approvisionnement et nous considérons que la demande du promoteur est raisonnable, puisqu’elle correspond à ce que Loblaw a l’intention de divulguer dans un proche avenir. En même temps, elle ne contraint pas l’entreprise à respecter une certaine date limite ni ne précise le contenu qui doit figurer dans le rapport. Nous avons voté en faveur de la proposition des actionnaires pour montrer que nous appuyons les intentions de Loblaw.

Dans certains cas, nous avons opté pour l’abstention à l’égard des propositions d’actionnaires lorsque nous étions d’accord avec l’intention, mais que nous trouvions que la demande était trop contraignante ou raisonnablement impossible à mettre en œuvre. À notre avis, la direction devrait disposer d’un plus grand pouvoir discrétionnaire dans l’application d’une approche appropriée pour traiter le facteur ESG soulevé.

Étude de cas : Vote consultatif sur la question des changements climatiques dans les grandes banques Plus tôt cette année, les grandes banques canadiennes ont reçu une proposition d’actionnaire visant à adopter un vote consultatif sur la question des changements climatiques. La proposition demandait aux banques de divulguer leur plan de lutte contre les changements climatiques et leur stratégie de réduction des émissions aux fins d’approbation annuelle par les actionnaires. Bien que nous ayons appuyé une proposition semblable en 2021, nous avons choisi de nous abstenir de voter, car la nature annuelle de la demande pourrait avoir des conséquences imprévues lorsque les entreprises présentent un plan d’action pluriannuel en matière de changements climatiques.

À notre avis, un solide plan d’action en matière de lutte contre les changements climatiques demeurerait relativement constant chaque année, et un vote annuel pourrait occasionner beaucoup de travail aux actionnaires qui doivent passer au peigne fin ces documents à la recherche de modifications. Dans ce cas-ci, nous aurions considéré qu’un vote tous les deux ou trois ans serait plus approprié, compte tenu de la cohérence requise. Comme c’est le cas pour toutes les propositions d’actionnaires, nous tenons également compte de la volonté des entreprises de s’engager à l’égard de certains enjeux ESG, comme les changements climatiques, dans nos décisions de vote, ainsi que de la robustesse des stratégies et des divulgations climatiques actuelles.

Coup d’œil sur 2023

L’augmentation des propositions d’actionnaires liées à la responsabilité environnementale et sociale de cette année souligne les attentes croissantes des actionnaires quant à la façon dont les entreprises gèrent différents aspects des facteurs ESG, comme les changements climatiques et les inégalités sociales.

En tant que membres de l’initiative Engagement climatique Canada (ECC), dans le cadre de laquelle nous siégeons également au comité de direction, nous intégrerons les résultats futurs de la recherche et de la mobilisation de l’ECC dans notre évaluation des progrès des entreprises par rapport à leurs engagements envers la carboneutralité. Au bout du compte, cela orientera notre approche en matière de vote. En outre, nous continuerons à utiliser les méthodes et les données internes des initiatives Transition Pathway Initiative et Climate Action 100+ dans nos évaluations. Nous nous pencherons également sur la manière dont l’inégalité des revenus peut être intégrée dans l’évaluation des régimes de rémunération des dirigeants, en incitant les entreprises à divulguer davantage de renseignements sur la manière dont les disparités salariales potentielles sont traitées.

Pour ce qui est de l’avenir, nous continuerons à élever nos attentes quant à la façon dont les entreprises gèrent les risques ESG importants. Nous continuerons également à demander la participation des sociétés de notre portefeuille afin d’obtenir des commentaires et d’harmoniser les attentes afin d’en arriver à une compréhension mutuelle des bonnes pratiques de gouvernance.

Avis juridique

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements Inc. Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de l’investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels. Les titres du portefeuille peuvent changer sans préavis et ne représentent qu’un faible pourcentage des titres en portefeuille. Ces renseignements ne constituent pas une recommandation d’achat ou de vente d’un titre particulier. Déclarations prospectives Certains énoncés contenus dans le présent communiqué peuvent constituer des déclarations prospectives, notamment ceux où l’on trouve les expressions « s’attendre à », « prévoir » et des mots et locutions semblables. Les déclarations prospectives ne sont pas des données historiques; elles correspondent plutôt aux prévisions ou aux attentes actuelles de BMO Gestion mondiale d’actifs en ce qui a trait à des résultats ou à des événements futurs. Ces déclarations prospectives sont assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats ou les événements réels différeraient sensiblement des prévisions ou des attentes actuelles. Même si BMO Gestion mondiale d’actifs estime que les hypothèses inhérentes aux déclarations prospectives sont raisonnables, ces dernières ne garantissent en rien les résultats futurs. Nous mettons donc en garde le lecteur de ne pas se fier indûment à ces déclarations en raison du caractère incertain qui leur est inhérent. BMO Gestion mondiale d’actifs ne s’engage d’aucune façon à mettre à jour ou à réviser publiquement ses déclarations ou données prospectives, que ce soit par suite de nouvelles données, d’événements futurs ou d’autres facteurs qui auraient une incidence sur ces données, sauf dans la mesure requise par la loi. MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
5 décembre 2022

La Banque du Canada suivra-t-elle l’exemple de la Fed?

La réaction positive du marché au ton conciliant de la Fed était-elle prématurée? Qu’est-ce que l’assouplissement de la politique zéro COVID signifie pour les actions chinoises?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
28 novembre 2022

Que faut-il attendre des bénéfices des banques au quatrième trimestre

Que nous disent les bénéfices des banques au quatrième trimestre sur la vigueur de l’économie? Quelle incidence les chocs économiques externes, comme une possible grève des chemins de fer aux États-Unis, pourraient-ils avoir sur les perspectives et le positionnement?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
21 novembre 2022

Quand la récession frappera-t-elle?

À quoi les investisseurs devraient-ils s’attendre d’un Congrès divisé à la suite des récentes élections américaines? Quelles seront les répercussions de l’inversion de la courbe des taux sur les marchés?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
14 novembre 2022

Les cryptomonnaies en plein chaos : Les investisseurs devraient-ils s’inquiéter?

Pourquoi le dernier krach des cryptomonnaies a-t-il des répercussions sur les marchés boursiers? La demande d’énergie pèse-t-elle sur le prix du pétrole?
Men
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
7 novembre 2022

Ne doutez pas de la Fed

Pourquoi les marchés boursiers sont-ils toujours surpris par les annonces de la Réserve fédérale américaine? Les valorisations boursières plus faibles procurent-elles enfin des occasions de retour sur les marchés?
Main Landscape
Main Landscape
Commentaire
2 novembre 2022

Ce qu’il faut surveiller à la COP27

La Conférence annuelle des Nations Unies sur les changements climatiques a lieu en Égypte du 6 au 18 novembre dans un contexte de menaces environnementales croissantes, d’un besoin urgent d’accélérer le financement et d’une crise énergétique qui met à l’épreuve les engagements pour lutter contre les changements climatiques.