Investissement responsable

Salaire de subsistance dans le commerce de détail

Bien que les détaillants aient dû composer avec les conséquences dévastatrices de la pandémie de COVID-19, qu’il s’agisse de mises à pied massives, d’excédents de personnel ou de craintes liées à la sécurité des employés, les arguments en faveur de l’amélioration des avantages sociaux des employés ont continué de gagner du terrain.
Février 2021

Tenisha Elliott

associée principale, analyste Équipe investissement responsable

LEARN MORE ABOUT THE AUTHOR

Nina Roth

Director, Responsible Investment

LEARN MORE ABOUT THE AUTHOR

Mise à jour 2020

  • Bien que les détaillants aient dû composer avec les conséquences dévastatrices de la pandémie de COVID-19, qu’il s’agisse de mises à pied massives, d’excédents de personnel ou de craintes liées à la sécurité des employés, les arguments en faveur de l’amélioration des avantages sociaux des employés ont continué de gagner du terrain.
  • Nous avons accru nos efforts de mobilisation auprès des sociétés que nous ciblons dans le présent bulletin afin de comprendre la façon dont elles exerçaient leurs activités pendant la pandémie, en mettant un accent particulier sur le bien-être des employés.
  • Nous avons été témoins de plusieurs changements positifs, comme des augmentations de salaire temporaires et des primes ponctuelles, et nous continuons d’encourager les entreprises à rendre ces changements permanents.
  • Au cours de l’année à venir, en plus de discuter de salaire et de l’amélioration de la communication de l’information à cet égard, nous tenterons d’aborder des sujets comme la liberté d’association et les conventions collectives.

Vue d’ensemble

L’année 2020 a été catastrophique pour de nombreux détaillants en raison des restrictions imposées dans le but de limiter la propagation de la COVID-19. Cela dit, les répercussions sur le commerce de détail n’ont pas été uniformes. Ainsi, les magasins considérés comme étant essentiels sont restés ouverts, les détaillants alimentaires ayant même enregistré une hausse de leurs revenus. Les magasins de proximité non essentiels ont été obligés de fermer, victimes du ralentissement économique.

Au Royaume-Uni :

7 834 établissements ont fermé leurs portes de façon permanente au cours du premier semestre de 2020, une hausse de 115 % par rapport au premier semestre de 2019, puisque les consommateurs se sont tournés vers le magasinage en ligne1

Malgré les sorts économiques divergents, un thème commun s’est dégagé dans tous les secteurs en 2020 : les normes du travail et, plus particulièrement, le devoir de diligence et la responsabilité de chaque entreprise envers ses employés. Nous croyons depuis longtemps que des normes du travail rigoureuses peuvent avoir une incidence positive sur la performance des entreprises : la satisfaction et la productivité accrues des employés, l’amélioration de la réputation et l’augmentation de la satisfaction de la clientèle sont autant de facteurs qui favorisent la santé du bilan financier. Selon les données préliminaires, les entreprises qui ont mieux géré leurs ressources humaines avant et pendant la pandémie ont mieux fait que les autres2.

En ce qui a trait aux travailleurs clés qui ont continué à travailler durant les mesures de confinement généralisées, les facteurs de santé et de sécurité ont été primordiaux. Bien que certaines entreprises aient offert des primes ponctuelles et des augmentations de salaire temporaires aux travailleurs sur le plancher, elles ne sont pas allées au-delà des solutions à court terme. Les employés méritent de recevoir un salaire équitable, et les efforts qu’ils ont déployés en 2020 contribuent à alimenter davantage le débat sur le salaire de subsistance.

Notre mobilisation à l’égard du salaire de subsistance et des normes du travail pour 2020

Au début de 2019, nous avons lancé un programme de mobilisation visant le versement d’un salaire de subsistance aux travailleurs du secteur du commerce de détail. Les détaillants que nous avons retenus pour ce programme ont été choisis en fonction de leur taille (plus de 50 000 employés). Ils représentent cinq leaders et cinq retardataires en matière d’enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), d’après une analyse initiale de renseignements accessibles au public.

Voici les dix sociétés retenues en fonction de cette approche :
Walmart, Tesco, Dollar Tree, Dollar General, Sysco, Costco, Loblaw, George Weston, Fast Retailing et CECONOMY.

Nous nous sommes efforcés de sensibiliser les sociétés à l’importance d’un salaire de subsistance, de comprendre leur positionnement en ce qui concerne les niveaux de rémunération au sein de leur organisation, et de les encourager à faire preuve d’une plus grande transparence en ce qui a trait à la rémunération de leurs employés. Toutes les sociétés favorables à la mobilisation ont reconnu la nécessité de verser des salaires adéquats, sans toutefois s’accorder sur ce que cela veut dire en pratique. Bien qu’elles nous aient toutes assurés qu’elles évaluaient régulièrement leurs niveaux de rémunération, elles ont aussi indiqué clairement que leurs principaux critères de décision à ce sujet étaient l’inflation et les taux salariaux de leurs concurrents. Nous avons également constaté que dans l’ensemble, le niveau de communication de l’information sur l’effectif des détaillants avec lesquels nous avons communiqué était très bas4; nous en avons donc fait un élément particulier de nos objectifs de mobilisation pour 2020.

Alors que la pandémie de COVID-19 progressait, nous avons élargi la portée de notre mobilisation auprès de nos dix sociétés ciblées, allant au-delà des salaires pour aborder également des thèmes sociaux plus généraux, notamment :

  • la santé et sécurité au travail, y compris la mise à disposition d’équipement de protection;
  • la rémunération des congés de maladie et son maintien après la pandémie;
  • le soutien des employés touchés par la fermeture de services de garde;
  • le versement de primes aux employés en contact direct avec la clientèle;
  • l’offre de soutien en santé mentale;
  • la gestion consciencieuse des excédents de personnel.

Aperçu de notre mobilisation

Nos interactions avec les entreprises ciblées par le projet de versement d’un salaire de subsistance, de janvier 2019 à décembre 2020

Émetteur Nombre total d’interactions* Nombre d’interactions portant sur le salaire de subsistance ou un autre élément social

Costco Wholesale Corp

11

8

Dollar General

16

16

Dollar Tree

9

8

Sysco

10

8

Walmart

11

6

Tesco

27

17

Fast Retailing

5

5

George Weston Ltd

10

4

Loblaw

15

6

CECONOMY

4

4

Avancement de la mobilisation

Dans l’ensemble, nous avons été satisfaits de la réaction à la pandémie de nos sociétés ciblées. Ainsi, tous les détaillants alimentaires ont mis en place des mesures de santé et de sécurité, y compris des protocoles de nettoyage améliorés, de l’équipement de protection individuelle pour le personnel et des écrans de plexiglas à la caisse. Les sociétés ont accru le soutien qu’elles offrent à leurs employés, la grande majorité d’entre elles garantissant à ces derniers des congés de maladie payés et du soutien en santé mentale en ligne.

Nos communications avec elles ont également mis en lumière un sentiment de solidarité, certaines directions ayant par exemple fait la promotion d’une culture de souplesse et accordé des répits, notamment aux employés devant composer avec des problèmes de garde d’enfants.

D’un point de vue salarial, nous avons constaté une augmentation du taux horaire ou des primes ponctuelles pour l’ensemble des travailleurs clés. Nous demeurons toutefois déterminés à les persuader d’adopter ces hausses de salaire de façon permanente. Nous poursuivons également nos efforts auprès de ces sociétés pour les inciter à communiquer de l’information sur leur effectif. Nous avons été déçus de voir qu’à part Tesco et (depuis peu, en 2020) Fast Retailing, aucune des autres sociétés ciblées ne s’est engagée à répondre au sondage de la Workforce Disclosure Initiative (WDI).

Au sein des chaînes d’approvisionnement, nous avons vu des rapports positifs et négatifs. Malgré le fait qu’elle faisait l’objet de sévères restrictions en tant que détaillant de vêtements non essentiel, Fast Retailing a continué d’accroître sa surveillance des risques liés à la chaîne d’approvisionnement, tant du point de vue de la sécurité financière que de celui de la sécurité des employés5, y compris une transparence globale accrue. En revanche, selon certains rapports, Asda (une filiale de Walmart) a rompu ses contrats avec des fournisseurs de vêtements malgré des ventes records de produits alimentaires6.

Voici quelques exemples de solides pratiques d’entreprises :

• Nous avons eu plusieurs dialogues de haut niveau avec Sysco pour confirmer le maintien du versement des primes et les ajustements de service visant à aider les clients à s’adapter aux nouvelles mesures de sécurité..

• Tesco : le modèle à suivre en matière de partage d’information et de dialogue proactif et direct avec les investisseurs. Tesco a également offert des emplois permanents à 16 000 employés recrutés lors de la vague d’embauches du deuxième trimestre, au pic de la pandémie7.

• Fast Retailing : l’entreprise n’a mis fin à aucune relation avec ses fournisseurs en raison de la COVID-19, et a même entrepris de collaborer avec plusieurs parties prenantes pour soutenir ses fabricants partenaires8.

• Dollar General a annoncé qu’elle indemnisera son personnel de première ligne pour les heures perdues pour recevoir le vaccin contre la COVID‑199.

Voici quelques exemples de réponses décevantes en 2020 :

• Une entreprise a insisté pour maintenir ses pratiques antisyndicalistes dans plusieurs de ses secteurs opérationnels, allant ainsi à l’encontre des normes internationales du travail.

• Costco Wholesale Corp., George Weston ltée et CECONOMY n’ont donné suite à aucune de nos tentatives de communication.

• Nous avons toujours très peu d’information sur les enjeux liés à la main-d’œuvre, les salaires ou les initiatives telles que la WDI, qui est très bien accueillie par la communauté des investisseurs.

Initiatives de collaboration

Afin de renforcer notre voix, de partager nos idées et d’améliorer nos stratégies avec l’aide d’autres investisseurs qui partagent nos valeurs, nous nous sommes engagés dans deux initiatives de collaboration avec des investisseurs visant à promouvoir le paiement d’un salaire de subsistance : Platform Living Wage Financials (PLWF) et ShareAction’s Good Work Coalition.

Platform Living Wage Financials (PLWF)

L’initiative PLWF est une coalition composée de 15 institutions financières qui mobilisent les sociétés émettrices et les encouragent à promouvoir le paiement d’un salaire de subsistance dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, plus particulièrement dans celles des secteurs de l’habillement, de la chaussure, de l’agriculture, de l’alimentation et du commerce de détail. Afin de surveiller les progrès des sociétés émettrices, les membres de PLWF les évaluent chaque année en fonction d’une méthodologie exclusive d’évaluation du salaire de subsistance10. Ces évaluations visent à déceler les possibilités d’amélioration au sein des différentes sociétés. En 2020, cinq de nos sociétés ciblées du secteur du commerce de détail ont fait l’objet de cette évaluation : Dollar General, Dollar Tree, Loblaw, Tesco et Walmart.

Sur une échelle de cinq allant d’« embryonnaire » à « chef de file »11, les quatre détaillants nord-américains se situent dans la catégorie la plus faible. En règle générale, ces sociétés ne reconnaissent pas l’importance des salaires de subsistance, et ne prennent aucune mesure pour en verser. Tesco a obtenu la note la plus élevée, se classant dans la catégorie « parvenant à maturité ». Les sociétés de cette catégorie reconnaissent que le droit de gagner un salaire de subsistance est un enjeu important et ont, de manière générale, mis en place des processus formels à cette fin. Aucun détaillant ne s’est classé dans les deux catégories les plus élevées.

Good Work Coalition

Connue jusqu’à tout récemment sous le nom de Living Wage Coalition, la Good Work Coalition de ShareAction a élargi son mandat. Bien qu’elle soit encore principalement axée sur le paiement de salaires de subsistance au sein des sociétés cotées au FTSE 100, la coalition aborde également des sujets comme le nombre d’heures de travail – l’assurance d’un certain nombre d’heures de travail et d’un véritable salaire de subsistance – et le traitement responsable des excédents de personnel.

En 2020, la coalition a envoyé 52 lettres de collaboration à des entreprises au sujet du salaire de subsistance, de la précarité de l’emploi, du traitement responsable des excédents de personnel et des écarts de rémunération entre les genres. ShareAction a également posé 40 questions lors d’assemblées générales annuelles et rencontré 14 entreprises. La Living Wage Foundation a été témoin de sept nouvelles accréditations FTSE 100, et Reckitt Benkiser, Barratt Developments, Rightmove, Severn Trent, BP et Phoenix Group ont été accréditées en tant qu’employeurs offrant des salaires de subsistance. Cela a porté à 42 le nombre total d’employeurs accrédités cotés au FTSE 100 qui offraient un salaire de subsistance à leurs employés à la fin de l’année.

Qu’est-ce que 2021 apportera?

L’évaluation de nos efforts de mobilisation et des résultats obtenus en 2020 nous a amenés à apporter certaines modifications à la priorité de nos efforts de mobilisation pour un salaire de subsistance en 2021 :

  • Nous retirerons les trois entreprises suivantes de notre liste initiale, qui en comptait dix : Costco Wholesale Corp., George Weston ltée et CECONOMY. Notre décision découle principalement du manque de réceptivité de ces sociétés.
  • Nous nous concentrerons maintenant sur les thèmes suivants :
    • les salaires, et la promotion d’un engagement à l’égard d’un salaire de subsistance pour les opérations directes;
    • la mobilisation des employés, en mettant l’accent sur l’harmonisation des codes de conduite et des codes de conduite des fournisseurs avec les normes internationales de travail, incluant l’engagement à l’égard de la liberté d’association et des conventions collectives;
    • une transparence accrue, notamment une meilleure communication de l’information sur les salaires des travailleurs.

 

Nous maintiendrons également notre association avec PLWF et intensifierons nos efforts de manière à ajouter le secteur de l’habillement à celui du commerce de détail. De plus, dans le cadre de notre association continue avec la Good Work Coalition, nous poursuivrons nos efforts de mobilisation auprès des sociétés du vaste univers de l’indice FTSE 350. Nous espérons en effet que bon nombre d’entre elles obtiendront une accréditation en tant qu’employeurs versant un salaire de subsistance, et nous inclurons dans nos interactions avec elles des sujets comme le nombre d’heures de travail et le traitement responsable des excédents de personnel.

Subscribe to our insights

Divulgations

1 The Guardian, 2020

2 Voir notamment les articles How ESG linked stocks outperformed in 2020 et A crisis is an ideal time to raise pay (en anglais seulement).

4 Jusqu’ici, seule Walmart a publié les niveaux de rémunération de ses employés, mettant toutefois l’accent sur ses établissements aux États-Unis.

* Les interactions comprennent les courriels, les appels, les vidéoconférences et les réunions.

5 Fast Retailing, 2020

6 BBC, 2020

7 Tesco, 2020

8 Fast Retailing, 2020

9 Dollar General, 2021

11 Site Web Platform Living Wage Financials (en anglais seulement), 2021

12 Les cinq étapes sont les suivantes : embryonnaire, en développement, parvenant à maturité, avancé et chef de file.

* https://www.frc.org.uk/getattachment/5aae591d-d9d3-4cf4-814a-d14e156a1d87/Stewardship Code_Final2.pdf, p. 4. L’Investment Association peut en tout temps déterminer qu’elle ne se conforme plus à la définition du FRC.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Les points de vue et opinions sont ceux de BMO Gestion mondiale d’actifs et ne doivent pas être considérés comme des recommandations ou des sollicitations d’achat ou de vente des sociétés éventuellement mentionnées.

Les renseignements, opinions, estimations et prévisions qui figurent dans le présent document sont tirés de sources considérées comme fiables et peuvent changer à tout moment.

Related articles

No posts matching your criteria