Marchés émergents

Stratégie mondiale d’investissement responsable sur les marchés émergents : L’importance de la diversité

Novembre 2020

Nous avons toujours été d’avis que la diversité est un aspect incontournable pour les entreprises. Les sociétés les plus diversifiées sont mieux placées pour attirer et fidéliser les meilleurs talents ainsi que pour améliorer leur orientation client, la satisfaction des employés et la prise de décisions. Autant de facteurs qui peuvent se traduire par un cycle vertueux de création de valeur améliorée. En outre, la diversité en milieu de travail est inextricablement liée à l’égalité. Les entreprises qui s’engagent à faire en sorte que tout le monde ait des chances égales et que personne ne soit traité différemment ou ne fasse l’objet de discrimination contribueront ultimement à l’enrayement soutenu dans nos sociétés des inégalités des genres, raciales, ethniques et économiques omniprésentes. Dans cette optique, nous nous sommes efforcés de comprendre comment les sociétés de notre portefeuille gèrent et favorisent l’égalité et la diversité à tous les échelons de l’organisation afin de soutenir le rendement financier à long terme.

Une société inclusive en tire de nombreux avantages. En tant qu’investisseurs à long terme cherchant à profiter des tendances structurelles de longue durée, nous devons tenir compte pour chacun de nos placements des enjeux issus des inégalités, y compris ceux qui découlent de la discrimination.

Nous avons de grandes aspirations en ce qui concerne la promotion des bonnes pratiques en matière de diversité et d’inclusion, mais nous restons humbles devant les importants défis qui persistent au sein de diverses organisations façonnées par leur culture et leur environnement d’exploitation. Dans les paragraphes qui suivent, nous présenterons notre expérience de mobilisation sur les questions de diversité des genres auprès d’entreprises indiennes.

La croissance de l’Inde semble avoir écarté la représentation des femmes. Malgré une croissance importante et diverses améliorations, le taux de participation des femmes au marché du travail est passé de 30,3 % en 1990 à 20,5 % l’an dernier, selon la Banque mondiale. Aujourd’hui, l’Inde se classe moins bien que des pays comme l’Afghanistan, le Soudan et l’Arabie saoudite. Ces données ne sont pas encourageantes : les tendances à la baisse de la participation des femmes au marché du travail pourraient tempérer notre enthousiasme à l’égard de la croissance structurelle de l’Inde au cours des prochaines décennies. Une étude récente a révélé que, lorsqu’un plus grand nombre de femmes entrent sur le marché du travail, les salaires augmentent pour tous.

Le travail des femmes n’est souvent pas reconnu en raison des rôles sociaux traditionnellement acceptés; leurs tâches sont en grande partie non rémunérées et ne sont pas prises en compte dans un système avide de mesures. C’est le cas en Inde. Cela montre également qu’il existe un important capital humain potentiel qui reste une ressource inexploitée, plus précieuse que toute réserve de pétrole et de gaz, en attente d’être explorée. Nous tenons à ce que les sociétés de notre portefeuille participent à l’effort.

En tant qu’investisseurs, que pouvons-nous faire dans le contexte des normes sociales existantes et face à d’autres défis structurels? Nous devons utiliser notre voix d’actionnaires pour agir en tant qu’agents du changement. Notre objectif consiste à encourager les entreprises à passer en revue leurs politiques et procédures de gestion des talents, leurs conditions de travail en vigueur et l’importance de la représentation des femmes à tous les échelons afin de repérer les lacunes et de prendre des mesures concrètes pour les combler. Nos demandes en matière de mobilisation comprennent l’élaboration d’un bassin de ressources pour les postes de direction occupés par des femmes, l’établissement de programmes de mentorat axés sur les femmes, la mise en place de politiques et de systèmes visant à prévenir efficacement le harcèlement, sexuel et autre, en milieu de travail et l’élaboration de régimes de travail souples pour les femmes qui reprennent le travail après un congé de maternité.

Nous vivons une période très importante de l’histoire où nous pouvons collectivement faire un grand pas en avant pour réduire les inégalités de genre, raciales et économiques. En tant que gardiens du capital de nos clients, nous voulons nous assurer que les discussions sur l’inclusion, la diversité et l’autonomisation demeurent une priorité dans le cadre de nos placements. Au bout du compte, nous voulons nous assurer que les entreprises de notre portefeuille profitent autant de la société que la société profite des biens et des services qu’elles offrent. Ce trimestre, notre étude de cas sur un placement présente une institution financière spécialisée dans l’octroi de prêts aux groupes de femmes de villages en Indonésie. Il s’agit d’une remarquable histoire de retombées sociales positives et de création de valeur à long terme pour toutes les parties prenantes, y compris nous, les actionnaires.

Étude de cas sur un placement : Bank BTPN Syariah

Bank BTPN Syariah (BTPS) est une institution de microfinancement qui se concentre exclusivement sur le segment des « pauvres productifs » en Indonésie; elle prête à des groupes composés uniquement de femmes au bas de la pyramide dans les villages. L’objectif de la banque est de promouvoir l’inclusion financière à l’échelle de l’Indonésie et de permettre aux familles pauvres productives d’améliorer leur moyen de subsistance. L’entreprise a commencé ses activités en 2008 et a adopté le même modèle d’affaires que celui de la Grameen Bank au Bangladesh.

BTPS met sur pied de vastes programmes sociaux auprès de ses clientes, dont des programmes de santé et de bien-être, de renforcement des capacités commerciales et de littératie financière. Le montant moyen par client est d’environ 140 $. Au cours des quatre dernières années, BTPS a maintenu un taux fixe de 30 % sur tous les cycles.

Ils ont assisté à une croissance impressionnante; le portefeuille de prêts a augmenté de 34 % par an au cours des trois dernières années et la valeur comptable a progressé de 43 % par an. La Banque a généré un RCP moyen de 33 % et un rendement de l’actif de 7,6 % au cours de la même période. L’actionnaire majoritaire, Bank BTPN, détient une participation de 70 %. La société mère est un groupe bancaire solide et rentable qui a une équipe de direction chevronnée et possède des actifs de grande qualité dans tous les secteurs où elle exerce ses activités. La nature prudente du groupe est mise en évidence par le fait que BTPS détient 30 % de ses actifs sous forme d’instruments liquides. Son secteur d’activité est unique et à forte croissance et ses assises financières sont solides.

Plus de 3,1 millions d’entrepreneures obtiennent des prêts au moyen du produit Paket Masa Depan (solution pour un avenir meilleur) de BTPS. La société compte une équipe de 11 500 employés répartis dans 23 provinces qui couvrent 70 % du marché. Cette équipe rencontre les groupes de 192 000 quartiers deux fois par mois, ce qui rehausse l’intérêt et la fidélisation de la clientèle de BTPS. Les rencontres avaient lieu auparavant en personne, mais elles se font dorénavant de manière numérique. Les clientes habituelles de BTPS sont des femmes défavorisées qui vivent dans de petits villages et qui gagnent leur vie en vendant des biens, de la nourriture ou du bétail, ou en fabriquant des produits simples. Avant d’obtenir un prêt, le groupe suit une formation de quatre à cinq jours en planification et en gestion financière. Les clientes sont regroupées dans un système d’adhésion où l’épargne est obligatoire et la responsabilité partagée.

Collectivités il s’agit des bénéficiaires finaux et, au-delà du résultat financier, le fait d’avoir une incidence positive est au cœur de BTPS. L’entreprise gère de nombreux programmes sociaux auprès de ses clientes, dont des programmes de santé et de bien-être, de renforcement des capacités commerciales et de littératie financière. Nous présentons ci-dessous les données de la grille de performance qui mesure l’impact social.

La causalité n’est pas toujours synonyme de corrélation et mesurer l’impact peut s’avérer une tâche très difficile. Néanmoins, nous sommes fiers de constater que certaines de ces données évoluent dans la bonne direction, même s’il est encore très tôt.

Mesurer l’impact Prêts Cycle 1 (premier prêt) Prêts Cycle 2 Prêts Cycle 3

Risque de passer sous le seuil de la pauvreté

25,8%

23,5%

20,9%

Nombre d’enfants qui ne fréquentent pas l’école

15,3%

12,0%

9,9%

Nombre de ménages qui n’ont pas de toilettes ou de latrines

14,3%

12,2%

8,4%

Source : Rapport de BTPN Syriah, troisième trimestre 2020

Les employés et les activités au sein des collectivités sont des éléments clés de BTPS. Le microcrédit est une activité qui coûte cher, axée sur les relations et qui mobilise un grand nombre de personnes. BTPS prête à des groupes composés uniquement de femmes, et les agentes de prêts sont toutes des femmes (94 % des employés sont des femmes). L’agente de prêt de première ligne est normalement diplômée du secondaire et elle est âgée de 18 à 26 ans. La banque est donc en mesure d’offrir des possibilités de carrière et d’acquisition de compétences à des jeunes femmes qui pourraient autrement se retrouver dans des emplois peu spécialisés dans les services ou le secteur manufacturier. BTPS offre des programmes bien établis de mentorat et d’encadrement; au moins 5 % des coûts du personnel sont affectés au développement du capital humain. La jeunesse relative de la main-d’œuvre signifie que le taux de roulement du personnel est généralement assez élevé, mais les agentes de prêt sont néanmoins en mesure d’acquérir des compétences transférables pendant leur séjour au sein de la banque, surtout en matière de TI et d’applications numériques. De plus, les membres de l’équipe de direction travaillent ensemble depuis 15 ans.

Les fournisseurs de capital profitent des taux de rendement relativement élevés proposés. Le ratio compte courant/compte d’épargne de 21 % est faible, ce qui montre que BTPS est principalement financé par des tiers. Les clients emprunteurs de la Banque sont tenus d’ouvrir des comptes dans le cadre du processus d’approbation des prêts, mais leur épargne excédentaire est généralement faible et les remboursements sont habituellement effectués en espèces lors des rencontres régulières avec les emprunteurs. Cela dit, le taux d’épargne des particuliers augmente à mesure que les emprunteurs franchissent les divers cycles de crédit et que leur capacité à maintenir des comptes courants et d’épargne plus importants augmente. Les tiers sont néanmoins les principaux fournisseurs de capital au moyen de dépôts à terme; les déposants sont généralement des particuliers fortunés, ainsi que des entreprises qui sont attirées par des taux d’intérêt effectifs supérieurs. Le coût des fonds de BTPS a donc tendance à être plus élevé que celui des grandes banques, mais il est plus que compensé par un rendement réel des actifs beaucoup plus élevé. Forte d’une assise financière très solide et du soutien de la banque mère (Bank BTPN), ainsi que de l’actionnaire majoritaire de la banque mère (Sumitomo Mitsui Financial Group), la société est bien positionnée pour faire face à des conditions difficiles.

Mobilisation

Ce trimestre, nous aimerions mettre en avant les activités de mobilisation concernant la diversité que nous avons menées auprès de certaines des sociétés de notre portefeuille.

En Inde, nous avons échangé avec Biocon et à Marico au sujet de leurs mesures visant à augmenter la proportion de femmes occupant des postes de haute direction. Nous avons bien accueilli l’approche des deux sociétés, qui consiste à favoriser la diversité en tant que qu’objectif d’affaires plutôt qu’en tant que simple programme de ressources humaines. Par exemple, environ 70 % des dépenses de recrutement annuelles de Biocon sont consacrées au recrutement selon les objectifs de diversité. Au cours des deux dernières années, la société a vu son taux d’embauche selon le genre augmenter de 25 % sur trois mois. Le fait de voir la diversité des genres sous un tel angle stratégique permet aux entreprises de tirer parti de la diversité pour en dégager un avantage concurrentiel et, au bout du compte, d’améliorer leur rendement à long terme.

Selon nous, les deux sociétés ont établi un contexte approprié pour accroître la diversité à tous les échelons de leur organisation. Les dirigeants sont clairement engagés et les équipes de direction ont déployé de grands efforts pour bâtir un milieu de travail respectueux, inclusif et exempt de discrimination en plus de lancer des initiatives destinées à améliorer les programmes de mentorat et la souplesse des conditions de travail pour aider les femmes à progresser dans leur carrière. Cependant, la représentation des femmes, en particulier au sein de la haute direction, reste obstinément faible. Nous reconnaissons que la diversité n’a pris que très récemment de l’importance dans les objectifs des directions et qu’il faudra du temps pour changer les perceptions culturelles et sociales à l’égard des femmes en milieu de travail. Par conséquent, nous sommes pleinement conscients qu’il faudra faire preuve de patience avant que les actions se transforment en résultats. Nous surveillerons les progrès.

Nous avons également rencontré les représentants de Clicks Group, la chaîne pharmaceutique sud-africaine en portefeuille, après qu’elle a été confrontée à une importante réaction du public entourant une publicité raciste publiée par un fournisseur sur le site Web de Clicks. Dans un pays comme l’Afrique du Sud, où l’héritage de l’exclusion est encore très présent, ces erreurs sont tout simplement inacceptables, surtout de la part d’une marque très connue comme Clicks. La direction a agi extrêmement rapidement : elle a supprimé la publicité et a retiré des tablettes tous les produits de cette marque; le chef de la direction a présenté des excuses publiques; suspendu les employés qui avaient autorisé la publication de l’annonce et accepté la démission du cadre supérieur associé à cette équipe. De plus, la société s’est engagée à redoubler d’efforts pour collaborer avec le gouvernement afin de favoriser le recours aux fournisseurs locaux. Nous avons bien accueilli ces mesures, mais nous avons exhorté la société à veiller à ce que de telles erreurs ne se reproduisent plus et, surtout, à ce que Clicks reconnaisse l’importance d’une idéologie et d’un leadership appropriés et d’une approche systémique pour opérer le changement de culture nécessaire et ainsi assurer une diversité et une inclusion d’impact.

Exercice du droit de vote

L’un des fondements de notre processus et de notre philosophie de placement est l’actionnariat actif, c’est-à-dire la mobilisation et l’exercice du droit de vote. En ce qui concerne ce dernier aspect, nous croyons qu’il est de notre devoir, en tant qu’actionnaires, d’utiliser notre droit de vote pour envoyer un message clair aux conseils d’administration des sociétés faisant partie de notre portefeuille au sujet des améliorations que celles-ci peuvent apporter à leurs pratiques de gouvernance d’entreprise. C’est pourquoi nous exerçons judicieusement notre droit de vote pour tous nos placements.

Voyons d’abord les résultats généraux, après quoi nous passerons à quelques études de cas. Au cours du trimestre, nous avons participé au scrutin des assemblées générales d’actionnaires de 11 des sociétés de notre portefeuille. Sur les 106 résolutions où nous avons exercé notre droit de vote, nous avons voté « pour » la direction dans 81,1 % des cas et « contre » la direction dans 18,9 % des cas. Durant le trimestre, nous ne nous sommes jamais abstenus.

Nous présenterons deux études de cas ce trimestre; les deux sociétés exercent leurs activités en Chine et à Hong Kong. En ce qui concerne Sinopharm et Vitasoy, nous avons voté contre un nombre important d’administrateurs. Dans le cas de Sinopharm, nous avons voté contre huit administrateurs indépendants. Les principales raisons de ces votes étaient : l’absence d’un comité d’audit entièrement indépendant ainsi que l’absence d’un comité de mise en candidature et de rémunération majoritairement indépendant, et la présence de trois administrateurs siégeant à six conseils d’administration ou plus, ce qui peut nuire à leur capacité de s’acquitter efficacement de leurs fonctions. Dans le cas de Vitasoy, nous avons voté contre les trois administrateurs indépendants qui représentaient les intérêts de l’actionnaire majoritaire, puisque leur appartenance au comité de mise en candidature et de rémunération faisait en sorte que celui-ci n’était pas majoritairement indépendant.

Conformément à notre politique, lorsque nous votons contre une résolution de la direction, nous envoyons toujours une lettre ou un courriel à la société en question pour lui expliquer notre décision.

Portefeuille

Nous avons établi de nouvelles positions dans deux sociétés indiennes au cours du trimestre. La première est Torrent Pharmaceuticals, l’un des dix plus grands acteurs du secteur pharmaceutique indien, dont la solide présence nationale remonte à plus de 40 ans en Inde. Ses activités en Inde sont axées sur les maladies cardiovasculaires, gastro-intestinales et celles du système nerveux central ainsi que sur les soins de santé destinés aux femmes. Torrent augmente également sa présence dans les segments du diabète, de la gestion de la douleur, de l’oncologie et des anti-infectieux. En Inde, elle a également une entreprise de fabrication sous contrat qui produit de l’insuline exclusivement pour Novo Nordisk, avec laquelle elle a établi un partenariat de 30 ans. À l’international, Torrent est très présente dans les marchés pharmaceutiques des États-Unis, du Brésil et de l’Europe; elle bénéficie d’un modèle d’affaires intégré verticalement et concurrentiel à l’échelle mondiale. Nous avons été attirés par Torrent en raison de sa forte présence en Inde et au Brésil (où les ventes sont entièrement liées aux maladies chroniques), de son engagement à fournir aux consommateurs des médicaments de grande qualité à des prix abordables dans les marchés émergents et développés ainsi que de la croissance à long terme des dépenses de soins de santé découlant du vieillissement de la population et de l’augmentation des maladies liées au mode de vie dans les principaux marchés où elle exerce ses activités.

La prochaine entreprise sur notre liste est Biocon Biologics, la plus grande société indienne de biotechnologie entièrement intégrée et axée sur l’innovation. Biocon jouit d’un solide portefeuille et a une longueur d’avance dans la première vague de produits biosimilaires à l’échelle nationale et internationale. Les produits biosimilaires en sont à leurs balbutiements et ont le potentiel de connaître une croissance exponentielle, puisqu’une grande partie des traitements biologiques existants verront leurs brevets arriver à échéance dans les quatre à cinq prochaines années. Biocon jouit d’un solide portefeuille et a une longueur d’avance dans la première vague de produits biosimilaires; certains d’entre eux ont été approuvés, d’autres en sont à une phase avancée et seront bientôt lancés. L’autre principal attrait est la capacité de Biocon à attirer des talents, non seulement au pays, mais aussi sur le plan international. Cette capacité est en partie attribuable au fait que l’entreprise est dirigée par sa fondatrice, Kiran Mazumdar-Shaw, une des premières Indiennes milliardaires qui a bâti elle-même sa fortune. Elle conserve une participation majoritaire dans cette entreprise prometteuse. L’entreprise affiche un bilan solide et des flux de trésorerie disponibles convenables, même si la majeure partie des liquidités est utilisée pour bâtir le portefeuille de produits biologiques grâce à diverses marques mondiales du secteur de la santé.

Nous avons également profité de l’occasion pour établir une participation dans Zhejiang Supor, le deuxième plus important fabricant mondial d’appareils de cuisson électriques et la plus importante entreprise d’articles de cuisine en Chine. Il s’agit d’une entreprise que nous suivons depuis quelques années et dont l’inscription remonte à 2004. En 2006, elle a profité d’un investissement stratégique de l’entreprise familiale française Groupe SEB, un chef de file mondial des petits appareils électroménagers et des articles de cuisine qui contrôle aujourd’hui plus de 80 % de l’entreprise.

Sa distribution est très solide et son portefeuille de marques locales et internationales est réputé. Nous croyons que la société profitera de l’amélioration de la consommation liée au mode de vie en Chine. La société n’est pas endettée et présente de solides données financières fondamentales.
Pour financer ces achats, nous avons liquidé nos positions dans ICICI Bank, en Inde, et Commercial Bank of Egypt, du côté des services financiers, et dans Tinygi (Chine) et Universal Robina (Philippines), du côté de la consommation, des titres qui se trouvent à l’extrémité du portefeuille, où les positions ont tendance à être plus petites. De plus, nous avons rééquilibré les portefeuilles en réduisant la taille des positions dans Wizz Air (coté au Royaume-Uni, établie en Hongrie), Discovery (Afrique du Sud) et HDFC Bank (Inde).

Nous continuons de communiquer avec les sociétés de notre portefeuille et leurs pairs pendant cette période difficile où les déplacements professionnels ne sont pas encouragés. Nous nous sommes associés avec un vaste réseau d’experts pour nous assurer de combler certaines des perspectives que nous avions en étant sur le terrain. Jusqu’à présent, cet accès à un vaste groupe de personnes qui sont des experts dans certains secteurs, qui ont une expérience de travail directe et qui peuvent partager leur sagesse et leur expérience de terrain a contribué à nos discussions.

Les marchés continuent de remonter. Bien que nous accusions un léger retard depuis le début de l’année, notre confiance envers les sociétés de notre stratégie, et leurs capacités de croissance composée, reste élevée.

Nous avons hâte à notre mise à jour du trimestre prochain et nous vous souhaitons une fin d’année 2020 en toute sécurité.

Divulgations

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qu’il renferme ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria