No data was found
CA-FR Investisseurs
CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

La défense remporte le championnat

Du 8 au 12 mai 2023

CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

La défense remporte le championnat

Du 8 au 12 mai 2023

Commentaire hebdomadaire

Récapitulation du marché

  • Les marchés boursiers qui résistent à l’annonce du FOMC, données économiques clés, préoccupations liées au plafond de la dette et difficultés persistantes dans le secteur des banques régionales américaines : une autre semaine normale au bureau, quoi. L’indice S&P 500 a fini par reculer d’un modeste 0,8 %, mais pas sans subir de fortes fluctuations. Les banques ont été durement touchées, en baisse de 4,6 % au cours de la semaine, et certaines banques régionales ont subi d’intenses pressions. Les secteurs défensifs, comme la santé et les services publics, se sont maintenus en tête du peloton, tout comme la technologie.
  • Il convient également de noter que l’indice S&P 500, qui est resté dans sa fourchette, a été principalement soutenu par les grands poids lourds, dont beaucoup appartiennent aux secteurs de la technologie ou des services de communication, et dont les valorisations ont bénéficié de la perspective d’une pause de la Fed.
  • En fait, le secteur des grandes capitalisations de l’indice S&P 100 a progressé de 2,6 % au cours des trois derniers mois, ce qui a masqué une baisse de 11 % du secteur des plus petites capitalisations de l’indice Russell 2000 dans son ensemble. Pendant ce temps, l’indice TSX a cédé 0,5 % au cours de la semaine en raison de la faiblesse des secteurs de l’énergie et de la santé.

Taux d’intérêt

La semaine dernière, comme on pouvait s’y attendre, la Réserve fédérale des États-Unis a relevé de 25 points de base son taux directeur. Mais ce sont les remarques du président de la Fed, Jerome Powell, qui ont après coup polarisé le débat; il a précisé qu’« aucune décision concernant une pause n’avait été prise », mais bon nombre d’observateurs ont interprété les agissements de la Fed comme si c’était le cas. Ce sentiment a été amplifié par le retrait d’une ligne de la déclaration après la réunion de la décision précédente, qui indiquait que « le Comité s’attend à ce qu’un resserrement supplémentaire de la politique pourrait être approprié » pour lutter contre l’inflation1; cette fois-ci, la déclaration mentionne simplement « déterminer dans quelle mesure un raffermissement supplémentaire de la politique pourrait être approprié », sans dire qu’il anticipe de tels mouvements2. Le résultat? Encore une fois, certains investisseurs s’attendent à des réductions de taux d’intérêt cette année. Même avant l’annonce de la Fed, les observateurs étaient divisés en deux clans : ceux en faveur d’une politique conciliante, qui se demandaient si de nouvelles hausses de taux étaient réellement nécessaires, et ceux en faveur d’un raffermissement, qui calculaient combien de nouvelles hausses seraient nécessaires. D’après notre évaluation, une réduction de taux demeure très improbable en 2023, et cela pourrait bien être la dernière. C’est l’incertitude qui permet à certains investisseurs d’être optimistes, mais il faut aussi ne pas oublier que, si la Fed avait annoncé une pause, cette décision aurait probablement rendu les marchés nerveux également, en particulier compte tenu de la situation récente avec les banques et du resserrement des marchés du crédit.

Conclusion : Malgré une suspension possible des hausses de taux, une réduction demeure improbable cette année.

Banques

La saga de First Republic Bank est dans les annales : lundi dernier, nous avons appris que JPMorgan avait acheté la majorité des actifs de la banque à la suite de son effondrement et de la saisie effectuée par la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC). Nous avions qualifié la situation de crise inhérente à une société, et nous croyons encore que tel est le cas. Mais, malgré les propos rassurants du gouvernement et d’autres autorités quant à la stabilité et à la bonne santé du réseau des banques régionales aux États-Unis, la nouvelle selon laquelle une autre banque régionale, PacWest, serait maintenant en difficulté a soulevé de nouvelles inquiétudes. Ces derniers développements montrent bien que le réseau des banques régionales est encore fragile. Depuis le début de la crise avec Silicon Valley Bank (SVB), le scepticisme règne au sujet des banques régionales considérées comme « vulnérables » : il y a eu d’abord SVB, puis Signature Bank et First Republic, et maintenant PacWest. Les sorties de fonds de ces banques devaient trouver refuge quelque part, et c’est ce qui alimente l’incertitude. Nous ne serions pas surpris que d’autres banques régionales deviennent nerveuses et envisagent des acquisitions préventives. C’est que PacWest semble faire. La bonne nouvelle est que, chaque fois qu’une banque est sauvée, les autorités réglementaires peuvent réduire leurs protections, et l’incertitude diminue, tout comme l’instabilité.

Conclusion : Il y aura toujours une banque régionale « vulnérable », mais la menace d’une crise bancaire généralisée devrait rester faible.

Pétrole

Récemment, les marchés du pétrole ont été plus volatils que normalement, et les spéculations vont bon train concernant l’orientation des prix du pétrole brut. Notre équipe mérite d’être félicitée pour son évaluation exacte de la situation. Plus tôt cette année, nous avions ouvert une position d’options d’achat couvertes dans l’énergie, en encaissant des primes, car la fourchette du prix du pétrole était maintenue et nous avons fini par encaisser nos profits en vendant notre position tactique lorsque l’OPEP a réduit sa production et que les prix ont bondi. D’une manière générale, nous sommes encore favorables au pétrole, mais pas dans le contexte et aux cours actuels, qui tournent autour de 70 $ le baril pour le brut WTI. Un prix au baril de l’ordre de 60 $ serait intéressant, mais seulement si la situation macroéconomique s’éclaircit. À ce propos, nous surveillerons de près quelques développements. Premièrement, la réouverture de la Chine : si elle se déroule bien, la demande de pétrole pourrait augmenter fortement. Deuxièmement, la possibilité d’une récession pourrait entraîner une forte baisse de la demande d’énergie. Tant qu’il y aura des questions en suspens quant à ces situations, il sera difficile de prédire à quel moment les prix du pétrole repartiront fortement à la hausse.

Conclusion : Nous devrons en apprendre davantage sur la situation macroéconomique et le moment d’une possible récession avant de nous sentir à l’aise réinvestir dans le pétrole.

Positionnement

Comme les partisans des Maple Leafs de Toronto vous le diraient sans aucun doute, une défense solide est essentielle pour gagner. Après avoir passé plusieurs mois en position équilibrée, nous croyons maintenant qu’il est temps d’adopter une position défensive dans nos portefeuilles. Comme nous l’avons déjà mentionné, bon nombre d’investisseurs comprennent mal le message de la Fed et demeurent excessivement optimistes quant à la possibilité d’une réduction des taux d’intérêt. Pareille interprétation prête à des baisses inattendues sur les marchés. La décision que nous devons prendre maintenant est de choisir si nous vendons des actions ou ajoutons des options d’achat couvertes pour tirer un revenu des primes, notamment dans notre position de l’industrie. Nous allons continuer d’évaluer ces options. Dans l’ensemble, la qualité demeure la priorité. Et, sur le plan géographe, il y a la question de la Chine. Quand le moment sera-t-il idéal pour rajuster notre position? Ce sont les questions que nous nous poserons dans les prochaines semaines et, comme toujours, nous rajusterons notre positionnement s’il y a lieu.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
4 mars 2024
mars 2024

Les obligations finiront-elles par s’envoler?

Pourquoi les rendements des titres à revenu fixe ont-ils été décevants, et quelles sont les perspectives pour le reste de 2024? Est-il probable que des titres qui ne font pas partie du groupe des sept magnifiques réussissent à s’en approcher?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
26 février 2024
mars 2024

Comment Nvidia est-elle devenue la nouvelle Apple?

L’action de Nvidia s’envole : le moment est-il venu d’encaisser des profits ou y a-t-il d’autres gains à réaliser? Que signifie l’écart d’inflation entre les États-Unis et le Canada pour les taux d’intérêt?
Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
mars 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
mars 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?