No data was found
CA-FR Investisseurs
Cette semaine avec Sadiq

Surestimation des rumeurs de reprise du marché de l’habitation aux États-Unis

Du 6 au 10 mars 2023

Cette semaine avec Sadiq

Surestimation des rumeurs de reprise du marché de l’habitation aux États-Unis

Du 6 au 10 mars 2023

Commentaire hebdomadaire

Récapitulation du marché

  • Les marchés boursiers ont rebondi cette semaine dans un contexte de calme relatif sur le plan des données économiques et de la politique monétaire.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,9 %, grâce à la combinaison des matières premières, des services de communication et de l’industrie, tandis que les secteurs défensifs comme les biens de consommation de base, les services publics et la santé ont tiré de l’arrière.
  • Les données ont en grande partie été un jeu à somme nulle cette semaine : les commandes de biens durables et les ventes de maisons en attente ont affiché de solides gains en janvier, l’indice ISM du secteur des services se maintenant bien en territoire d’expansion, mais l’indice ISM du secteur manufacturier affiche une faiblesse soutenue et les ventes d’automobiles ont reculé en février.

Marché américain de l’habitation

En janvier, les perspectives du marché américain de l’habitation commençaient à devenir optimistes : les consommateurs dépensaient, la récession semblait avoir été repoussée et la Réserve fédérale américaine semblait sur le point de suspendre les hausses de taux. Il s’en est suivi que les demandes de prêt hypothécaire ont commencé à augmenter. Or, les dernières données plus élevées que prévu sur l’inflation aux États-Unis ont tout changé. Les attentes se sont inversées et les investisseurs prévoient maintenant plusieurs hausses de taux. Ce risque de ralentissement a encore fait baisser un peu le prix des maisons. Dans l’ensemble, la prudence est de retour sur le marché. Ainsi, les grands détaillants comme Macy’s et Best Buy affichent de bons résultats dans leur récent rapport sur les bénéfices, mais ils mettent en garde contre d’éventuels problèmes. Tout cela est lié à l’inflation : tant qu’elle persistera, la Fed continuera de relever les taux, ce qui freinera la consommation et, par conséquent, le marché de l’habitation.

Conclusion : Une hausse importante des prix des maisons aux États-Unis est peu probable tant que la Fed ne sera pas prête à suspendre les hausses de taux.

Bénéfices des banques

Les récents bénéfices des banques canadiennes peuvent être interprétés de plusieurs façons. D’abord, toutes les sociétés du secteur de la gestion de patrimoine sont en train d’absorber les contrecoups de l’année dernière, lorsque la richesse s’est détériorée considérablement dans le secteur de l’habitation et sur les marchés boursiers et obligataires en raison des taux d’intérêt élevés. Il va sans dire que ces facteurs ont eu un impact. Cependant, malgré ces obstacles, certaines sociétés financières se sont relativement bien comportées en février par rapport à l’ensemble du marché. À notre avis, cela s’explique par le fait que ces sociétés sont raisonnablement évaluées du point de vue de la valorisation et qu’elles procurent une marge de sécurité pour les rendements en dividendes. Pour revenir aux bénéfices proprement dits, nous pensons que c’est du cas par cas. Les résultats dépendent de la façon dont chaque banque met en œuvre son plan stratégique, du fonctionnement de ses provisions pour pertes sur prêts, de son exposition au marché de l’habitation, etc. Nous nous attendons à ce que les résultats à venir soient plus différenciés que ceux que nous avons observés récemment. C’est le cas aux États-Unis, où JPMorgan a affiché de bons résultats, contrairement à Wells Fargo. Comme l’a souligné le chef de la direction de JPMorgan, Jamie Dimon, les consommateurs dépensent encore, mais ils font des choix dans leurs habitudes de consommation. On suppose que la consommation finira par ralentir, mais on ne sait pas quand ni dans quelle mesure.

Conclusion : Comme prévu, les piètres bénéfices du dernier trimestre pourraient se généraliser cette année.

Tesla

Tesla est un cas intéressant. En novembre et en décembre de l’année dernière, le cours de son action a fortement baissé. Mais cette baisse a été suivie en janvier d’une forte remontée lorsque le marché s’est redressé. Tesla semble maintenant déterminée à reculer dans l’échelle des prix en offrant ses véhicules pour moins cher. Elle s’est rendu compte avec raison que, pour obtenir le volume qu’elle recherche, elle aura besoin d’une voiture qui convient à l’ensemble du marché. Mais ses marges bénéficiaires pourraient en souffrir. La concurrence de plus en plus féroce sur le marché des véhicules électriques (VE) revêt une importance capitale en l’espèce. Tesla a eu l’avantage d’être la première sur le marché, mais le consommateur a maintenant plus de choix. Il se peut que la décision de Tesla de baisser ses prix soit un pari à long terme pour nuire à la concurrence. Elle pourra tolérer des marges plus faibles, mais ce ne sera peut-être pas le cas des sociétés moins établies. Si tel est le cas, c’est une bonne décision. Mais, même si Tesla mise sur le long terme, ses marges diminueront à court terme, et il pourrait s’avérer difficile d’augmenter les prix une fois que les consommateurs tableront sur des prix plus bas. Les bornes de recharge pour batteries continuent d’être installées dans plus d’endroits, et Tesla cherchera à tirer parti de cet élan. À mesure que d’autres sociétés commenceront à augmenter leur production, il y aura plus de choix, et cette concurrence ne fera qu’augmenter avec la réouverture de la Chine.

Conclusion : Les prix des véhicules électriques baissent, mais ce n’est pas à cause de la réduction des coûts, ce qui signifie que les marges de Tesla diminueront probablement.

Positionnement

Notre équipe Solutions d’investissement multiactif a récemment mis à jour nos perspectives en se basant sur ce que nous observons sur le marché. Vous pouvez consulter toutes nos décisions de positionnement du portefeuille dans le rapport complet : Un hiver ponctué de surprises ensoleillées.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
février 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
février 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?
Commentaire hebdomadaire
12 février 2024
février 2024

Analyser les problèmes du marché boursier chinois

Quelle sera l’incidence de la récente vente massive d’actions chinoises sur les perspectives des marchés émergents? Comment les marchés du travail ont-ils résisté aux récentes mises à pied?
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
5 février 2024
février 2024

Pourquoi les sociétés à petite capitalisation pourraient se redresser en 2024

Que devraient penser les investisseurs des commentaires du président Powell après la dernière annonce de la Fed concernant les taux? L’immobilier commercial pourrait-il déclencher une autre crise bancaire régionale semblable à celle de SVB?