No data was found
CA-FR Investisseurs
Cette semaine avec Sadiq

La variable inconnue de la volatilité

Du 20 au 24 mars 2023

Cette semaine avec Sadiq

La variable inconnue de la volatilité

Du 20 au 24 mars 2023

Commentaire hebdomadaire

Récapitulation du marché

  • Les marchés boursiers ont connu une semaine volatile en raison des difficultés actuelles dans le secteur bancaire.
  • L’indice S&P 500 a clôturé en hausse de 1,4 %, la forte remontée des technologies et des services de télécommunications ayant compensé une autre baisse dans le secteur des services financiers.
  • La baisse des taux obligataires a alimenté les actions à bêta élevé, malgré les difficultés ailleurs. Cependant, l’indice TSX a fléchi de 2 %, car les banques et l’énergie pesaient plus lourds.

Variable inconnue

S’il y a quelque chose à retenir des dernières semaines, c’est bien l’importance d’avoir un portefeuille très diversifié pour atténuer les risques de baisse. Les services bancaires sont considérés comme un secteur relativement sûr, mais, même là, les investisseurs avaient besoin d’une exposition diversifiée aux services financiers nord-américains pour mieux se protéger contre l’implosion de la Silicon Valley Bank (SVB) (et, par la suite, de First Republic Bank et de Signature Bank). On se demande maintenant jusqu’où la contagion se propagera. Nous croyons que les investisseurs devraient considérer SVB comme une exception en raison de sa concentration dans certains créneaux, comme les entreprises en démarrage et les sociétés axées sur les cryptomonnaies, qui a fait d’elle une banque particulièrement vulnérable à la pression des dépôts. De plus, les organismes de réglementation américains sont intervenus pour garantir les dépôts non assurés, ce qui signifie que même les comptes qui détiennent plus de 250 000 $ en espèces auront droit à une restitution intégrale. Mais l’intervention comporte des inconvénients. Si le gouvernement renfloue les dépôts non assurés, la distinction entre une banque de qualité supérieure et une banque de qualité inférieure s’amenuise, car les deux deviennent tout aussi sûres. Pour le moment, cependant, les risques persisteront parce que les répercussions de la fermeture de SVB se feront sentir au cours des deux à trois prochains mois.

Conclusion : À court terme, un nuage va planer au-dessus du secteur des services bancaires.

Effets d’entraînement

Quels seront les contrecoups de la fermeture de SVB sur les taux d’intérêt, la réglementation du secteur bancaire et la confiance globale des investisseurs? En ce qui concerne les banques régionales, en particulier celles qui font partie de la zone de vulnérabilité de 50 milliards de dollars à 150 milliards de dollars sur le plan réglementaire, nous pourrions observer une surveillance accrue et des pressions pour geler temporairement les versements de dividendes. Cela pourrait nuire aux banques régionales, mais il est peu probable que ces mesures touchent les grandes institutions financières, car elles sont généralement bien capitalisées et surveillées plus étroitement que les banques plus petites. En ce qui concerne les taux d’intérêt, il est peu probable que la Réserve fédérale américaine soit dissuadée de suivre sa trajectoire actuelle, mais l’importance et la séquence pourraient évoluer selon les séquelles de la fermeture de SVB. Par exemple, nous nous attendons toujours à une hausse de 25 points de base à la prochaine réunion, qui se tiendra le 22 mars, ce qui était notre scénario de base avant les récentes difficultés des banques. Nous avons aussi du mal à croire que la banque centrale s’arrêtera là; il est peu probable qu’elle augmente les taux une seule fois, surtout si l’inflation continue de stagner. Cela dit, pourrait-elle suspendre les hausses à la prochaine réunion? Peut-être. Dans l’ensemble, nous nous attendons à une augmentation de l’aversion pour le risque à court terme, ce qui pourrait involontairement entraîner les difficultés économiques nécessaires pour que la Fed allège ses mesures de politique monétaire.

Conclusion : Nous avons réduit de 2 % à 3 % notre position en actions pour tenir compte de la hausse de la volatilité des marchés à court terme.

Sous le radar

Les manchettes continuent d’être mauvaises, mais les investisseurs pourraient sous-estimer deux points d’intérêt importants. Premièrement, la concentration de SVB dans les entreprises technologiques en démarrage pourrait signifier que le marché devient plus sélectif dans ce segment, l’écart étant davantage marqué entre les sociétés de capital-investissement reconnues et celles qui ont moins d’expérience. Autrement dit, les investisseurs qui cherchent à investir dans les marchés privés devraient idéalement mettre l’accent sur la qualité du gestionnaire qu’ils choisissent. Par ailleurs, dans le secteur de l’énergie, nous avons observé d’énormes reculs qui sont nettement injustifiés. Les marchés sont passés massivement en mode aversion pour le risque, et le secteur de l’énergie a été emporté par la marée. Nous conserverons notre position à long terme sur les actions américaines du secteur de l’énergie. Cela dit, en attendant une reprise généralisée du secteur, nous continuerons également de vendre des options d’achat pour générer un revenu plus élevé à partir de la volatilité.

Conclusion : Les investisseurs des marchés privés doivent bien choisir leur gestionnaire, et les investisseurs du secteur de l’énergie n’ont qu’à conserver leurs placements.

Positionnement

Bon nombre des événements liés à SVB et le récent chaos bancaire se sont produits juste après la finalisation de nos points de vue mensuels. Cependant, nous nous sommes rapidement adaptés en éliminant une certaine part de risque liée aux actions et en intégrant de nouvelles données à nos prévisions de bénéfices, de taux d’intérêt et d’autres paramètres. Consultez la répartition détaillée du positionnement de notre portefeuille dans le dernier rapport sur les points de vue de BMO Gestion mondiale d’actifs, intitulé Les services bancaires et les « pommes pourries » : les répercussions de la faillite de SVB.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
février 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
février 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?
Commentaire hebdomadaire
12 février 2024
février 2024

Analyser les problèmes du marché boursier chinois

Quelle sera l’incidence de la récente vente massive d’actions chinoises sur les perspectives des marchés émergents? Comment les marchés du travail ont-ils résisté aux récentes mises à pied?
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
5 février 2024
février 2024

Pourquoi les sociétés à petite capitalisation pourraient se redresser en 2024

Que devraient penser les investisseurs des commentaires du président Powell après la dernière annonce de la Fed concernant les taux? L’immobilier commercial pourrait-il déclencher une autre crise bancaire régionale semblable à celle de SVB?