La récession est-elle plus proche aux États-Unis?

En août 2019, la courbe des taux des obligations du Trésor américain s’est inversée. C’est un phénomène rare. Les taux de rendement à long terme aux États-Unis sont inférieurs aux taux à court terme, mais ce phénomène d’inversion est-il un signe avant-coureur de récession, comme l’histoire semble nous l’avoir enseigné?

Lors du forum de l’an dernier, nous avions fermement affirmé qu’une vague importante de réductions d’impôt serait suffisante pour éviter une récession aux États-Unis. Même s’il est vrai que les largesses fiscales du président Trump ont permis à la première économie mondiale de rester en bonne santé, il ne fait aucun doute que les risques ont augmenté. Les guerres commerciales constituent l’élément le plus dangereux. Les tensions tarifaires entre les États-Unis et leurs principaux partenaires commerciaux (notamment la Chine) n’ont peut-être eu qu’une incidence directe assez limitée sur la croissance américaine, mais la confiance des entreprises s’est affaiblie et cela a ramené à zéro la croissance des investissements dans le monde.

On peut s’inquiéter que les entreprises, après avoir diminué leurs investissements, réduisent leurs effectifs. Si les salaires non agricoles aux États-Unis, qui sont surveillés de près, commencent à diminuer, la confiance des consommateurs en pâtira certainement, et les consommateurs sont le principal pilier de la croissance aux États-Unis. En effet, nous constatons déjà une menace pour l’emploi chez les grandes entreprises, où les marges bénéficiaires baissent, à l’inverse des coûts de main-d’oeuvre.

En revanche, ces menaces sont contrebalancées par des facteurs importants. Tout d’abord, nous croyons que, parce qu’il y aura des élections aux États-Unis dans à peine plus d’un an, le président Trump fera le nécessaire pour conclure un accord commercial avec la Chine dans le but de gagner des votes, et que cela permettra de débloquer des dépenses d’investissement en suspens. Deuxièmement, grâce à la souplesse des réductions de taux, et peut-être à d’autres mesures d’assouplissement quantitative dont elle dispose dans son arsenal, la Fed a encore la possibilité d’apporter une réponse monétaire efficace en cas de choc. Par exemple, si le nombre d’emplois créés chutait à seulement 100 000 par mois, nous croyons que la Fed pourrait réduire les taux d’intérêt de 75 points de base d’ici le printemps 2020. Enfin, les déséquilibres financiers sont faibles et l’inflation est remarquablement stable.

La confiance des dirigeants d’entreprise à la baisse

La confiance des dirigeants d’entreprise à la baisse

Source : Bloomberg, Chief Executive Magazine, 25 septembre 2019.

Forum mondial des placements, Londres, 2019

Certains des principaux facteurs déterminants à moyen terme de nos économies et marchés seront abordés lors du Forum mondial des placements de BMO.

L’inversion de la courbe des taux a peut-être déjà été un indicateur fiable d’une récession aux États-Unis, mais nous ne disposons pas actuellement de données en quantité suffisante pour tirer cette conclusion. Même si nous estimons une profonde recession peu probable, étant donné la grande anémie de la croissance tendancielle, les fluctuations normales des données économiques pourraient facilement faire passer les prévisions en matière de PIB sous le seuil de zéro, et donc alimenter des craintes récurrentes de récession. Dans l’ensemble, toutefois, nous nous attendons à ce que la croissance aux États-Unis demeure positive, mais lente, à moyen terme. Par conséquent, s’il y a effectivement récession, elle sera probablement modérée.

Le rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Les fluctuations des marchés boursiers et des monnaies laissent supposer que les placements et les revenus qui en sont tires peuvent aussi bien prendre de la valeur qu’en perdre, et il est possible que l’investisseur ne récupère pas les sommes investies. Les appels téléphoniques peuvent être enregistrés.

Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente des titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs.

Le Fonds ESG d’actions mondiales responsable de BMO Gestion d’actifs est offert aux investisseurs institutionnels seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

Tous droits réservés.

En savoir plus sur le Forum mondial des placements de BMO