Multiactif

Les facteurs parlent d’eux-mêmes

En raison du découplage des prix des actifs pendant les dernières phases du cycle économique, il devient de plus en plus important de posséder un portefeuille diversifié. Fred Demers, directeur - équipe Solutions multiactifs, BMO Gestion mondiale d’actifs, explique que les segmentations traditionnelles des catégories d’actif, zones géographiques et secteurs pourraient ne plus être suffisantes pour limiter le risque de baisse, et que les conseillers devraient plutôt envisager une approche fondée sur des facteurs pour mieux diversifier les portefeuilles de leurs clients.
Février 2019

Fred Demers

Directeur général, Solutions d’investissement multiactif

LEARN MORE ABOUT THE AUTHOR

En raison du découplage des prix des actifs pendant les dernières phases du cycle économique, il devient de plus en plus important de posséder un portefeuille diversifié. Fred Demers, directeur – équipe Solutions multiactifs, BMO Gestion mondiale d’actifs, explique que les segmentations traditionnelles des catégories d’actif, zones géographiques et secteurs pourraient ne plus être suffisantes pour limiter le risque de baisse, et que les conseillers devraient plutôt envisager une approche fondée sur des facteurs pour mieux diversifier les portefeuilles de leurs clients.

 

Les portefeuilles de vos clients sont-ils vraiment diversifiés?

Au cours des dernières décennies, un consensus scientifique sur les vertus de la diversification s’est dégagé. Pratiquement personne ne contredit l’idée que le regroupement de titres non corrélés permet de réduire le risque de baisse, tout en préservant une partie de la hausse. Cependant, la diversification des portefeuilles est tellement courante qu’on oublie souvent à quel point elle est difficile à obtenir – en particulier en ces temps modernes.

Le fait est que les marchés des capitaux internationaux sont étroitement intégrés. Les méthodes traditionnelles visant à réduire l’exposition de vos clients à la volatilité, notamment en répartissant les investissements sur plusieurs catégories d’actif, zones géographiques et secteurs, ne réduisent pas toujours le risque au niveau souhaité. On se méprend sur le fait que détenir plus d’actifs équivaut inévitablement à réduire le risque du portefeuille alors qu’en réalité les conseillers doivent choisir des titres sans relation les uns avec les autres, voire avec des relations négatives. Même dans le cas des marchés émergents, les corrélations sont extrêmement élevées sur une période de 12 à 18 mois, ce qui rend une diversification efficace difficile.

Afin de résoudre ces problèmes persistants et d’explorer des façons novatrices d’améliorer la construction des portefeuilles, nous ajoutons un paramètre lié aux « facteurs » à notre philosophie d’investissement.

 

Qu’est-ce que l’investissement factoriel?

D’une manière générale, les facteurs sont des attributs spécifiques qui peuvent être utilisés pour regrouper les titres en fonction de caractéristiques communes. Ils sont de deux types : ceux dans lesquels il est possible d’investir et ceux qui sont observables. Le premier type regroupe les facteurs fondamentaux souvent analysés dans l’évaluation des actions comme la croissance, la valeur, la faible volatilité, la qualité ou le dividende et le deuxième représente les indicateurs moins tangibles comme le produit intérieur brut et l’inflation. Même s’ils ne sont pas utilisables de la même manière, ces deux types de facteurs ont une incidence énorme sur les prix des actifs et les corrélations dans le temps.

Les facteurs nous permettent également de décomposer le risque de manière plus intéressante. Au lieu de construire un indice en utilisant les mesures standardisées, comme la capitalisation boursière ou la répartition sectorielle, nous pouvons maintenir une exposition au marché élargie, comme pour tous les autres fonds équilibrés, et continuer d’orienter le portefeuille en fonction de la conjoncture économique.

Facteurs systématiques Définition Mesures
Valeur Actions dont le cours est faible compte tenu de leur valeur fondamentale Ratio valeur comptable/cours, ratio bénéfice/cours, valeur comptable, chiffre d’affaires, bénéfice, résultat en trésorerie, bénéfice net, dividendes, flux de trésorerie
Taille Sociétés de taille restreinte (selon la capitalisation boursière) Capitalisation boursière
Momentum Actions affichant un rendement passé supérieur à celui d’autres sociétés Rendements relatifs (ex. 3 mois, 6 mois, 12 mois)
Faible volatilité Actions à volatilité, ou bêta, plus faible Écart type (ex. 2 ans), bêta par rapport à l’indice de référence
Rendement de l’action Actions versant un rendement en dividende supérieur Rendement de l’action
Qualité Actions caractérisées par un faible endettement et une croissance stable des bénéfices RCP, stabilité du bénéfice, stabilité de la croissance du dividende, solidité du bilan, endettement, méthodes comptables, solidité de l’équipe de direction, charges à payer ou produits à recevoir, flux de trésorerie

Ajout des facteurs dans la démarche à « cinq volets »

Pour incorporer ces caractéristiques dans notre démarche de placement exclusive à « cinq volets », nous avons fusionné le deuxième et le troisième volets, qui regroupaient précédemment les actions des marchés développés et en développement et avons consacré le cinquième volet aux facteurs. Le nouveau format est le suivant :

  1. Répartition de l’actif
  2. Actions
  3. Titres à revenu fixe
  4. Devise
  5. Facteurs

 

Outre leurs nombreux avantages, les facteurs offrent une approche tactique à des moments de ralentissement de la croissance économique. Avec la popularisation des fonds négociés en bourse (FNB) et des portefeuilles de FNB tout-en-un, faire une rotation entre les facteurs pour répondre à la conjoncture économique n’a jamais été plus facile. Ainsi, comme le marché haussier des dix dernières années touche à sa fin et qu’investir sans discrimination dans les catégories d’actif est devenu dangereux, il semble logique de conclure que nous entrons en effet dans un cycle de fin de règne des actions, et que les investisseurs devront bientôt passer en mode défensif – si ce n’est pas déjà fait.

 

Les chiffres ne mentent pas

Il est important de se rappeler que les facteurs ne sont pas une solution magique – tout comme pour les autres placements, ils correspondent à un éventail de risque-rendement. Certains offrent un potentiel de hausse plus élevé en échange d’une volatilité accrue, d’autres offrent des rendements plus modestes. Selon les objectifs financiers et la tolérance au risque de vos clients, vous pouvez décider quel type d’exposition est la plus appropriée. Il existe, après tout, de nombreuses données historiques sur la manière dont les facteurs fonctionnent sur l’ensemble du cycle économique.

Rendement mensuel moyen par rapport à l'indice de référence du marché depuis 2007 (MSCI Monde tous pays)

Le graphique ci-dessus compare les rendements moyens annualisés des facteurs des principales actions mondiales au rendement moyen annualisé du marché général, comme défini par l’indice MSCI Monde tous pays. Comme vous pouvez le constater, les actifs de qualité ont enregistré les meilleurs résultats depuis 2007, surpassant l’indice de référence de 20 points de base en moyenne par mois. Les facteurs du momentum et de la croissance ont suivi peu après, alors que les facteurs défensifs comme la valeur et les dividendes élevés ont obtenu de faibles rendements sur la même période, prouvant ainsi que ces facteurs ont une corrélation faible à négative.

Lorsque les portefeuilles des clients connaîtront les turbulences du marché, les avantages de la diversification deviendront incroyablement clairs. Par exemple, le graphique ci-dessous examine le rendement lorsque l’indice de référence passe à moins de 1 % par mois. Comme on aurait pu le prévoir, cela montre le succès démesuré des styles défensifs – comme la qualité et la faible volatilité – pendant les ventes massives. Les actions à faible volatilité en particulier affichent un avantage de 200 points de base en moyenne comparativement aux autres styles.

Rendement relatif mensuel moyen lorsque le marché recule de plus de 1 % (de 2007 à 2018, MSCI Monde tous pays)

Quels sont les facteurs utiles aujourd’hui?

Comme la Réserve fédérale (la Fed) a adopté une approche plus prudente au cours des récentes semaines, les actions à dividende élevé commencent à être très intéressantes. Ce fut un moment décisif lorsque le président du Federal Open Market Committee, Jerome Powell, a indiqué que « les raisons en faveur des hausses de taux d’intérêt n’étaient plus valables », dans la mesure où il avait récemment assuré les marchés qu’il y avait suffisamment de marge pour trois ou quatre hausses des taux en 2019. En choisissant de maintenir le taux cible des fonds fédéraux dans la fourchette de 2,25 % à 2,50 %, Powell a effectivement confirmé une baisse de la croissance prévisionnelle et a posé les fondations d’une approche plus conciliante en cas de répercussions plus importantes que prévu de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ou d’une prolongation des délibérations sur le budget américain. Au final, la combinaison des faibles taux d’intérêt et d’une faible inflation pourrait être bénéfique pour les actions offrant un dividende plus élevé.


Pour en savoir plus, veuillez lire notre document d’étude Investir dans les actions à dividendes au moyen des options d’achat couvertes.


La même chose est valable pour les actions de sociétés de qualité affichant un ratio emprunts/capitaux propres minimal, un profil de bénéfices stables, un rendement exceptionnel des capitaux propres, des flux de trésorerie élevés et une direction efficace. En général, les sociétés possédant ses caractéristiques offrent une meilleure valeur relative en période de crise que les actifs de croissance procycliques que les investisseurs aiment détenir pendant les périodes de forte croissance.

Le tableau qui suit présente une description complète de nos cinq volets.

Cinq volets Principaux facteurs d’influence
1. Répartition de l’actif
  • Les actions demeurent surpondérées par rapport aux obligations, car la croissance des bénéfices est toujours bonne aux États-Unis, même si elle ralentit.
  • La Fed pourrait marquer une pause prolongée en 2019, ce qui favoriserait les actifs à risque.

 

Décision : Maintien de la sous-pondération des titres à revenu fixe et surpondération des actions.

2. Actions
  • Aucune préférence marquée à l’extérieur des États-Unis.
  • Le ton plus conciliant de la Fed écarte un grand obstacle cyclique pour les marchés émergents, mais l’économie chinoise montre des signes de faiblesse en raison des guerres commerciales.

 

Décision : Aucun changement apporté aux orientations du portefeuille.

3. Titres à revenu fixe
  • Le rythme de normalisation de la politique monétaire ralentira en 2019.
  • Même s’il est possible que les taux d’intérêt ne remontent pas avant l’été au Canada et aux États-Unis, nous doutons que les taux directeurs aient atteint leur sommet.

 

Décision : Maintien de la sous-pondération modérée de la duration et du crédit.

4. Devises
  • L’économie canadienne est aux prises avec plusieurs difficultés. Le recul des prix du pétrole, le surendettement des consommateurs et la hausse des taux d’intérêt freineront la croissance en 2019.
  • Le huard demeurera sous pression même si le billet vert est sans doute près de son sommet cyclique.

 

Décision : Hausse de la pondération du dollar canadien et pondération neutre du yen.

5. Facteurs
  • En fin de cycle, il est préférable de privilégier les titres à dividendes, qui sont plus défensifs.
  • Les guerres commerciales devraient moins nuire aux petites capitalisations qu’aux grandes.

 

Décision : Maintien de la sous-pondération des titres à revenu fixe et de la duration, et surpondération des actions à dividendes élevés.

Étoffer le menu

Comme les FNB et les portefeuilles de FNB requièrent un investissement en dollars plus important, la demande de diversification de la construction de l’indice est plus grande. Toutes les compositions n’ont pas besoin d’être fondées sur les pondérations de la capitalisation boursière; en fait, répartir les actifs en fonction des facteurs sous-jacents peut vous aider à mieux cerner les sources de rendement des portefeuilles de vos clients. Nous continuons d’étoffer notre sélection de FNB factoriels afin de faciliter la construction de solutions de placement personnalisées et de profiter des avantages de la diversification – cet avantage indéfinissable que le légendaire économiste, Harry Markowitz, a appelé « le seul aspect gratuit des placements ».

Pour en savoir plus sur les fonds de dividendes améliorés de BMO Gestion mondiale d’actifs, veuillez communiquer avec votre représentant – Ventes régionales.

Pour de plus amples renseignements sur les répartitions stratégiques de nos portefeuilles et sur les tendances à long terme qui devraient orienter l’économie et les marchés mondiaux de 2017 à 2022, cliquez ici pour avoir accès à la version intégrale du Forum mondial des placements de BMO – Perspectives quinquennales.

Pour en savoir plus sur notre stratégie à cinq volets, lisez notre document d’information sur la stratégie du 1er trimestre de 2019.

Pour obtenir d’autres perspectives de l’équipe Solutions multiactifs, lisez notre commentaire mensuel de janvier 2019.

Avis de BMO Gestion mondiale d’actifs

Le présent article est fourni à titre informatif seulement. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente des titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

BMO Gestion mondiale d’actifs est le nom qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

Les placements dans les fonds d’investissement et dans les fonds négociés en bourse (FNB) peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses. Les placements dans les fonds d’investissement peuvent comporter des commissions de suivi. Veuillez lire l’Aperçu du fonds, l’Aperçu du FNB ou le prospectus avant d’investir. Les fonds d’investissement et les FNB ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les FNB BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. Les FNB BMO s’échangent comme des actions, peuvent se négocier à escompte à leur valeur liquidative et leur valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte.

Les fonds d’investissement BMO sont offerts par BMO Investissements Inc., un cabinet de services financiers et une entité distincte de la Banque de Montréal. Les FNB BMO sont gérés et administrés par BMO Gestion d’actifs inc., une société de gestion de fonds d’investissement et de gestion de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

L’information contenue dans le présent document ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels. Les opinions exprimées visent à offrir une évaluation des marchés au moment où elles sont publiées. Ces opinions pourraient être modifiées sans préavis selon l’évolution des marchés. Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié. BMO Gestion mondiale d’actifs est l’appellation utilisée pour diverses sociétés affiliées de BMO Groupe financier qui offrent des services de gestion de placement, d’épargne-retraite, de fiducie et de garde de titres. BMO Gestion mondiale d’actifs comprend BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp. et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO. Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent. MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria
août 2020

Les investisseurs s’immunisent collectivement contre la peur liée à la COVID-19, mais l’économie aura besoin de plus de stéroïdes budgétaires

Les gains boursiers se sont maintenus en juillet en raison de la baisse des taux obligataires, mais les rendements restent inégaux selon les régions, les secteurs et les facteurs.

Août 2020

Une récession sans pareil

Contrairement aux récessions précédentes, la valeur d’une voiture d’occasion américaine a fortement augmenté cet été, notre vie quotidienne ayant été profondément influencée par la distanciation sociale et la vague soudaine de désurbanisation provoquée par la COVID.

Juillet 2020

Se préparer à de mauvais bénéfices, pas obligatoirement à de mauvaises nouvelles

La période de publication des bénéfices a débuté la semaine dernière et, sans surprise, de nombreuses sociétés font face à une forte contraction de leurs revenus et de leurs bénéfices en raison de la COVID.

juillet 2020

Les actions se remettent plus rapidement que l’économie

Il est improbable que la trajectoire économique se poursuive sans à-coups, en particulier pour le marché du travail aux États-Unis, puisque les gains d’emplois en mai et juin ont représenté seulement le tiers environ des pertes d’emplois de mars et d’avril.

juillet 2020

Les manchettes concernant la deuxième vague rendent les investisseurs plus nerveux que les consommateurs

Depuis la mi-juin, le monde a constaté une hausse des cas de COVID-19 dans certaines villes et certains États américains, ce qui a ravivé la volatilité des marchés.

Juin 2020

Les consommateurs américains accompagnent la reprise en V du marché boursier

La semaine dernière, nous avons enregistré un autre signe fort montrant que l’économie rattrapait son retard sur l’optimisme du marché boursier puisque les ventes au détail aux États-Unis ont rebondi de 18 %, renversant une baisse de 15 % en avril.