Multiactif

Répartition de l’actif – perspectives – La politique monétaire « restera probablement appropriée »

Conformément aux attentes du marché, la Réserve fédérale (Fed) a réduit son taux directeur de 25 pdb en octobre, soit la troisième baisse de 25 pdb depuis juillet.
Novembre 2019
  • La Fed a réduit ses taux de 25 pdb en octobre, sa troisième baisse consécutive. La croissance économique aux États-Unis a ralenti cette année, tandis que les risques extérieurs continuent d’assombrir les perspectives. Cependant, les réductions de taux subséquentes dépendront des données.
  • La BdC a laissé les taux inchangés, mais a semblé étonnamment préoccupée par le ralentissement mondial, malgré le peu de preuves de contagion au Canada. Contrairement au gouverneur Poloz, le président de la Fed, M. Powell, a semblé plus optimiste quant aux perspectives mondiales.
  • Dans notre scénario de référence en matière de stabilisation de la croissance, nous nous attendons à ce que la Fed reste sur la touche, mais qu’elle garde la porte ouverte à des mesures d’assouplissement supplémentaires. Pour le Canada, la probabilité d’un assouplissement de la politique monétaire a été revue à la hausse. Puisque l’inflation est conforme à la cible, que les marchés de l’emploi et de l’habitation restent vigoureux et que, selon nous, la Fed restera dorénavant sur la touche, nous continuons de penser que la BdC sera à la traîne de la Fed pendant le cycle.
  • Nous croyons que les politiques monétaires devraient continuer de soutenir notre surpondération des actions et notre préférence pour les actions américaines et canadiennes.

La politique monétaire « restera probablement appropriée »

Conformément aux attentes du marché, la Réserve fédérale (Fed) a réduit son taux directeur de 25 pdb en octobre, soit la troisième baisse de 25 pdb depuis juillet. Avant la réunion, plusieurs membres de la Fed ont cité les données faisant état de l’affaiblissement de l’économie et les risques externes menaçant les perspectives, y compris le Brexit et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Des développements externes négatifs pourraient nécessiter des réductions supplémentaires. Fait à noter, la Fed a laissé tomber l’énoncé selon lequel elle « agirait de façon appropriée pour soutenir l’expansion » tout en signalant que les réductions supplémentaires dépendront des données publiées à l’avenir.

En ce qui concerne le Canada, les risques de récession sont selon nous légèrement moins élevés, et ce pour les raisons suivantes : i) nous continuons de croire que le pays est moins exposé aux conflits commerciaux; ii) le marché de l’habitation réagit à la baisse des taux hypothécaires; et iii) le Canada dispose d’une marge de manœuvre budgétaire suffisante pour mettre son économie à l’abri de la récession. Nous évaluons à moins de 20 % les probabilités de récession au Canada au cours des 12 prochains mois et, si une récession devait se produire, elle serait essentiellement liée à des facteurs externes.

Qu’est-ce qui attend la Fed?

Les décisions de la Fed continueront de dépendre des données, particulièrement celles sur la fabrication et les entreprises. Cependant, le président Powell a clairement indiqué que la politique monétaire actuelle « restera probablement appropriée ». Les marchés ont revu leurs prévisions à la baisse au cours des dernières semaines et ne s’attendent actuellement pas à une réduction de taux avant que l’année 2020 soit bien entamée. Cependant, les taux de rendement à long terme des obligations du Trésor ont fortement baissé après la décision de la Fed, les investisseurs demeurant sceptiques quant à la voie que celle-ci emprunte. Les négociations commerciales continueront d’influer sur la politique monétaire de l’institution, mais le relâchement des tensions permet d’espérer la signature d’une entente de portée limitée avec la Chine, ce qui permettrait à la Fed de ne pas intervenir.

Sans surprise, le graphique à point de la Fed – qui vise à indiquer les prévisions des membres en matière de taux d’intérêt – montre des taux plus élevés que ceux auxquels s’attendent les investisseurs, ce qui suggère que le marché est plus pessimiste que le comité à l’égard de l’économie. Cependant, les points du graphique sont nettement dispersés, montrant la divergence des opinions au sein de la Fed. Les divergences d’opinions grandissantes au sein de l’institution laissent entrevoir l’adoption d’une approche plus souple et pourraient entraîner la communication d’une politique monétaire confuse au marché, ce qui pourrait accroître la volatilité de celui-ci.

Banque du Canada : « La résilience du Canada sera mise à l’épreuve. »

La Banque du Canada (BdC) a laissé les taux inchangés, mais a surpris les investisseurs par son inquiétude grandissante concernant le ralentissement mondial et le risque de contagion auquel est exposé le Canada, surtout à cause des tensions commerciales. En raison du ton anxieux du gouverneur Poloz, la probabilité d’un assouplissement a été revue à la hausse. À la suite de la décision de la BdC, la probabilité d’une baisse de taux en décembre est passée du jour au lendemain de 0 % à 33 %. Cependant, la thèse voulant qu’on mette en œuvre des mesures de relance demeure peu plausible, en raison d’une inflation conforme à la cible, d’un resserrement du marché du travail et d’un essor rapide du marché de l’habitation, surtout si la Fed a terminé de baisser ses taux. En outre, tant que l’économie canadienne progresse, nous nous attendons à ce que la BdC soit à la traîne de la Fed dans sa réponse monétaire pendant ce cycle.

Répercussions sur la répartition de l’actif

Nous continuons de croire que l’économie américaine résistera à ce ralentissement temporaire, surtout si l’on tient compte de la volonté de la Fed de prolonger le cycle. La décision de la Fed semblait moins consensuelle que lors des réunions précédentes. Nous croyons toujours qu’elle est prête à agir au besoin si les données se détériorent. Cependant, le président Powell a clairement indiqué qu’il faudrait un changement important aux perspectives de la banque centrale pour justifier une autre réduction. Dans notre scénario de référence en matière de stabilisation de la croissance, qui a été étayé par un solide rapport sur les salaires non agricoles publié le 1er novembre, nous nous attendons à ce que la Fed reste sur la touche, mais qu’elle garde la porte ouverte aux mesures d’assouplissement, surtout en raison du fait que l’inflation est une préoccupation secondaire. C’est pourquoi nous croyons que les politiques monétaires mondiales devraient continuer de soutenir notre surpondération des actions et notre préférence pour les actions américaines et canadiennes.

Le présent article est fourni à titre informatif seulement. L’information aux présentes ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Le présent commentaire a été préparé par BMO Gestion d’actifs inc., le gestionnaire de portefeuille, et représente son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions pourraient être modifiées sans préavis selon l’évolution des marchés.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportment des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié. BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

Articles sur des sujets connexes
No posts matching your criteria