Suspense électoral en novembre?

Quelques jours avant la tenue du scrutin aux États-Unis, les sondages montrent que l’ancien vice-président Joe Biden dispose d’une avance appréciable sur le président Donald Trump. On se rappellera que les sondages avaient annoncé à tort la victoire de Hillary Clinton en 2016. Or, l’écart qui sépare M. Biden de son rival est supérieur à la marge d’erreur. Dans la course sénatoriale, les démocrates semblent avoir gagné du terrain ou avoir tenu bon dans suffisamment d’États pour décrocher la majorité. Bien qu’il ne soit pas exclu que les sondages soient démentis comme en 2016 ou que le résultat final du scrutin se jouera devant les tribunaux, il semble probable que le parti démocrate accédera à la présidence et profitera d’une très courte majorité au Sénat.

Sommaire des scénarios électoraux américains

Scénario Changements de politiques Bénéfique Pénalise

Balayage des Démocrates

  • Hausse des impôts corporatifs
  • Prix des médicaments
  • Réimposition de normes environnementales
  • Soins de sante
  • Énergie verte
  • Actions pays émergents
  • Énergie conventionnelle
  • Secteur financier
  • Dollar

Biden Président

Sénat Républicain

  • Prix des médicaments
  • Règlementation des techs
  • Politique énergétique
  • Actions EAEO
  • Petites capitalisations
  • Énergie conventionnelle
  • Pharma

Statu quo

  • Dérèglementation
  • Tensions sino-américaine
  • Secteur financier
  • Petites capitalisations
  • Crédit à risque
  • Énergie verte
  • Sociétés techs chinoises
  • Tech

Les perspectives pour les mesures de relance et la fiscalité

Au cours de l’été, nous avons publié un rapport sur les répercussions des différents résultats électoraux sur les politiques et les placements. Cependant, il importe de se pencher de nouveau sur les répercussions d’un balayage des démocrates, car cette issue devient plus probable. Nous étions initialement d’avis que ce résultat nuirait aux actifs risqués, mais l’incapacité du congrès à s’entendre sur de nouvelles mesures de relance budgétaires a changé notre façon de voir les choses. À long terme, un balayage démocrate se traduira par une hausse de l’impôt des sociétés et de l’impôt des particuliers nantis, mais nous estimons que l’effet positif de toute mesure de relance budgétaire et de toute dépense supplémentaire sera supérieur à l’effet négatif de ces hausses et stimulera à court terme les cours boursiers. En plus de mettre en œuvre de nouvelles mesures de relance et de verser des fonds supplémentaires aux États, un gouvernement démocrate va sans doute militer pour de nouveaux investissements dans des domaines comme les infrastructures, dans le cadre d’un projet de loi d’envergure déposé en 2021.

Si Joe Biden est élu président, mais que le parti républicain conserve sa majorité au Sénat, notre scénario de référence est que ces derniers s’opposeront à tout projet de loi prévoyant d’importantes dépenses et limiteront considérablement l’ampleur de toute mesure de relance jusqu’en 2021. Après avoir délié les cordons de la bourse en 2020, on peut s’attendre à ce que le gouvernement des États-Unis procède à d’importantes réductions de ses dépenses l’an prochain.

Si M. Biden accède à la présidence, il mettra vraisemblablement en œuvre des mesures qui auront des répercussions négatives évidentes sur les actions. Une hausse de l’impôt des sociétés est la première mesure qui sera proposée et sera probablement celle qui a le plus de chances d’être adoptée. M. Biden a mené une campagne énergique et ouverte sur cette question, qui est très populaire auprès des progressistes. Même si M. Biden a proposé de porter le taux d’imposition des sociétés à 28 %, nous sommes d’avis que le pourcentage final se rapprochera plutôt de 25 % et que la hausse sera étalée sur un certain nombre d’années. Néanmoins, à long terme, cette mesure nuira aux bénéfices après impôt des sociétés. Parallèlement à l’imposition des bénéfices dégagés aux États-Unis, une administration Biden réformera probablement l’imposition des bénéfices générés à l’étranger et mettra en place un impôt minimal. Si les républicains contrôlent le Sénat ou si le président Trump est réélu, nous ne nous attendons pas à beaucoup de changements sur le plan fiscal, outre la prolongation des mesures adoptées par l’administration Trump.

En ce qui a trait à l’impôt sur le revenu des particuliers, M. Biden a proposé pendant sa campagne un certain nombre de mesures ciblant les personnes gagnant 400 000 $ ou plus. Tout d’abord, il annulerait les réductions d’impôt de M. Trump pour ramener le taux marginal d’imposition supérieur à 39,6 %. Les déductions détaillées seraient plafonnées à 28 %. Les particuliers visés par un taux marginal plus élevé seraient également assujettis à une nouvelle cotisation sociale de 12 %. De plus, l’impôt sur les gains en capital passerait à 39,6 % pour ceux qui gagnent 1 000 000 $ ou plus par année. Si l’élection ne se traduit pas par un balayage démocrate, nous nous attendons à des changements fiscaux plus modestes, comme une légère hausse de l’impôt successoral. Si les républicains conservent leur majorité au Sénat et que M. Trump est réélu, ils chercheront des moyens de réduire les impôts, par exemple en indexant l’impôt sur les gains en capital sur l’inflation.

Parmi les autres objectifs qui seront vraisemblablement visés par un gouvernement démocrate, mentionnons l’élargissement des subventions à l’assurance-maladie, la promulgation d’une loi importante pour lutter contre les changements climatiques, l’augmentation des dépenses d’infrastructures et la réduction des prix des médicaments d’ordonnance. L’adoption de tels projets de loi creuserait le déficit budgétaire sous la gouverne d’une administration qui devra également poursuivre la lutte contre la COVID-19 et fournir suffisamment de soutien à l’économie pour éviter une récession à double creux.

Incidences sur les placements

Nos points de vue en ce qui a trait aux répercussions des trois résultats électoraux possibles sur les placements sont les suivants. Dans le cas d’un balayage démocrate, nous sommes d’avis que les actions vont bien réagir bien à court terme, car nous nous attendons à l’approbation d’un important train de mesures budgétaires au début de l’année prochaine. Cependant, à long terme, nous pensons que l’effet de ces mesures sera quelque peu annulé par une hausse de l’impôt des sociétés et des particuliers, qui aura un effet légèrement négatif sur les actions. Une diminution des tensions commerciales serait bénéfique pour les actions internationales. Les relations sino-américaines devraient demeurer houleuses, mais les tactiques employées par les États-Unis pourraient moins ouvertement hostiles.

Si les républicains conservent la présidence et la majorité au Sénat, nous pensons que le résultat sera neutre ou légèrement positif pour les actions. Les mesures fiscales visant les sociétés et les particuliers resteront expansionnistes, mais il est peu probable que les sénateurs républicains souhaiteront adopter plusieurs séries de mesures budgétaires au cours de l’année à venir. Dans ce scénario, nous nous attendons à ce que la performance américaine soit supérieure à la performance mondiale et à ce que le dollar s’affermisse. Enfin, nous sommes d’avis qu’une présidente remportée par les démocrates et un Sénat aux mains des républicains conduiront à une impasse et que peu de choses seront accomplies. Seul un modeste train de mesures budgétaires serait probablement adopté l’an prochain, ce qui, selon nous, nuirait aux actions.

Articles sur des sujets connexes

No posts matching your criteria