Une panne d’automobile en Allemagne?

Il ne fait aucun doute que, depuis quelques décennies, le moteur de l’économie allemande est la domination de ses constructeurs automobiles. Mais comme ce secteur fait maintenant face à de profonds changements structurels, est-il possible que le témoin de la croissance de la zone euro soit passé à la France?

Les exportations d’automobiles de l’Allemagne ont été un veritable phénomène économique mondial. En 2018 seulement, et malgré le scandale des émissions des voitures diesel, quatre millions de véhicules fabriqués en Allemagne ont été vendus à l’étranger, ce qui a contribué à renforcer le statut de première économie de la zone euro du pays. Mais aujourd’hui, le passage à la voiture électrique constitue un véritable séisme pour les constructeurs automobiles, et la fête pourrait bien être finie. C’est un exemple frappant d’enjeux environnementaux et de développement durable qui ont un impact  acroéconomique.

Des marques comme Mercedes, BMW, Audi et Volkswagen sont actuellement confrontées à deux problèmes fondamentaux. Le premier est la rentabilité. La batterie d’une voiture familiale électrique devrait représenter environ 30 % de son prix, et les batteries ne sont pas fabriquées en Allemagne. Cette proportion sera encore plus élevée pour les petites voitures. Le deuxième problème, c’est que cela sedéroule dans un marché qui rétrécit. La demande d’automobiles est en baisse dans les pays développés, et le dynamisme observé en Chine s’émousse.

Les consommateurs américains dépensent, mais pas pour acheter des automobiles.

Les consommateurs américains dépensent, mais pas pour acheter des automobiles.

Source : HSBC et BMO Gestion mondiale d’actifs, avril 2019.

Forum mondial des placements, Londres, 2019

Certains des principaux facteurs déterminants à moyen terme de nos économies et marchés seront abordés lors du Forum mondial des placements de BMO.

En revanche, regardez de l’autre côté de la frontière, en France. La révolution des voitures électriques y aura probablement beaucoup moins de conséquences. La France n’exporte pas beaucoup de voitures et celles qu’elle construit sont petites et assez peu coûteuses.

Sur le plan de la croissance, la France fait du rattrapage depuis quelques trimestres et les problèmes liés à la vente d’automobiles qu’éprouve l’Allemagne pourraient même lui permettre de dépasser cette dernière. Le programme pro-entreprises du président Macron commence à donner des résultats et, après les difficultés créées par le mouvement des Gilets jaunes, d’importantes réformes sont en cours pour rendre le marché du travail français plus souple et plus concurrentiel.

Les émeutes hebdomadaires à Paris ne sont peut-être pas la meilleure publicité pour la stabilité politique, mais elles ont force Emmanuel Macron à réduire les impôts et, son opposition étant affaiblie, il est libre d’aller de l’avant et de mettre en oeuvre son ambitieux programme de réforme. En revanche, les tensions auxquelles la chancelière Merkel fait face au sein de sa coalition entravent son désir d’expansion budgétaire, notamment en ce qui concerne le fameux nouveau pacte vert.

L’Allemagne a perdu son avantage concurrentiel par rapport au reste de la zone euro.

L’Allemagne a perdu son avantage concurrentiel par rapport au reste de la zone euro.

Source : Berenberg, Commission européenne, 10 septembre 2019.

La décennie dorée de l’Allemagne a commencé par d’importantes réformes au début des années 2000, qui ont amélioré sa compétitivité et favorisé une réelle embellie du côté de la main-d’oeuvre. Mais ce succès a eu un prix : la pénurie généralisée de main-d’oeuvre et la hausse des salaires par rapport au reste de la zone euro ont érodé et annulé ces gains de compétitivité.

Beaucoup dépendra de la réaction de l’Allemagne à la contraction de son secteur automobile, sans compter les défis auxquels font face les secteurs de la chimie et du plastique. Ainsi, il est tout à fait possible que nous assistions au début du rattrapage de la France et de certains des pays jusqu’alors en difficulté de la périphérie de la zone euro.

Le potentiel de la France

Le potentiel de la France

Source : Berenberg, Eurostat, 10 septembre 2019.

Le rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Les fluctuations des marchés boursiers et des monnaies laissent supposer que les placements et les revenus qui en sont tires peuvent aussi bien prendre de la valeur qu’en perdre, et il est possible que l’investisseur ne récupère pas les sommes investies. Les appels téléphoniques peuvent être enregistrés.

Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente des titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs.

Le Fonds ESG d’actions mondiales responsable de BMO Gestion d’actifs est offert aux investisseurs institutionnels seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce qui englobe BMO Gestion d’actifs inc., BMO Investissements Inc., BMO Asset Management Corp., BMO Asset Management Limited et les sociétés de gestion de placements spécialisées de BMO.

Tous droits réservés.

En savoir plus sur le Forum mondial des placements de BMO