No data was found
CA-FR Conseillers

Commentaire de decembre sur les portefeuilles de FNB BMO : L’année 2023 se termine avec une reprise

18 décembre 2023

Activités des Portefeuilles

  • Nous avons achevé de surpondérer les actions au début du mois, ce qui a contribué au rendement relatif des Portefeuilles FNB BMO. Nous maintenons cette surpondération à l’approche de la fin de l’année, et la vigueur soutenue de la consommation et de l’économie américaine devrait se prêter à une reprise de Noël.
  • Notre surpondération tactique des banques canadiennes a gagné du terrain, car les rapports sur les bénéfices du troisième trimestre ont été contrastés, avec quelques ratés en raison de dépenses plus élevées, quelques augmentations de revenus et quelques hausses de dividendes. Des provisions supplémentaires ont été constituées pour faire face à l’augmentation des pertes sur prêts, mais elles n’ont pas été aussi élevées que prévu dans certains cas. L’organisme de réglementation bancaire du Canada a décidé de ne pas augmenter les exigences en capital des plus grands prêteurs du pays, ce qui laisse entendre que les bilans des banques sont suffisamment solides pour résister aux turbulences économiques. Le Bureau du surintendant des institutions financières a laissé la réserve pour stabilité intérieure à 3,5 %, après des hausses en juin et en décembre dernier.
  • Notre surpondération de la duration dans les Portefeuilles FNB BMO a exceptionnellement bien fonctionné, avec une surpondération d’un semestre qui a profité de la forte baisse des taux. Même si nous sommes conscients que le marché peut s’emballer par rapport au consensus sur les réductions de taux de la Fed, nous maintenons la position à l’approche de la fin de l’année.

L’année 2023 se termine avec une reprise

Le mois dernier, plusieurs records ont été établis. Cinquième meilleur rendement de l’indice S&P 500 en novembre depuis 1930 : 8,9 %. Le deuxième meilleur rendement pour les portefeuilles 60/40 (indice Bloomberg U.S. Aggregate Bond à 60 % et indice S&P 500 à 40 %) : 7,3 %. Le jour suivant la fin du mois, l’or a atteint un sommet de tous les temps à la clôture de 2072,22 $ US/once soit un rendement de 13,6 % depuis le début de l’année 2023. Le recul des taux, qui ont été poussés à la baisse par l’attente de réductions accélérées de la Réserve fédérale américaine (la Fed) en 2024 du fait de données sur l’inflation inférieures, a été le facteur le plus important des tendances positives. Tout compte fait, il s’agit d’un répit bienvenu après les baisses de septembre et d’octobre.

Au Canada, nous avons atteint la cible de « récession technique », le PIB du troisième trimestre enregistrant -1,1 %. Cependant, les révisions par rapport au trimestre précédent ont été spectaculaires, puisqu’elles ont réécrit la courbe précédente de -0,2 % à 1,4 %, ce qui nous a tenus à l’écart de la catégorisation des récessions, même si la faiblesse globale de l’économie reste évidente. La Banque du Canada a maintenu les taux à 5 % comme prévu, même si le moment des réductions implicites du marché pour 2024 est projeté maintenant un mois plus tôt qu’aux États-Unis (avril par rapport à mai), avec cinq réductions d’ici la fin de 2024. Depuis son sommet au début d’octobre, le taux des obligations du gouvernement du Canada à 10 ans a chuté de plus de 96 points de base (pdb), ce qui a fait grimper l’indice des obligations universelles FTSE Canada de 4,3 % en novembre. (Bloomberg, 2023).

L’indice JOLTS et le rapport ADP ont été publiés aux États-Unis, ce qui a alimenté un certain rebond boursier; cependant, les données sur les emplois non agricoles, qui sont plus largement suivies, ont montré 199 000 emplois par rapport aux 189 000 prévus et suivent le résultat de 150 000 en octobre. Les répercussions sur les obligations ont été importantes, le taux des obligations américaines à 10 ans ayant chuté à un niveau aussi bas que 4,14 % le mois dernier, avant de remonter légèrement, les contrats à terme standardisés de la Fed prenant en compte jusqu’à cinq baisses de taux de 25 pdb par la Fed en 2024. Il semble s’agir d’un atterrissage parfait, et non d’un atterrissage en douceur pour l’économie américaine. Par ailleurs, les commandes de biens manufacturés et durables ont continué de se contracter, l’indice ISM du secteur manufacturier reculant à 46,7, ce qui confirme la contraction. Les services ont maintenu la situation à flot, mais demeurent aussi le principal moteur de l’inflation des salaires. Cependant, la hausse de la productivité a entraîné une baisse des coûts unitaires de la main-d’œuvre au troisième trimestre; par conséquent, même les faibles salaires ont augmenté, tout comme la production par dollar, ce qui a stimulé à la fois l’économie et, probablement, la rentabilité des entreprises. Cela tranche nettement avec les six trimestres consécutifs de baisse de la productivité au Canada, qui débouchent sur des coûts unitaires de la main-d’œuvre de plus de 6 % sur 12 mois.

La Banque centrale européenne (BCE) s’est également jointe aux chœurs en faisant des commentaires de plus en plus conciliants sur les progrès réalisés dans la lutte contre l’inflation, les marchés des contrats à terme standardisés prenant en compte six baisses, soit 146 pdb. N’oubliez pas que le taux directeur de la BCE est déjà inférieur de 100 pdb, de sorte que cette réduction absolue plus importante est proportionnellement plus audacieuse. C’est étrange, puisque les taux d’inflation de base aux États-Unis et dans l’Union monétaire européenne sont très proches, à 3,46 % et 3,60 %. Cependant, une comparaison de l’inflation globale, soit 2,4 % par rapport à 3,4 %, en plus d’un indice des directeurs d’achats du secteur manufacturier inférieur, donne à penser que les prévisions de réduction plus audacieuses de la BCE sont justifiées. Cependant, ce choix reflète certainement la faiblesse des indices PMI du secteur manufacturier dans la région, car les décideurs se concentrent davantage sur la stimulation de la croissance plutôt que sur l’inflation persistante.

Étant donné le rythme de la reprise boursière, il faut reconnaître que les craintes que celle-ci soit exagérée sont justifiées. D’un point de vue technique, bien qu’une hausse du nombre net de titres négociés établissant de nouveaux sommets sur 20 jours soit prometteuse pour les rendements de décembre, le pourcentage de titres qui dépassent leur moyenne mobile sur 50 jours reste inférieur à 90 %, un niveau plus typique des premiers stades d’une remontée plus durable. Néanmoins, le positionnement des contrats à terme standardisés reste remarquablement pessimiste, ce qui montre que les investisseurs ne sont pas « tous là », et les soldes massifs des fonds du marché monétaire américain indiquent qu’il reste plus de munitions à déployer (5 900 milliards de dollars, selon la Réserve fédérale de St. Louis à la fin du deuxième trimestre). Historiquement, décembre est également un mois vigoureux pour les rendements boursiers, en particulier lorsque le mois de novembre a été vigoureux.

Avis juridique :

Les opinions exprimées dans le présent document sont celles des directeurs de portefeuille. Elles ne reflètent pas nécessairement celles de BMO Gestion mondiale d’actifs. Les points de vue et opinions sont ceux du directeur de portefeuille et ne doivent pas être considérés comme des recommandations ou des sollicitations d’achat ou de vente de produits qui auraient pu être mentionnés.

 

Le présent document peut contenir des déclarations prospectives. Les « déclarations prospectives » peuvent se caractériser par l’emploi de termes tels que « pouvoir », « devoir », « s’attendre à », « prévoir », « projeter », « anticiper », « estimer », « avoir l’intention de », « continuer » ou « croire » (ou leur forme négative) ainsi que par l’emploi de variantes de ces termes ou de termes semblables. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment à de telles déclarations, car les résultats annoncés pourraient différer sensiblement des résultats réels en raison de divers risques et incertitudes.

 

Cette communication est fournie à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de l’investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels. Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

 

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi (le cas échéant), de frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire l’aperçu du fonds ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées. Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus.

 

BMO Gestion mondiale d’actifs est le nom qui englobe BMO Gestion d’actifs inc.et BMO Investissements Inc.

 

MD/MC Marque de commerce déposée/marque de commerce de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Perspectives

Investissement responsable
28 février 2024
mars 2024

Une transformation avec l’intelligence artificielle « équitable »

Transformation avec l’IA et transition énergétique – Lien Personne laisser en marge lors de la transformation avec l’IA.
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
26 février 2024
mars 2024

Comment Nvidia est-elle devenue la nouvelle Apple?

L’action de Nvidia s’envole : le moment est-il venu d’encaisser des profits ou y a-t-il d’autres gains à réaliser? Que signifie l’écart d’inflation entre les États-Unis et le Canada pour les taux d’intérêt?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
4 mars 2024
mars 2024

Les obligations finiront-elles par s’envoler?

Pourquoi les rendements des titres à revenu fixe ont-ils été décevants, et quelles sont les perspectives pour le reste de 2024? Est-il probable que des titres qui ne font pas partie du groupe des sept magnifiques réussissent à s’en approcher?
Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
mars 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.