No data was found
CA-FR Conseillers

Perspectives sectorielles des FNB BMO pour 2024

17 janvier 2024
introduction

Un secteur en plein essor offre aux investisseurs canadiens de nouvelles options de croissance

Le secteur canadien des FNB a connu une autre année de forte expansion, ajoutant 38,4 milliards de dollars canadiens d’actifs sous gestion (ASG) et affichant une hausse de 11,3 % par rapport à 20221 .
L’actif sous gestion collectif du secteur s’établit maintenant à 383,2 milliards de dollars canadiens, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) sur 10 ans de 20 %2.
Comme les banques centrales ont procédé à d’autres hausses de taux d’intérêt au cours du premier semestre de l’année pour lutter contre l’inflation, les taux obligataires ont atteint des niveaux inégalés depuis la grande crise financière. Les liquidités et les FNB « en quasi-espèces » ont dominé les flux de capitaux, car les taux sans risque ont produit les rendements les plus robustes depuis des années.

Malgré la demande et la domination des FNB de trésorerie, nous avons constaté un regain d’intérêt pour la prise de risque calculée. Les obligations et les actions ont inscrit des rendements positifs, puisque la Réserve fédérale américaine (la Fed) et la Banque du Canada (la BdC) semblent avoir atteint leurs valeurs finales en matière de hausses des taux. En ce qui concerne les actions, les investisseurs se sont concentrés sur des expositions traditionnelles à l’ensemble du marché. Nous avons également observé des entrées de fonds dans certains FNB sectoriels. Les flux d’investisseurs tendaient à cibler des segments du marché qui offraient de la croissance ou dont la valorisation était attrayante. Le secteur des services financiers, par exemple, a enregistré de fortes entrées de fonds dans les FNB, puisque divers types d’investisseurs institutionnels et individuels ont été attirés par la baisse des valorisations historiques.

Les titres à revenu fixe sont de retour après avoir connu deux ans de rendements en baisse soutenue. Les investisseurs se sont concentrés sur les titres de catégorie investissement, puisque des taux de rendement plus élevés signifiaient qu’ils n’avaient pas à se tourner vers des titres de deuxième ordre pour obtenir des rendements concurrentiels et attrayants. Ils ont cherché à augmenter la duration pour terminer l’année, les taux commençant à baisser au quatrième trimestre, mouvement qui s’est davantage accéléré après le « changement de cap de la Fed ».

Pour la suite

Malgré la croissance appréciable enregistrée au cours de la dernière décennie, les actifs détenus dans les FNB ne représentent toujours que 21,5 % du secteur des fonds d’investissement au Canada3. La taille relative des deux secteurs est souvent utilisée pour illustrer le potentiel de hausse de la croissance de l’actif des FNB. Cependant, cette mesure peut être sous-estimée, les FNB pouvant être achetés par une clientèle beaucoup plus vaste, qui comprend des institutions, et peut également être utilisée de bien plus de façons avec les FNB offrant maintenant des caractéristiques qui n’étaient auparavant offertes qu’aux investisseurs fortunés.
Nous nous attendons à ce que le rythme de croissance des FNB se maintienne, et nous estimons que l’actif sous gestion du secteur atteindra 550 milliards de dollars canadiens au cours des cinq prochaines années4.
Nous croyons que la croissance proviendra de la hausse de la demande dans les portefeuilles de tous les types d’utilisateurs et de nouvelles offres novatrices sur le marché.

Les conseillers ont été les premiers à adopter les FNB au Canada et nous nous attendons à ce que la pénétration se poursuive dans ce segment. Étant donné que de plu en plus de conseillers adoptent des modèles axés sur les honoraires, les utilisateurs considèrent de plus en plus les FNB comme des composantes de base des portefeuilles des clients. Les stratégies d’options d’achat couvertes, en particulier, demeurent populaires auprès des conseillers, ce qui leur permet de générer un revenu supplémentaire pour les investisseurs. À mesure que le degré de sophistication des investisseurs s’accroît, nous constatons que les FNB à résultat défini offrant des rendements non linéaires permettent aux conseillers de mieux gérer le risque et le rendement des portefeuilles, ce qui est particulièrement important en période d’incertitude sur les marchés, lorsque la protection contre les pertes et les gains définis deviennent attrayants.

De même, l’utilisation des FNB par les institutions continue de progresser, parce que les propriétaires et les gestionnaires d’actifs reconnaissent leurs avantages. Nous voyons également des utilisateurs bien établis trouver de nouvelles façons sophistiquées d’utiliser les FNB au moyen de stratégies comme la création sur mesure d’obligations, qui leur permettent de fournir un panier de titres à revenu fixe en échange d’un FNB d’obligations, ou l’inverse; les investisseurs peuvent ainsi prendre livraison d’un panier d’obligations au moyen de l’achat d’un FNB. Parmi les institutions, les FNB indiciels d’actions et de titres à revenu fixe restent le moyen le plus facile d’aborder les conversations institutionnelles, compte tenu des nombreuses façons dont ils peuvent être mis en œuvre. Dans le circuit direct, nous observons toujours une hausse de l’utilisation des FNB, tant comme placements de base que comme compléments. Grâce aux expositions ciblées offertes par les FNB, ceux-ci remplacent souvent les actions et les obligations individuelles afin de mieux gérer un portefeuille. Les « influenceurs financiers » et les fournisseurs de FNB respectés ont accru l’éducation et la sensibilisation, ce qui a contribué à accroître la popularité des FNB, puisque les investisseurs individuels ont découvert les avantages qu’ils apportent à la construction et à la gestion de portefeuille.

Le Canada reste un foyer d’innovation dans le paysage mondial des FNB. En plus d’être le berceau des FNB il y a plus de 33 ans, de nombreuses « premières » dans le secteur des FNB se sont produites au Canada5, et nous nous attendons à ce que le thème de l’innovation se maintienne sur le marché local. Un public croissant signifie également un besoin de solutions plus personnalisées, où nous croyons que l’utilisation de stratégies axées sur les produits dérivés6 permettra aux investisseurs de mieux cibler leurs objectifs financiers. Pour que le secteur poursuive sa croissance, la formation sera importante. S’assurer que les utilisateurs possèdent les connaissances financières nécessaires pour intégrer adéquatement les FNB dans leur portefeuille est une responsabilité de base dans l’ensemble du secteur. L’innovation au niveau des produits stimulera la croissance, tout comme la technologie, qui évoluera et élargira l’écosystème et, au bout du compte, rendra les FNB encore plus adaptables.

ASG du secteur canadien des FNB : 2013 à 2023

Graphique à barres illustrant l’actif sous gestion du segment des FNB au Canada et la part en pourcentage du segment des fonds d’investissement au Canada de 2013 (63,0 milliards de dollars et 6,31 %) à 2023 (415,3 milliards et 21,46 %). Données non rajustées pour les actifs de FNB

Source : Financière Banque Nationale et Association canadienne des FNB (ACFNB) au 31 décembre 2023; données non rajustées pour les actifs de FNB.

actions indicielles

Remplacement d’actions : Les sept sociétés technologiques exceptionnelles et au-delà

Les actions américaines ont fortement rebondi en 2023. Les investisseurs peuvent remercier les sept sociétés technologiques exceptionnelles (Apple Inc., Microsoft Corp., NVIDIA Corp., Amazon. com Inc., Meta Platforms, Tesla Inc. et Alphabet Inc.), car les rendements auraient été beaucoup plus faibles sans leur apport. Or les investisseurs se demandent dans quelle mesure ces sociétés technologiques et de communications à mégacapitalisation continueront de progresser en 2024. Avec l’avènement de l’intelligence artificielle (IA) et d’autres progrès technologiques à l’horizon, ces sociétés joueront sans aucun doute un rôle de premier plan dans les progrès sociaux et économiques. À court terme, leur rendement en 2024 dépendra de la politique des banques centrales et, par conséquent, de l’inflation.

En ce qui concerne les prix à la consommation, nous constatons une amélioration extraordinaire ces douze derniers mois grâce au resserrement des conditions monétaires et du redressement de l’offre. Le maintien des pressions désinflationnistes ouvrirait la voie à une réduction des taux par les banques centrales qui avantagerait l’ensemble du secteur des technologies, dont la duration tend à augmenter à mesure que la capitalisation boursière diminue. Par conséquent, votre approche des sept sociétés technologiques exceptionnelles dépend vraiment de vos prévisions quant à l’inflation. Ceux qui s’attendent à ce que la Fed baisse plusieurs fois les taux multiples pourraient se tourner vers le FINB BMO actions du Nasdaq 100 à forte composante technologique (symbole : ZNQ) ou son équivalent couvert, le FINB BMO actions du Nasdaq 100 couvertes en dollars canadiens (symbole : ZQQ).

Il convient toutefois de noter que, même si les contrats à terme standardisés sur fonds fédéraux prennent actuellement en compte au moins six réductions d’un quart de point en 2024, le contexte économique aux États-Unis, et en particulier le marché de l’emploi, demeure robuste. Il est probable que Jerome Powell, le président de la Fed, et d’autres membres du comité souhaiteront que l’indice des prix à la consommation (IPC) reste à peu égal ou inférieur à 2,0 % pendant plusieurs mois consécutifs, avant de s’aviser de réduire le taux du financement à un jour. De plus, au fil de l’année, la Fed pourrait décider d’éviter de modifier les taux afin de ne pas influencer les élections présidentielles aux États-Unis, sauf si les conditions économiques le justifient vraiment. Par conséquent, la marge de manœuvre pour réduire les taux risque d’être inférieure aux attentes du marché. Ceux qui s’attendent à une Fed moins conciliante pourraient se tourner vers le FINB BMO MSCI américaines de haute qualité (symbole : ZUQ), qui met l’accent sur les sociétés riches en liquidités affichant un bilan durable, tout en étant également bien exposées aux technologies. Par ailleurs, le FNB BMO vente d’options d’achat couvertes de technologie (symbole : ZWT) met aussi l’accent sur les sociétés technologiques américaines à grande capitalisation qui ont une superposition d’options d’achat afin de générer un rendement supplémentaire. Quel que soit votre point de vue, il pourrait être prudent de diversifier votre exposition aux actions au moyen d’un FNB.

Contribution aux rendements des dix plus grandes pondérations de l’indice S&P 500 pendant les années de rendement positif

Graphique à barres illustrant la contribution des dix plus grandes sociétés de l’indice S&P 500 pendant les années de rendement positif : 2007, 78,7%; 2023, 65,3 %; 2020, 58,9 %; 1999, 54,5 %; 2021, 45,0 %; 1998, 36,8 %; 1996, 33,9 %; 2017, 33,3 %; 2019, 32,8 %; 1991, 28,6 %; 2006, 27,6 %; 2016, 26,6 %; 2003, 23,6 %; 1995, 22,3 %; et 2014, 22,2%

Source : Alliance Bernstein, BMO Gestion d’actifs inc., Bloomberg (calculé pour les années de rendements positifs de l’indice composé S&P 500).

stratégies actives

L’adoption de placements non traditionnels

Les marchés continuent de présenter des défis pour les investisseurs, tandis que les placements non traditionnels pouvant potentiellement améliorer les rendements et diversifier les sources de rendement continuent de susciter un grand intérêt. Une étude publiée par Manager Partners Group en 2023 a prédit que la part des actifs non traditionnels de particuliers et de la clientèle à valeur nette élevée dans les portefeuilles passerait de 5 % à 9 % d’ici 2030. Certains prévoyaient même des taux d’adoption encore plus élevés7.

Le marché des FNB offre de plus en plus de stratégies de placement non traditionnelles aux investisseurs par l’intermédiaire du cadre de placements non traditionnels liquides. Le placement en actions acheteur et vendeur peut atténuer considérablement la volatilité, en profitant des ventes massives dans le volet des positions vendeur du portefeuille. La possibilité de vendre des actions individuelles à découvert offre plus d’occasions aux investisseurs de couvrir les positions acheteur en actions et de tirer parti de la baisse des cours des actions de qualité inférieure. Le FNB BMO d’actions canadiennes à positions acheteur et vendeur (symbole : ZLSC) et le FNB BMO d’actions américaines à positions acheteur et vendeur (symbole : ZLSU) sont des expositions bien diversifiées que les investisseurs peuvent envisager pour améliorer les caractéristiques globales de risque et de rendement du portefeuille.

De plus, les investisseurs s’intéressent de plus en plus à ces placements, car ils cherchent à créer des portefeuilles plus résilients.

L’or est une autre catégorie d’actif non traditionnelle qui a progressé vers la fin de 2023, en gagnant 13,1 % au 31 décembre8. Le métal jaune offre traditionnellement une protection contre le risque lié aux actions et à l’inflation, et sert également de réserve de valeur par rapport aux bilans croissants des banques centrales et des gouvernements. La corrélation de l’or avec l’indice S&P 500 est de 0,1, et il affiche aussi une faible corrélation de 0,4 avec l’indice des obligations universelles FTSE Canada, ce qui souligne l’avantage potentiel de diversification pour les portefeuilles9. La combinaison d’une utilisation à plus grande échelle des actifs non traditionnels dans les portefeuilles et de la capacité des FNB à offrir efficacement ces expositions est une tendance qui sera en croissance jusqu’en 2024 et au-delà, selon nous.

des résultats structurés

Gérer le risque au moyen de résultats structurés

Les marchés se sont redressés à la fin de 2023, les investisseurs ayant salué le changement de cap tant attendu de la Fed, qui est passée d’un régime de hausse des taux à un régime de réduction des taux. Cependant, il convient de noter qu’au moment d’amorcer la conférence de presse, on a bien précisé que l’inflation était encore trop élevée, que rien ne garantissait qu’elle continuerait à baisser et que la voie à suivre était incertaine. Si les conditions monétaires s’assouplissent comme le marché l’anticipe, les actifs à risque pourront connaître une remontée appréciable. Cependant, si l’inflation devait rester forte et si les banques centrales étaient obligées de maintenir des taux d’intérêt élevés, même dans un contexte de ralentissement de la croissance économique, cela pourrait finir par peser sur les marchés boursiers à mesure que le risque sera réévalué.

Dans ce contexte unique, les investisseurs et les conseillers devraient envisager de faire appel aux FNB à résultat structuré pour accroître la transparence de leurs placements et de leur rendement éventuel. Les investisseurs qui veulent participer à la croissance du marché boursier, mais qui sont préoccupés par une récession potentielle et par son incidence sur un portefeuille d’actions, devraient envisager d’utiliser un FNB avec tranche protégée, comme le FNB BMO d’actions américaines avec tranche protégée – octobre couvert en dollars canadiens (symbole : ZOCT), qui offre une protection explicite contre les pertes grâce à l’utilisation d’une superposition d’options de protection. En échange d’un plafond sur le potentiel de croissance, les investisseurs dans le ZOCT peuvent continuer à investir sur le marché boursier tout en bénéficiant d’une protection contre les pertes dans la zone protégée du FNB.

Les investisseurs que ne préoccupent pas autant la protection contre les pertes, mais qui ne s’attendent pas à une croissance importante du marché boursier à cause d’un ralentissement potentiel, peuvent envisager d’accélérer des rendements attendus plus faibles au moyen d’un FNB à rendement majoré, comme le FNB BMO d’actions américaines à rendement majoré couvert en dollars canadiens (symbole : ZUEA), qui offre approximativement le double des rendements des cours, jusqu’à concurrence d’un plafond, mais à une exposition simple aux baisses d’un actif de référence sous-jacent10. Ce FNB est un excellent moyen pour les investisseurs de surpasser le marché dans un contexte de faibles rendements, sans faire courir un risque supplémentaire à leur portefeuille.

Toute personne qui souhaite utiliser un FNB à résultat structuré peut consulter le site Web des FNB BMO, qui fournit des renseignements importants sur les FNB (y compris les dates de début et de fin de la période de résultats cible ainsi que le plafond et la protection, selon le cas) ainsi que des renseignements sur les résultats potentiels. Cette consultation procure un certain degré de transparence quant au rendement qu’on peut prévoir par rapport au marché. Le graphique ci-dessous illustre les résultats attendus pour le ZOCT. Des graphiques semblables pour les autres FNB à résultat structuré de BMO sont disponibles sur le site Web des FNB BMO.
Le graphique montre le rendement relatif d’un FNB avec tranche protégée par rapport à son actif de référence sous-jacent dans trois scénarios économiques distincts. Dans cet exemple, les investisseurs sont protégés contre les pertes lorsque le rendement du cours de l’actif de référence se situe entre 0 % et -15 %. Par exemple, si l’actif de référence baisse de 40 %, la tranche protégée absorbera la première tranche de 15 % et ne baissera que de 25 % à la fin de la période. La participation au marché est plafonnée à 10 %. À titre indicatif seulement, en pregnant un taux de 10 % comme exemple. Le plafond de hausse actuel est de 10,5 %

Source : BMO Gestion mondiale d’actifs.

obligations à court terme

Les liquidités ne doivent plus être délaissées

Malgré la reprise des actifs à risque, ce sont les liquidités et les obligations à très court terme qui ont retenu l’attention des investisseurs en 2023. Comme le taux de financement à un jour se trouve à un niveau inégalé depuis des décennies, le taux sans risque était attrayant pour les investisseurs, et ce, même en termes réels, lorsque l’on tient compte de l’inflation. Les FNB du marché monétaire, qui comprennent le marché monétaire traditionnel, les comptes d’épargne à intérêt élevé et les obligations à très court terme, ont amassé à eux seuls 10 milliards de dollars en 2023, ce qui a fait passer l’actif sous gestion global du segment à 30 milliards de dollars11. Les marchés des titres à revenu fixe ont également connu une volatilité élevée, en particulier dans le segment à long terme. Les taux obligataires ont fluctué au cours de l’année, les banques centrales ayant maintenu un ton plus ferme, même si elles ont fait une pause sur le resserrement au milieu de l’année dans le cas de la Fed et de la BdC. Après une très rare période de pertes consécutives de deux ans, les marchés obligataires ont finalement inscrit de solides rendements positifs pour l’année 2023.

En 2024, nous nous attendons à ce que l’attention des marchés soit encore tournée vers la politique des banques centrales.

Le marché prévoit que la Banque du Canada et la Réserve fédérale américaine décrèteront des baisses de taux marquées, mais nous croyons que ce point de vue est optimiste. Même si nous nous attendons à ce que les pressions déflationnistes se poursuivent, des baisses de taux rapides et successives semblent aller à l’encontre du scénario d’atterrissage « en douceur » pris en compte par le marché. Par conséquent, nous croyons que le segment à court terme de la courbe reste intéressant d’un point de vue corrigé du risque, surtout si la courbe des taux semble se normaliser. Les taux de rendement à court terme demeurent attrayants, et une exposition à cette partie de la courbe pourrait se révéler intéressante lorsque les banques centrales commenceront à réduire leur taux.

Compte tenu de la récente décision du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) sur les FNB de compte d’épargne à intérêt élevé, ceux-ci ne présenteront aucun avantage sur le plan du rendement par rapport aux FNB du marché monétaire traditionnel, comme le BMO Fonds du marché monétaire FNB séries (symbole : ZMMK) et le FNB BMO de gestion de trésorerie en dollars américains (symbole : ZUCM. U) une fois que ces changements réglementaires entreront en vigueur à la fin de janvier 2024. Les obligations à très court terme, comme le FNB BMO obligations à très court terme (symbole : ZST) et le FNB BMO obligations américaines à très court terme (parts en $ US) (symbole : ZUS. U) deviendront probablement le choix des investisseurs qui veulent un rendement supplémentaire par rapport aux instruments du marché monétaire. Nous nous attendons à ce que les liquidités fassent bonne figure en 2024. Compte tenu de l’incertitude géopolitique actuelle et des prochaines élections présidentielles aux États-Unis, les investisseurs pourraient chercher à avoir une certaine marge de manœuvre pour tirer parti d’une possible sous-évaluation sur le marché.

circuit institutionnel

L’accessibilité et l’innovation stimulent l’intérêt pour les FNB institutionnels

Les institutions continuent de s’intéresser de plus en plus aux FNB, et l’année 2023 n’a pas fait exception. Parmi les institutions, l’utilisation des FNB a augmenté en raison de leur facilité caractéristique de mise en œuvre dans les portefeuilles (sans aucune exigence en matière de conventions de gestion de placements) et de la capacité à négocier les FNB de façon fluide et anonyme, ce qui offre une plus grande souplesse dans des marchés changeants. Aussi, les FNB permettent aux institutions d’avoir un ensemble de données plus robuste afin de mieux modéliser le risque et le rendement des actifs.

De plus en plus de types d’institutions utilisent des FNB pour exécuter d’importantes opérations sur blocs de titres dans toutes les catégories d’actif.
Il convient de noter que les régimes de retraite s’intéressent aux FNB pour compléter des actifs réels non cotés, comme les infrastructures (FINB BMO infrastructures mondiales – symbole : ZGI) et l’immobilier (FINB BMO équipondéré de FPI – symbole : ZRE), avec un intérêt supplémentaire pour l’agriculture (FINB BMO agriculture mondiale – symbole : ZEAT). À l’origine, les FNB étaient utilisés comme des « tampons » pour lutter contre les retards de placement attribuables au manque de capacité des gestionnaires non cotés, mais, de plus en plus, les expositions des FNB aux actifs réels se déroulent désormais en parallèle. Leurs avantages opérationnels et leur rentabilité augmentent le contrôle que les propriétaires d’actifs souhaitent exercer sur les résultats dans des conditions de marché difficiles.

Nous croyons que les investisseurs institutionnels continueront d’adopter les FNB. Outre l’exposition aux actifs réels et la gestion de la liquidité, les titres à revenu fixe et le bêta12 des actions de base ont retenu l’attention des clients. La capacité de réaliser des opérations de grande envergure en resserrant les écarts entre les cours acheteur et vendeur par rapport au marché sous-jacent a été un facteur déterminant, tout comme la capacité de livrer des obligations individuelles en échange d’un FNB (créations sur mesure), qui a été, dans bien des cas, plus efficace sur le plan opérationnel. Les FNB indiciels d’actions à bêta et les FNB factoriels à bêta ont été respectivement utilisés pour accéder à des segments de marché à grande échelle ou pour harmoniser les expositions avec les objectifs.

circuit des conseillers

Gestion fiscale au moyen de FNB d’obligations à escompte

Les obligations et les FNB d’obligations sont de retour. La hausse des taux, combinée à ses aspects traditionnels de faible risque et de diversification, fait en sorte que les titres à revenu fixe deviennent un élément plus attrayant de tout portefeuille. Les FNB sont depuis longtemps un moyen efficace d’accéder à un panier d’obligations en raison de la liquidité accrue qu’offre la possibilité de la négociation sur le marché boursier. Le marché des FNB propose plusieurs choix de titres à revenu fixe. Une catégorie en particulier a gagné une plus grande part des flux, et pour une bonne raison : les FNB d’obligations à escompte.

Les obligations à escompte sont simplement des obligations qui ont tendance à avoir des coupons moins élevés (revenu versé). Elles sont semblables à tous égards quant à la qualité du crédit, la durée et le rendement à l’échéance global. Comme le coupon est moins élevé, la composition du taux de rendement global à l’échéance est davantage axée sur la plus-value en capital. Cela crée une certaine efficience fiscale naturelle13 par rapport au revenu d’intérêts traditionnel, qui est assujetti à un impôt plus élevé que les gains en capital. Il y a dix ans, BMO a été la première à lancer un FNB axé sur les obligations à escompte avec le FINB BMO obligations à escompte (symbole : ZDB). Avant la création du ZDB, il était difficile d’accéder à ces types d’obligations, et le regroupement dans un FNB sous la forme d’un panier les a rendus beaucoup plus accessibles aux investisseurs. Ce premier FNB d’obligations à escompte offre efficacement une exposition à l’ensemble du marché, comme d’autres FNB connus, comme le FINB BMO obligations totales (symbole : ZAG), mais avec l’avantage supplémentaire d’une certaine efficience fiscale naturelle. Depuis le lancement de ce FNB en 2014, certains autres produits se sont concentrés sur cette partie du marché, notamment le FNB BMO obligations à escompte à court terme (symbole : ZSDB) et le FNB BMO obligations à escompte de sociétés (symbole : ZCDB). Cela permet de cibler davantage les expositions aux titres de créance ou à la duration/durée14/, tout en maintenant l’avantage supplémentaire de l’efficience fiscale naturelle. En 2024, la tendance vers les obligations devrait se poursuivre. Pour les investisseurs qui détiennent des titres à revenu fixe en dehors de leurs régimes enregistrés, les FNB d’obligations à escompte offrent un avantage fiscal lors de la construction d’un portefeuille de titres à revenu fixe. Les FNB continuent d’améliorer l’accès à de meilleurs portefeuilles et fournissent des outils pour en bâtir, et les obligations à escompte sont un bon exemple d’une innovation dans les FNB.

circuit de placement en direct

Attirés par l’efficacité en matière de placement

Les placements indiciels effectués au moyen de la structure des FNB demeurent populaires auprès des investisseurs autonomes. Les FNB permettent aux investisseurs directs de détenir l’ensemble du marché, sans avoir recours à des systèmes de négociation institutionnels pour effectuer des milliers de transactions par année. De plus, l’indiciérisation permet aux investisseurs de ne pas faire de conjectures en matière de placement; plutôt que de sélectionner des titres, ils peuvent simplement détenir le marché en toute rentabilité.

Les placements indiciels sont également populaires auprès des investisseurs autonomes, car des données empiriques, comme le rapport SPIVA, montrent qu’il est extrêmement difficile de surpasser le marché à long terme, même parmi les meilleurs spécialistes de la sélection de titres. L’indice S&P 500 a inscrit un rendement annualisé de 12,1 % au cours des 10 dernières années15, un rendement difficile à surpasser (voir la figure 1). Au cours du premier semestre de 2023 seulement, l’indice S&P 500 a inscrit un rendement de 16,9 %, surpassant 60 % des gestionnaires d’actions américaines à grande capitalisation à gestion active16. Et les taux de sous-performance progressent habituellement à mesure que les horizons de placement s’allongent. Le FNB le plus important et le plus liquide au Canada est le FINB BMO S&P 500 (symbole : ZSP). Avec un actif de plus de 11 milliards de dollars17, ce FNB prouve que la tendance de placement de l’indice ne disparaîtra pas. Les institutions, les conseillers et les investisseurs directs se tournent tous vers ce FNB pour obtenir une exposition instantanée à l’indice S&P 500.

Les FNB de répartition d’actifs, comme le FNB BMO Équilibré (symbole : ZBAL) continuent également de susciter l’intérêt des investisseurs directs qui privilégient l’indexation. Ces FNB ont simplifié encore plus les placements en permettant de disposer d’un portefeuille tout-en-un, réparti professionnellement entre les actifs. Ils permettent aux investisseurs de simplement « les mettre en place et les oublier », puisqu’ils sont automatiquement rééquilibrés régulièrement. Ils peuvent aussi simplement ajouter du capital à leurs positions au fil du temps.

Il est presque impossible d’anticiper le marché, mais le temps passé sur le marché, et le fait de conserver ses placements à long terme, a fait ses preuves année après année, ce qui a rendu les FNB indiciels et d’allocation de l’actif encore plus populaires dans le circuit direct.

Figure 1 : Pourcentage des fonds d’actions nationales à grande capitalisation dont le rendement est inférieur à celui de l’indice S&P 500 chaque année

Graphique à barres montrant le pourcentage des fonds d’actions nationales de sociétés à grande capitalisation ayant inscrit un rendement inférieur à celui de l’indice S&P 500 de 2001 (65 %) jusqu’au premier semestre de 2023 (60 %)

Source : S&P Dow Jones Indices LLC, CRSP. Données au 30 juin 2023. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Le graphique est fourni à titre indicatif.

conclusion

Nous nous attendons à ce que le taux de croissance des FNB continue de progresser au Canada, malgré la maturité continue du marché, stimulée par les tendances en matière de réglementation, de démographie et de technologie. Même si les expositions les plus évidentes ont déjà été adoptées, le contexte des placements continue d’évoluer, et les investisseurs utilisent toujours davantage les FNB comme principaux instruments d’accès.

Les fournisseurs de FNB se sont tournés davantage vers les placements non traditionnels liquides, ce qui permis d’offrir de nouvelles stratégies et expositions. En raison du vieillissement de la population canadienne, les actifs à investir seront également transmis aux jeunes générations, parmi lesquelles les FNB sont plus largement utilisés. De plus, on estime que la population du Canada atteindra 52,5 millions d’ici 204318, ce qui augmentera également les actifs à investir dans le pays. Enfin, l’évolution de la technologie devrait encore renforcer les FNB dans l’écosystème des placements, ce qui permettra à la transition d’être plus fluide entre les FNB et les actifs sous-jacents, comme les actions, les obligations, les produits de base et les placements numériques. Par conséquent, nous ne prévoyons pas que les facteurs favorables à la croissance des FNB se dissiperont à court terme.

personnes-ressources
Personnes-ressources
Spécialistes des FNB
Ontario
Daniel Stanley
Directeur général, Institutions et Services-conseils, Ontario
416-418-2354
[email protected]
Chris McGrath
Directeur général, Centre de l’Ontario et Manitoba
647-669-6642
[email protected]
Jean Carlo Rouzier
Directeur général, Distribution des FNB
416-738-4858
[email protected]
Est du Canada
Alain Desbiens
Directeur général, Est du Canada
514-449-6627
[email protected]
Erika Toth
Directrice générale, Institutions et Services-conseils, Est du Canada
514-358-2310
[email protected]
Richard Ho
Directeur général, Distribution des FNB, Est du Canada
438-889-3727
[email protected]
Ouest du Canada
Mark Webster
Directeur général, Institutions et Services-conseils, Ouest du Canada
604-562-2851
[email protected]
John Nardozzi
Vice-président, Prairies
403-763-7212
[email protected]
Hamish Lillico
Directeur général, Distribution des FNB, Ouest du Canada
778−867−5744
[email protected]
Direct Investors
National Accounts
Erin Allen
VP, Distribution en direct
437-237-1989
[email protected]
Sa’ad Rana
Associé, Distribution des FNB en direct
416-867-5853
[email protected]
Mike Scheier
Directeur général, Comptes nationaux, Distribution aux intermédiaire
416-274-8174
[email protected]

Visitez le site bmo.com/fnb ou communiquez avec le Service à la clientèle au 1-800-361-1392.

notes

Footnotes

1 Financière Banque Nationale et Association canadienne des FNB (ACFNB) au 31 décembre 2023, selon des données rajustées.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Utilisation de données corrigées.

5 L’Association canadienne des FNB

6 Un titre financier ayant une valeur qui dépend d’un actif sous-jacent ou d’un groupe d’actifs, ou qui en découle. Le dérivé lui-même est un contrat entre deux parties ou plus, fondé sur le ou les actifs. Son prix est déterminé par les fluctuations de l’actif sous-jacent.

7 Steve Randall, « Alternative assets ready to gain from HNW and retail investors », Wealth Professional, 27 juin 2023.

8 Bloomberg, en dollars américains.

9 Bloomberg, au 31 décembre 2023.

10 Les FNB à rendement majoré de BMO visent à procurer aux porteurs de parts un revenu et environ le double du rendement d’un indice de référence qui donne accès à des titres de participation jusqu’à concurrence d’un plafond (avant les frais, les dépenses et les impôts).

11 Financière Banque Nationale, Recherche sur les FNB, au 31 décembre 2023.

12 Mesure de la volatilité, ou du risque systématique, d’un titre ou d’un portefeuille par rapport au marché dans son ensemble.

13 Les gains en capital sont considérés comme étant plus avantageux sur le plan fiscal que les revenus d’intérêts, puisque seulement la moitié des gains en capital sont imposables. Les revenus d’intérêts sont entièrement imposables.

14 Une mesure de la sensibilité du cours d’un placement à revenu fixe en réaction à un changement qui survient dans les taux d’intérêt. La duration est exprimée en nombre d’années. On s’attend à ce que le cours d’une obligation dont la duration est plus longue augmente (baisse) plus que celui d’une obligation dont la duration est plus courte lorsque les taux d’intérêt baissent (augmentent).

15 Morningstar Direct, 30 novembre 2023.

16 SPIVA, septembre 2023.

17 Au 31 décembre 2023.

18 Statistique Canada, août 2022.

Avis:

Déclarations prospectives :

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de l’investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus.

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

L’indice est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC ou de ses filiales (« SPDJI ») et est utilisé sous licence par le gestionnaire. S&PMD, S&P 500MD, US 500, The 500, iBoxxMD, iTraxxMD et CDXMD sont des marques de commerce de S&P Global, Inc. ou de ses sociétés affiliées (« S&P »), et Dow JonesMD est une marque déposée de Dow Jones Trademark Holdings LLC (« Dow Jones »). Ces marques de commerce ont été octroyées sous licence par SPDJI et ont fait l’objet d’une sous-licence octroyée au gestionnaire à certaines fins. Le FNB n’est ni commandité, ni cautionné, ni vendu, ni promu par SPDJI, Dow Jones, S&P et leurs sociétés affiliées; elles ne font aucune déclaration sur l’opportunité d’investir dans ces produits et ne sont aucunement responsables des erreurs, omissions ou interruptions de l’indice.

NasdaqMD est une marque déposée de Nasdaq, Inc. (qui représente, avec ses sociétés affiliées, les « Sociétés ») utilisée par le gestionnaire en vertu d’une licence. Les Sociétés ne se sont pas prononcées sur la légalité et la convenance des FNB. Les FNB ne sont ni émis, ni cautionnés, ni vendus, ni promus par les Sociétés. Les Sociétés ne donnent aucune garantie et n’assument aucune responsabilité à l’égard des FNB. The ETFs referred to herein is not sponsored, endorsed, or promoted by MSCI and MSCI bears no liability with respect to the ETF or any index on which such ETF is based. The ETF’s prospectus contains a more detailed description of the limited relationship MSCI has with the Manager and any related ETF.

MSCI ne parraine et n’endosse pas les FNB mentionnés dans les présentes, n’en fait pas la promotion et n’assume par ailleurs aucune responsabilité à l’égard de ces FNB ou de tout indice sur lequel se fondent ces FNB. Le prospectus du FNB renferme une description plus détaillée des liens limités que MSCI a avec le gestionnaire et les FNB associés.

Un investisseur qui achète des parts d’un FNB à résultat structuré autrement qu’à la valeur liquidative de départ le premier jour d’une période de résultat cible et/ou qui vend des parts d’un FNB à résultat structuré avant la fin d’une période de résultat cible peut obtenir des résultats très différents des résultats cibles recherchés par le FNB à résultat structuré pour cette période de résultat cible. Le plafond et, s’il y a lieu, la marge de sécurité sont des niveaux fixes qui sont calculés par rapport au cours du marché du FNB de référence pertinent et à la valeur liquidative d’un FNB à résultat structuré (telle que définie aux présentes) au début de chaque période de résultat cible. Étant donné que le cours du marché du FNB de référence et la valeur liquidative du FNB à résultat structuré concerné changeront au cours de la période de résultat cible, un investisseur qui acquiert des parts d’un FNB à résultat structuré après le début d’une période de résultat cible aura probablement un potentiel de rendement différent de celui d’un investisseur qui a acheté des parts d’un FNB à résultat structuré au début de la période de résultat cible. En effet, bien que le plafond et, s’il y a lieu, la marge de sécurité pour la période de résultat cible soient des niveaux fixes qui restent constants tout au long de la période de résultat cible, un investisseur qui achète des parts d’un FNB à résultat structuré à leur valeur marchande pendant la période de résultat cible achètera probablement des parts d’un FNB à résultat structuré à un prix du marché différent de la valeur liquidative du FNB à résultat structuré au début de la période de résultat cible (c.-à-d. la valeur liquidative référencée par le plafond et, s’il y a lieu, la marge de sécurité). De plus, le cours du marché du FNB de référence pertinent sera probablement différent du cours de ce FNB de référence au début de la période de résultat cible. Pour atteindre les résultats cibles recherchés par un FNB à résultat structuré pour une période de résultat cible, l’investisseur doit détenir des parts du FNB à résultat structuré pendant l’ensemble de cette période de résultat cible.

Les placements dans les FNB BMO et dans la série FNB des Fonds d’investissement BMO peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses. Veuillez lire l’Aperçu du FNB ou le prospectus du FNB BMO ou de la série FNB en question avant d’investir. Les taux de rendement indiqués sont les taux de rendement composés historiques globaux; ils tiennent compte de l’évolution de la valeur des actions ou des parts et du réinvestissement de tous les dividendes ou montants distribués, mais non des commissions qui se rattachent aux ventes, aux rachats ou aux distributions, ni des frais facultatifs ou de l’impôt payables par le porteur de parts, lesquels auraient réduit le rendement. Les fonds négociés en bourse BMO et la série FNB ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les FNB BMO ou la série FNB des Fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. Les FNB BMO et la série FNB s’échangent comme des actions, peuvent se négocier à escompte à leur valeur liquidative et leur valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les FNB BMO sont gérés par BMO Gestion d’actifs inc., qui est une société gestionnaire de fonds d’investissement et de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal. La série FNB des Fonds d’investissement BMO est gérée par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque qui comprend BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements Inc.

MC/MD Marque de commerce / marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, employé en vertu d’une licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Perspectives

Investissement responsable
28 février 2024
mars 2024

Une transformation avec l’intelligence artificielle « équitable »

Transformation avec l’IA et transition énergétique – Lien Personne laisser en marge lors de la transformation avec l’IA.
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
26 février 2024
mars 2024

Comment Nvidia est-elle devenue la nouvelle Apple?

L’action de Nvidia s’envole : le moment est-il venu d’encaisser des profits ou y a-t-il d’autres gains à réaliser? Que signifie l’écart d’inflation entre les États-Unis et le Canada pour les taux d’intérêt?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
4 mars 2024
mars 2024

Les obligations finiront-elles par s’envoler?

Pourquoi les rendements des titres à revenu fixe ont-ils été décevants, et quelles sont les perspectives pour le reste de 2024? Est-il probable que des titres qui ne font pas partie du groupe des sept magnifiques réussissent à s’en approcher?
Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
mars 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.