COMMENTAIRE JUIN 2024

Commentaire de juin sur les Portefeuilles FNB BMO : « Passage à une position neutre »

19 juin 2024

COMMENTAIRE JUIN 2024

Commentaire de juin sur les Portefeuilles FNB BMO : « Passage à une position neutre »

19 juin 2024

Commentaire

Activité du portefeuille

  • Nous avons clôturé notre surpondération de longue date des actions japonaises, et sommes revenus au neutre de l’Europe dans notre volet EAEO. Les améliorations marquées des données du secteur manufacturier, combinées au début du cycle de baisse des taux par la Banque centrale européenne, pourraient être le catalyseur nécessaire pour débloquer l’avantage relatif des valorisations des actions européennes sur celles des États-Unis. Un ralentissement des dépenses de consommation et des perspectives économiques du Japon, conjugués aux flux qui ont mené le pays à être un marché consensuel trop actif, nous ont amenés à encaisser les profits sur notre position.
  • De même, nous avons réduit notre préférence pour les banques canadiennes dans la composante d’actions canadiennes. L’augmentation des provisions pour pertes sur prêts au dernier trimestre a été importante, sans être pour autant catastrophique. Une première réduction de taux a été effectuée, et seulement une autre est actuellement prise en compte par les marchés pour cette année; par conséquent, nous ne prévoyons pas de rendement relatif supérieur au deuxième semestre de l’année par rapport à l’indice général S&P/TSX.
  • Nous avons établi une petite position dans des sociétés minières mondiales pour obtenir une exposition à ce que nous estimons être les premiers stades d’une remontée durable des produits de base. Bien que le cuivre se soit replié récemment après une forte remontée, la croissance soutenue de la demande mondiale due à l’électrification, au rapatriement de l’activité industrielle et au renouvellement des infrastructures devrait soutenir fondamentalement tous les métaux de base, tandis que le moindre fléchissement du dollar américain, une fois que la Réserve fédérale américaine (la « Fed ») commencera à réduire les taux, s’avèrera aussi avantageux.

Le repli d’avril s’est avéré de courte durée, car le mois de mai a vu le retour de l’optimisme, grâce à la combinaison du ralentissement de l’inflation et du soutien continu des bénéfices des sociétés technologiques. Cependant, le début du mois de juin a semé un certain doute sur le marché, car les données exceptionnelles en matière d’emplois non agricoles aux États-Unis ont écorné les attentes en matière de réductions de taux. L’énorme déception aux attentes a été la hausse de la création d’emplois, qui s’est établie à 272 000, alors que les prévisions consensuelles étaient de 180 000, et la croissance des salaires a remonté légèrement, pour ensuite faire marche arrière le jour de la réunion de juin de la Fed, qui coïncidait avec les surprises à la baisse des données de l’indice des prix à la consommation (IPC) de mai.

Même si les taux sont de nouveau stables, les marchés ont rapidement pris en compte une deuxième réduction dans les attentes pour 2024, même si le graphique à points de la Fed (c.-à-d. les attentes médianes des membres votants) a montré un report de la deuxième réduction prévue auparavant dans le total de 2025. Il en a résulté un net gain dans les obligations, le taux des obligations du Trésor américain à 10 ans ayant chuté à moins de 4,30 %. Ce qui est à noter, c’est qu’au cours du mois, le marché a montré quelques cas où les mauvaises nouvelles étaient vraiment considérées comme mauvaises; par exemple, le ralentissement de l’indice ISM du secteur manufacturier a eu une incidence négative sur les fluctuations quotidiennes du marché, plutôt que d’être bien accueilli comme une raison pour laquelle la Fed a réduit les taux. Néanmoins, l’indice S&P 500 a une fois de plus atteint un nouveau sommet historique en affichant 5 433 au moment de la rédaction, surpassant ainsi largement le Bloomberg Strategist Consensus Year-End Forecast (indice SPXSFRCS) à 5 100, établies en mai.

Étant donné que tant de choses vont bien, le lecteur sera peut-être surpris d’apprendre que nous avons ajusté notre point de vue interne sur les actions pour les rendre neutres par rapport à notre surpondération de longue date. Eh bien, le diable est toujours dans les détails, et même si nos perspectives à long terme pour les actions restent positives, un certain nombre de facteurs favorables à court terme se matérialisent à notre avis :

  • Les prévisions de bénéfices par action (BPA) pour 2025 n’ont pas du tout été revues à la baisse – malgré les baisses attendues de la croissance du produit intérieur brut et un marché de l’emploi de plus en plus serré, il n’y a eu aucune réduction importante des taux de croissance prévus pour la plupart des secteurs de l’indice S&P 500 pour 2025.
 
  • La consommation des ménages est retombée dans les tranches de revenu inférieures, de nombreux grands détaillants ayant déclaré une baisse de leurs ventes dans les mêmes magasins et une baisse des prévisions de bénéfices.
 
  • L’IA (intelligence artificielle) semble redéfinir la loi de la gravité, et une partie de plus en plus grande du marché est liée à sa croissance parabolique. En plus des semi-conducteurs et des logiciels, les services publics, les matières premières et l’industrie ont connu des hausses en raison des impacts révolutionnaires attendus de l’IA. L’élargissement de la participation au marché est toujours le bienvenu, et l’intelligence artificielle est certainement un thème pour plusieurs années, voire plusieurs décennies. Cependant, les nets gains récents réalisés avec un niveau complaisant de volatilité donnent à penser qu’il faut s’attendre à des corrections en cours de route à cause des conditions de surachat.
 
  • Les réductions des taux canadiens ont enfin commencé, mais seront-elles assez rapides? La première baisse de 25 points de base de la Banque du Canada et de la Banque centrale européenne a éliminé une certaine incertitude, mais le temps presse avant l’approche du mur de refinancement de 2025/2026, au moment duquel on estime que près de 74 % des prêts hypothécaires en cours au Canada devront être renouvelés, avec un taux d’intérêt applicable plus élevé d’environ 2,5 % à 3 % sur le prêt hypothécaire à taux fixe de 5 ans. Puisqu’il y a quatre autres réunions d’ici la fin de l’année, mais le marché ne prend en compte que deux, peut-être trois baisses, ce qui suppose un taux directeur de 4 % à 4,25 % au début de l’année prochaine.
 
  • La politique, la politique, ici et partout – 2024 est l’année la plus occupée en matière d’élections à l’échelle mondiale, même si les médias se concentrent sur nos voisins du Sud. Les élections présidentielles américaines apporteront sans aucun doute de la volatilité, un discours moins mesuré et des répercussions importantes sur les politiques nationales, le commerce international et, au bout du compte, la croissance économique. L’Europe est aux prises avec une agitation similaire : une élection éclair a été déclenchée en France et une escalade de tarifs entre l’Union européenne et la Chine au sujet des importations de véhicules électriques est en cours. Le conflit militaire au Moyen-Orient et en Ukraine se poursuit, et n’y a que très peu d’espoir de résolution dans les deux cas.

Néanmoins, de peur que le lecteur ne soit totalement découragé, il faut noter que ce ne sont là que certains des obstacles. Dans chaque cas, les marchés financiers profitent d’un facteur favorable égal, et souvent supérieur; c’est pourquoi nous maintenons la pondération neutre des actions par rapport aux obligations ou aux liquidités, plutôt qu’une sous-pondération pure et simple. Pour l’ensemble de la gamme des solutions gérées de BMO, ce changement s’exprime de plusieurs façons, que ce soit par la vente pure et simple d’actions, la transition vers des positions à faible bêta sur le marché ou l’application d’une stratégie de superposition, utilisant les options comme protection contre les fluctuations défavorables du marché. En bref, il ne s’agit pas d’une année où nous « vendons en mai et nous quittons le marché »… mais nous surveillerons régulièrement le marché, même si c’est à partir du chalet, un vendredi quelconque.

Avis juridique :

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi (le cas échéant), de frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire l’aperçu du fonds ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées

 

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

 

Le présent document peut contenir des déclarations prospectives. Les « déclarations prospectives » peuvent se caractériser par l’emploi de termes tels que « pouvoir », « devoir », « s’attendre à », « prévoir », « projeter », « anticiper », « estimer », « avoir l’intention de », « continuer » ou « croire » (ou leur forme négative) ainsi que par l’emploi de variantes de ces termes ou de termes semblables. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment à de telles déclarations, car les résultats annoncés pourraient différer sensiblement des résultats réels en raison de divers risques et incertitudes.

 

Les opinions exprimées dans le présent document sont celles des directeurs de portefeuille. Elles ne reflètent pas nécessairement celles de BMO Gestion mondiale d’actifs. Les points de vue et opinions sont ceux du directeur de portefeuille et ne doivent pas être considérés comme des recommandations ou des sollicitations d’achat ou de vente de produits qui auraient pu être mentionnés.

 

Cette communication est fournie à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de l’investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

 

« BMO (le médaillon contenant le M souligné) » est une marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Point de vue
17 juillet 2024

Politique et profits : Trouver des gains pendant une année électorale

La bonne nouvelle, c’est qu’elle demeure en assez bonne position et que nous ne voyons aucun signe dans le marché qui nous inquiète suffisamment pour justifier une importante aversion pour le risque.
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
15 juillet 2024
juillet 2024

Est-il temps de remplacer les actions des grandes sociétés technologiques par des actions de sociétés à petite capitalisation?

Les investisseurs devraient-ils envisager de passer aux actions à plus petite capitalisation boursière? Que nous a appris le dernier rapport sur l’IPC au sujet de la probabilité d’une baisse des taux en septembre? Et, le long de la courbe des taux, où les investisseurs devraient-ils chercher des occasions?
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
11 juillet 2024

Commentaire de juillet sur les Portefeuilles FNB BMO : « Take the Money and Run ou Take it Easy? »

La fin du mois, du trimestre et du premier semestre de 2024 étant déjà dans les annales, les marchés semblent prendre une grande respiration dans l’attente de ce que le reste de l’année apportera.
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
8 juillet 2024
juillet 2024

Quel est l’impact de la politique sur votre portefeuille?

Quel enseignement avons-nous tiré de sa réaction aux dernières données sur l’inflation? Comment se manifestera-t-elle et dans quelle mesure se répercutera-t-elle sur les marchés?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
2 juillet 2024
juillet 2024

Pourquoi les consommateurs américains tiennent-ils bon, et les Canadiens non?

Quelle est la situation des consommateurs en ce début de deuxième semestre de l’année? Quelle a été l’incidence du débat présidentiel américain de la semaine dernière sur les marchés?
Commentaire
24 juin 2024
juillet 2024

Président Powell : De vilaines obligations en fin de compte?

Quelle est la cause de l’écart entre les actions canadiennes et américaines? Quelle est la source de la récente volatilité des obligations, et persistera-t-elle jusqu’à la fin de 2024?

Attestation du site Web

Vous accédez maintenant au site Web pour conseillers de BMO Gestion mondiale d’actifs.

Lisez nos modalités.

Cliquez ici pour communiquer avec nous.

Ces renseignements sont uniquement destinés aux conseillers en placement. En acceptant, vous attestez que vous êtes un conseiller en placement. Si vous n’êtes PAS un conseiller en placement, veuillez ne pas poursuivre et consulter le contenu des sections du site destinées aux investisseurs ou aux investisseurs institutionnels. Le site Web a été conçu uniquement dans le but d’informer et non de présenter une description complète des produits ou des services de BMO Gestion mondiale d’actifs. Le rendement passé n’est pas indicatif des rendements futurs. Les renseignements contenus dans ce site ne visent aucunement à donner des conseils de placement et ne doivent pas servir de fondement à des décisions de placement. Les opinions exprimées peuvent changer sans préavis. Les produits et les services de BMO Gestion mondiale d’actifs ne sont offerts que dans des territoires où ils peuvent être légalement vendus. Les renseignements contenus dans ce site ne constituent pas un acte de sollicitation de la part de qui que ce soit en vue de l’achat ou de la vente de fonds d’investissement ou d’un autre produit, service ou renseignement à toute personne résidant dans tout territoire où un tel acte de sollicitation n’est pas autorisé ou ne peut être effectué légalement, ou à toute personne à qui il est illégal de faire une telle sollicitation. Tous les produits et services sont assujettis aux modalités de chaque convention applicable. Il est important de noter que tous les produits, services et renseignements ne sont pas offerts dans tous les territoires à l’extérieur du Canada.