CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

Un délestage en septembre mènera-t-il à une remontée en décembre?

Du septembre 11 au 15, 2023

CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

Un délestage en septembre mènera-t-il à une remontée en décembre?

Du septembre 11 au 15, 2023

Commentaire

Récapitulation du marché

  • La semaine a été difficile pour les actions mondiales, mais les grands indices en Amérique du Nord et en Europe ont semblé reprendre pied vendredi. La vigueur soutenue des prix du pétrole a été l’une des causes de la récente faiblesse, car elle a exacerbé les préoccupations à l’égard de l’inflation alors que de nombreuses grandes banques centrales espéraient en avoir terminé, ou presque, avec leurs campagnes de hausse des taux. Notamment, les prix du pétrole ont atteint leurs plus hauts niveaux de l’année, dépassant la barre des 87 $ après l’annonce de mesures coordonnées mardi, selon laquelle l’Arabie saoudite et la Russie prolongeront les réductions de production volontaires actuelles (respectivement 1 Mb/j et 300 kb/j) jusqu’à la fin de l’année.
  • L’indice S&P/TSX a terminé la semaine en baisse de 2,3 % par rapport à la clôture de vendredi dernier, ce qui marque sa cinquième semaine de recul sur les six dernières. Sur le plan sectoriel, les secteurs des matières premières, des télécommunications et de la technologie sont ceux qui ont le plus pesé sur le rendement, tandis que les secteurs de la santé, de l’énergie et des biens de consommation de base ont enregistré des pertes plus modérées.
  • L’indice S&P 500 a progressé légèrement dans le classement des marchés boursiers, reculant de 1,3 % cette semaine. Bien que les pertes aient été plutôt généralisées (à l’exception des secteurs de l’énergie et des services publics), le secteur de la technologie a été nettement à la traîne, plombé par les nouvelles restrictions imposées par le gouvernement chinois sur les appareils électroniques de marque étrangère (p. ex., les iPhone).

Taux d’intérêt

La semaine dernière, la Banque du Canada (BdC) n’a pas bronché, refusant de relever ou de réduire les taux d’intérêt. La décision en elle-même n’avait rien d’étonnant : des signes de ralentissement de l’économie ont été observés, comme l’affaiblissement des données sur le PIB et des données sur l’emploi (même si le dernier rapport était positif), de sorte qu’il était peu probable que la banque centrale relève les taux. L’absence d’un discours plus conciliant a toutefois été surprenante. La BdC a plutôt adopté un ton ferme, en soulignant que l’inflation reste persistante et que de nouvelles hausses de taux ne sont pas exclues. L’affaiblissement des données économiques et les baisses du marché de l’habitation indiquent que les hausses de taux d’intérêt ont l’effet escompté. Nous nous attendions donc à une déclaration plus conciliante ou, du moins, plus équilibrée de la BdC au sujet des hausses de taux à venir. Il fût donc un peu surprenant d’entendre un durcissement de ton quant aux hausses de taux potentielles. Aux États-Unis, les données économiques sont bien meilleures, et les consommateurs sont moins endettés, de sorte que nous ne pensons pas qu’il soit évident s’arrêter là. Nous pourrions encore assister à d’autres hausses de taux. Nous prévoyons donc que la Réserve fédérale américaine (Fed) marquera une pause lors de sa prochaine réunion, mais il est fort possible qu’elle relève les taux au moins une autre fois plus tard.

Conclusion : Au Canada, les hausses de taux d’intérêt pourraient être terminées, tandis qu’aux États-Unis, une courte pause pourrait être suivie d’au moins une nouvelle hausse.

Facteurs saisonniers

L’automne est habituellement une période de faiblesse relative pour les marchés, et des signes de cet effet saisonnier ont déjà été observés. Un recul au début du mois d’août a été suivi d’un léger rebond dans la deuxième moitié du mois, principalement en raison de la hausse des bénéfices qui a stimulé l’ensemble du secteur des technologies et les marchés de façon globale. Depuis le début de septembre, de nouvelles pressions de vente se font sentir. Nous nous attendons à une baisse généralisée à court terme, qui sera probablement plus importante qu’en août, étant donné qu’il n’y aura probablement pas de hausse des bénéfices. Les risques de récession ont été repoussés jusqu’en 2024, et la probabilité qu’une récession survienne continue de diminuer, ce qui pourrait préparer un rebond au quatrième trimestre si un repli se produit au troisième trimestre. La période des Fêtes pourrait être la dernière grande occasion pour les consommateurs de dépenser avant de se serrer la ceinture au cours de la nouvelle année.

Conclusion : les turbulences sur les marchés pourraient être plus importantes en septembre qu’en août, mais cette conjoncture pourrait jeter les bases d’une reprise à la fin de l’année.

Récession

Comme de nombreux analystes, nous estimons que les probabilités d’une récession ont diminué, mais, contrairement à d’autres qui ont changé leurs perspectives, nous ne prévoyons pas une absence de récession. Il est possible que le Canada soit déjà en récession technique. Si ce n’est pas le cas, nous continuons de tabler sur l’arrivée d’une récession au cours de la prochaine année. Il en va de même pour les États-Unis, même s’ils sont légèrement mieux placés que le Canada. Cependant, comme nous l’avons toujours dit, tout repli potentiel sera probablement léger : soit les gens se rendront à peine compte de la récession, soit celle-ci sera de courte durée, car la banque centrale interviendra et contribuera à stimuler l’économie en réduisant les taux d’intérêt. Notre modèle interne montre les probabilités suivantes pour les 12 prochains mois : une récession technique à 35 %, un atterrissage en douceur à 35 %, un atterrissage brutal à 10 %, et une absence d’atterrissage à 20 %.

Conclusion : une légère récession est toujours susceptible de survenir, mais la probabilité d’un atterrissage en douceur ou d’une absence de récession a augmenté.

Positionnement

Étant donné que nos perspectives restent à peu près les mêmes, nous n’avons pas apporté de nombreux changements au positionnement de nos portefeuilles récemment. Notre répartition de l’actif composé d’obligations, d’actions et de liquidités demeure assez neutre dans l’ensemble. Sur le plan géographique, nous maintenons une position neutre à l’égard des États-Unis et du Canada, sous-pondérons les actions internationales (EAEO) et surpondérons les marchés émergents. Les marchés américains se sont bien comportés, mais pourraient reculer à court terme, tandis que le Canada pourrait profiter du récent cycle de l’énergie, qui devrait se poursuivre. Par ailleurs, la région EAEO est susceptible d’être touchée par la hausse des prix du pétrole, une inflation toujours élevée et d’autres hausses de taux (en plus d’autres facteurs défavorables, comme la guerre entre la Russie et l’Ukraine). Du côté des marchés émergents, nous croyons que le pessimisme à l’égard de la Chine est allé trop loin et qu’une plus grande attention devrait être accordée à d’autres marchés émergents, notamment l’Inde. Enfin, en ce qui concerne les titres à revenu fixe, nous sommes maintenant un peu moins pessimistes à l’égard des titres à rendement élevé, car le risque de récession est réduit et continuellement repoussé.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
21 mai 2024
mai 2024

Walmart atteint des sommets record. D’autres sociétés suivront-elles?

La vigueur des bénéfices de Walmart est-elle une indication de la façon dont les consommateurs dépensent? Les données sur le ralentissement de l’inflation auront-elles une incidence sur le calendrier des baisses de taux?
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
16 mai 2024

Commentaire de mai sur les Portefeuilles FNB BMO «Jerome et un marché sens dessus dessous»

Après un mois d’avril orageux, les marchés sont revenus à leur philosophie selon laquelle « une mauvaise nouvelle est une bonne nouvelle », à la suite de la décision de la Réserve fédérale américaine de maintenir son taux au même niveau.
Point de vue
15 mai 2024

Le dernier combat de la Fed : Une seule réduction des taux est prévue pour 2024

Nous continuons de croire qu’au moins une réduction de taux est possible, mais qu’elle aura lieu probablement plus tard cette année. Cependant, comme l’économie s’avère assez résiliente et que l’inflation reste relativement stable à ces niveaux, la décision dépendra probablement de la vigueur de la consommation.
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
13 mai 2024
mai 2024

La formule secrète pour stimuler les revenus

Les marchés dépendent-ils de la résilience des bénéfices ou de la faiblesse des perspectives? Les propriétaires d’entreprise s’attendent-ils à ce que l’économie ralentisse?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
6 mai 2024
mai 2024

Recherche d’indices sur les bénéfices des sociétés

Que révèlent les bénéfices de Starbucks et d’Apple sur la vigueur de la consommation? Le marché a-t-il accepté qu’une seule baisse de taux soit probable en 2024?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire
29 avril 2024
mai 2024

Le paradoxe Tesla-Meta

Les prévisions à la baisse des ventes des fabricants de puces d’IA sont-elles un indicateur préoccupant? L’escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est-elle inévitable?

Attestation du site Web

Vous accédez maintenant au site Web pour conseillers de BMO Gestion mondiale d’actifs.

Lisez nos modalités.

Cliquez ici pour communiquer avec nous.

Ces renseignements sont uniquement destinés aux conseillers en placement. En acceptant, vous attestez que vous êtes un conseiller en placement. Si vous n’êtes PAS un conseiller en placement, veuillez ne pas poursuivre et consulter le contenu des sections du site destinées aux investisseurs ou aux investisseurs institutionnels. Le site Web a été conçu uniquement dans le but d’informer et non de présenter une description complète des produits ou des services de BMO Gestion mondiale d’actifs. Le rendement passé n’est pas indicatif des rendements futurs. Les renseignements contenus dans ce site ne visent aucunement à donner des conseils de placement et ne doivent pas servir de fondement à des décisions de placement. Les opinions exprimées peuvent changer sans préavis. Les produits et les services de BMO Gestion mondiale d’actifs ne sont offerts que dans des territoires où ils peuvent être légalement vendus. Les renseignements contenus dans ce site ne constituent pas un acte de sollicitation de la part de qui que ce soit en vue de l’achat ou de la vente de fonds d’investissement ou d’un autre produit, service ou renseignement à toute personne résidant dans tout territoire où un tel acte de sollicitation n’est pas autorisé ou ne peut être effectué légalement, ou à toute personne à qui il est illégal de faire une telle sollicitation. Tous les produits et services sont assujettis aux modalités de chaque convention applicable. Il est important de noter que tous les produits, services et renseignements ne sont pas offerts dans tous les territoires à l’extérieur du Canada.