No data was found
CA-FR Investisseurs
CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

La bombe à retardement du marché canadien de l’habitation

Du 13 au 17 novembre 2023

CETTE SEMAINE AVEC SADIQ

La bombe à retardement du marché canadien de l’habitation

Du 13 au 17 novembre 2023

Commentaire hebdomadaire

Récapitulation du marché

  • Les marchés boursiers se sont redressés cette semaine en même temps que les taux obligataires reculaient fortement. L’indice S&P 500 a progressé de 5,9 %, principalement grâce aux banques et à la consommation discrétionnaire.
  • L’indice S&P 500 a progressé de 1,1 %, les technologies et les services de télécommunications occupant la tête du peloton.
  • Par ailleurs, l’indice TSX a reculé de 1,0 % en raison du repli des secteurs de la santé, des matières premières et de l’énergie.

Marché de l’habitation

Récemment, nous avons assisté à un découplage des perspectives économiques canadienne et américaine, le Canada affichant plus de faiblesse que son voisin du sud. Les consommateurs canadiens sont plus endettés et, en ce qui a trait à l’habitation, leurs taux hypothécaires sont plus élevés et s’étalent sur une plus courte période que ceux des consommateurs américains. Cela signifie que le portrait des dépenses de consommation est plus favorable aux États-Unis qu’au Canada et que la Banque du Canada devrait commencer à réduire les taux d’intérêt avant la Réserve fédérale américaine (la Fed). Nous sommes d’avis que la Banque du Canada pourrait bien abaisser les taux au premier semestre de 2024 et que la Fed est plus susceptible d’attendre au dernier semestre de l’année pour le faire. Qu’est-ce que tout cela signifie pour le marché canadien de l’habitation? Nous avons déjà observé une baisse assez importante, mais nous croyons qu’il y a encore de la place pour un recul. Une baisse n’est pas nécessairement imminente, mais, au fil des ans, de plus en plus de gens ressentiront l’incidence de la hausse des taux hypothécaires par rapport au segment relativement petit qui a renouvelé ses prêts hypothécaires en 2023 et qui a déjà ressenti cette douleur. Comme une plus grande partie du revenu des Canadiens est consacrée aux prêts hypothécaires, la consommation des ménages en souffrira et certains seront forcés de réduire leurs dépenses. Cela signifie qu’un plus grand nombre de logements seront mis en vente sur le marché, ce qui devrait faire baisser davantage les prix des logements.

Conclusion : À notre avis, le marché de l’habitation pourrait encore reculer, les risques étant plus élevés au Canada qu’aux États-Unis.

Pétrole

Au début du conflit entre Israël et le Hamas, les prix du pétrole ont monté en flèche. Depuis, ils ont toutefois considérablement diminué. Bien qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle à court terme, nous considérons toujours que les conflits géopolitiques, au Moyen-Orient et ailleurs, sont un facteur de risque qui persistera jusqu’à la fin de l’année et probablement jusqu’en 2024. C’est l’une des raisons pour lesquelles d’autres chocs de l’offre, qui pourraient soutenir les prix du pétrole, sont toujours possibles, même s’ils seront probablement temporaires. Quelques autres facteurs méritent d’être pris en considération en ce qui concerne les perspectives du pétrole brut. Premièrement, l’OPEP continuera vraisemblablement de surveiller l’offre, en maintenant les prix du pétrole au-dessus de 70 $ le baril. Deuxièmement, la conjoncture économique continue de se porter assez bien et nous croyons toujours qu’une récession sera légère. Comme la demande devrait demeurer raisonnable, nous estimons que le prix du pétrole est probablement sous-évalué et que sa juste valeur est probablement de 80 $ à 90 $.

Conclusion : Les récentes baisses des prix du pétrole brut sont probablement allées trop loin, la demande étant vigoureuse et de possibles chocs de l’offre suggérant que le pétrole est actuellement sous-évalué.

Hollywood

Hollywood a annoncé de bonnes nouvelles la semaine dernière puisque la grève du syndicat des acteurs (SAG-AFTRA), qui a empêché des acteurs de travailler pendant quatre mois, a été résolue et que Disney a dépassé les prévisions de bénéfices. À notre avis, les sociétés de diffusion en continu sont actuellement un peu sous-évaluées. Netflix, par exemple, semble très solide, puisqu’elle a rajusté son modèle de tarification et pris des mesures pour empêcher les utilisateurs de partager leurs comptes. C’est un exemple des différentes façons dont les services de diffusion en continu peuvent accroître les revenus. Ce qui est préoccupant, c’est de savoir si la consommation continuera de baisser. Jusqu’à présent, il y a eu des failles, mais rien ne s’est brisé. Comme la production a été interrompue pendant les grèves, mais que les stocks étaient suffisants pour combler le manque, bon nombre de ces sociétés ont en fait économisé de l’argent sur les coûts, ce qui a eu un effet positif sur les résultats. Cela dit, les utilisateurs pourraient éventuellement choisir de réduire leur abonnement de diffusion en continu, par exemple, en conservant trois abonnements au lieu de quatre, ce qui aurait une incidence sur les revenus des services de diffusion en continu. C’est pourquoi vous voulez détenir les sociétés de qualité dont les consommateurs ne peuvent pas se passer.

Conclusion : La résolution de la grève du SAG-AFTRA est une bonne nouvelle, mais elle n’a pas eu d’effet particulièrement négatif sur les sociétés de diffusion en continu, dont certaines pourraient être légèrement sous-évaluées.

Positionnement

Pour la première fois cette année, nous surpondérons les actions. Trois raisons expliquent ce changement. Premièrement, le repli de septembre et d’octobre a rendu les valorisations plus attrayantes. Deuxièmement, dans ses plus récents commentaires, la Fed a indiqué qu’elle préférait rester à l’écart et éviter d’autres hausses de taux. Troisièmement, l’optimisme des investisseurs qui découle de ces deux événements pourrait favoriser une remontée au quatrième trimestre.

Avis :

Les opinions exprimées par le directeur de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

Les placements dans les fonds d’investissement peuvent tous comporter des frais de courtage, des frais de gestion et des dépenses (le cas échéant). Les placements dans certaines séries de titres de fonds d’investissement peuvent être assortis de commissions de suivi. Veuillez lire l’aperçu du fonds, l’aperçu du FNB ou le prospectus du fonds d’investissement pertinent avant d’investir. Les fonds d’investissement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Pour connaître les risques liés à un placement dans les fonds d’investissement BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus. La série FNB des fonds d’investissement BMO s’échange comme des actions, peut se négocier à escompte à sa valeur liquidative et sa valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

Les fonds d’investissement BMO sont gérés par BMO Investissements Inc., une société de gestion de fonds d’investissement et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

MC/MD Marque de commerce/marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
4 mars 2024
mars 2024

Les obligations finiront-elles par s’envoler?

Pourquoi les rendements des titres à revenu fixe ont-ils été décevants, et quelles sont les perspectives pour le reste de 2024? Est-il probable que des titres qui ne font pas partie du groupe des sept magnifiques réussissent à s’en approcher?
Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
26 février 2024
mars 2024

Comment Nvidia est-elle devenue la nouvelle Apple?

L’action de Nvidia s’envole : le moment est-il venu d’encaisser des profits ou y a-t-il d’autres gains à réaliser? Que signifie l’écart d’inflation entre les États-Unis et le Canada pour les taux d’intérêt?
Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
mars 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
mars 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?