No data was found
CA-FR Investisseurs

Dix grandes tendances en matière de placement pour 2024

Le point de vue mensuel de BMO Gestion mondiale d’actifs Édition spéciale

Décembre 2023

Il s’agit d’un numéro spécial du point de vue mensuel de BMO Gestion mondiale d’actifs. Nous reprendrons le format habituel en janvier.

De la hausse des taux d’intérêt à une inflation quasi record, l’année 2023 a mis à l’épreuve la force de caractère des investisseurs. Sur le plan géopolitique, un conflit au Moyen-Orient s’est ajouté à la guerre entre la Russie et l’Ukraine comme source d’incertitude et d’instabilité potentielle, tandis qu’aux États-Unis, une élection présidentielle importante se dessine à l’horizon. Par ailleurs, en ce qui concerne les marchés, on se souviendra surtout de 2023 comme de l’année où l’évolution de l’intelligence artificielle (IA) a pris le monde d’assaut, en propulsant les cours boursiers des sept « magnifiques » sociétés technologiques – Apple, Alphabet, Microsoft, Amazon, Meta, Tesla et Nvidia – dans la stratosphère.

De la hausse des taux d’intérêt à une inflation quasi record, l’année 2023 a mis à l’épreuve la force de caractère des investisseurs.

À l’approche de 2024, nous attendons toujours des réponses à ces défis et à d’autres, et de nouvelles questions se poseront certainement. Quelles forces façonneront les marchés et les économies pendant les douze prochains mois? Et quelle sera leur incidence sur les portefeuilles des investisseurs?
Ce numéro spécial du point de vue mensuel de BMO Gestion mondiale d’actifs présente nos meilleures perspectives sur ce que l’année à venir pourrait nous réserver, en s’appuyant sur des recherches approfondies, des données objectives, ainsi que sur l’expérience et le savoir-faire de notre équipe. Les sujets abordés, qui vont de la politique budgétaire à l’endettement des sociétés en passant par l’émergence des placements non traditionnels et l’état du portefeuille traditionnel composé à 60 % d’actions et à 40 % d’obligations, correspondront à dix grandes tendances de placement à surveiller en 2024.
No 1 : Récession

Dans quelle mesure le consensus économique est-il mauvais?

Les prévisions de récession remontent à plus d’un an, et de nombreux analystes, y compris nous-mêmes, considèrent toujours qu’un léger repli est le scénario le plus probable; en fait, le Canada entre peut-être déjà en récession technique. Cependant, il est important que les investisseurs ne portent pas trop attention au consensus économique lorsqu’ils prennent des décisions de placement à long terme. 2024 devrait voir le sommet des effets du resserrement de la politique monétaire et révéler un affaiblissement de l’économie, ce qui n’a rien d’étonnant. Pour les investisseurs, cela signifie simplement que l’année 2024 pourrait être celle où les titres à revenu fixe brilleront.

Prévisions consensuelles de Bloomberg pour 2023 Croissance du produit intérieur brut (PIB)
Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 31 octobre 2023.
No 2 : Inflation

La hausse des prix est-elle temporaire après tout?

Les craintes inflationnistes ont dominé l’année 2023 et des échos de l’inflation à deux chiffres des années 1970 se sont répercutés sur les investisseurs. La bonne nouvelle, c’est qu’au cours des derniers mois, la hausse des prix s’est largement normalisée, ce qui a apaisé certaines de ces préoccupations. Nous nous attendons à ce que le ralentissement de la croissance économique renforce une inflation faible et stable jusqu’en 2025 et à ce que cette normalisation serve probablement de facteur positif pour les actions et les obligations.
Inflation mondiale : Le pire est derrière nous

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 30/09/2023.

No 3 : Politique budgétaire

La hausse des taux d’intérêt ranimera-t-elle les faucons budgétaires?

Il va sans dire que la hausse persistante des taux d’intérêt ne cadre pas bien avec l’augmentation du fardeau de la dette des gouvernements. Aux États-Unis, les dépenses nettes en intérêts pour 2023 ont dépassé les 1 000 milliards de dollars et continuent d’augmenter. Parallèlement, l’opinion publique semble changer, les électeurs montrant de plus en plus leur insatisfaction à l’égard de la combinaison politique actuelle. La réponse se trouve-t-elle dans l’austérité? C’est peu probable – L’histoire nous montre que l’austérité budgétaire est la garantie virtuelle d’une récession. À notre avis, la voie de la moindre résistance pour les décideurs est la baisse des taux d’intérêt et peut-être la tolérance pour un taux d’inflation de 3 % plutôt que de viser la cible traditionnelle de 2 %.

Total de la dette publique américaine en circulation : Vers 35 000 milliards de dollars en 2024

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 31 octobre 2023.

Paiement d’intérêts sur la dette fédérale américaine

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 31 octobre 2023.

No 4 : Politique monétaire

Des taux d’intérêt plus élevés à long terme seront mis à l’épreuve

À mesure que le fardeau de la dette augmente, la croissance économique réelle et l’inflation devraient continuer de ralentir en 2024. Les marchés des titres à revenu fixe s’attendent à ce que le scénario le plus probable soit celui de taux plus élevés plus longtemps, mais nous pensons que même un atterrissage en douceur pourrait signifier des taux d’intérêt beaucoup plus bas, mais peut-être pas un retour à la politique de taux d’intérêt nuls (ZIRP) des années 2010.
Les taux à long terme dépendent de l’économie

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 8 novembre 2023. * Remarque : Moyenne mobile sur 8 trimestres.

Cours sur la courbe des prix à terme des marchés monétaires des fonds de la Réserve fédérale (la Fed) – Plus élevés pendant longtemps

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 8 novembre 2023.

No 5 : Levier financier des sociétés

Attention à l’augmentation du nombre de sociétés zombies

Des taux d’intérêt élevés posent de gros problèmes aux actions européennes et aux sociétés à petites capitalisations américaines. C’est le contraire de ce qui se passe pour les grandes sociétés technologiques américaines (comme celles qui sont cotées au Nasdaq) ainsi que pour les actions du Royaume-Uni et du Japon, qui sont moins exposées aux taux d’intérêt.

En général, l’exposition aux titres de créance est aussi plus importante au Canada qu’aux États-Unis. Ces différences créent une divergence entre les grands marchés boursiers mondiaux, ce qui signifie que le moment et l’ampleur des réductions de taux en 2024 pourraient être un facteur important du rendement relatif dans l’ensemble des régions et des secteurs.
Dette/BAIIA : Une dette des sociétés plus élevée se traduit par une plus grande sensibilité aux taux d’intérêt

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 8 novembre 2023. BAIIA : Bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements

No 6 : Géopolitique

Démondialisation ou régionalisation?

Les tensions entre les États-Unis et la Chine ont augmenté en 2023, et pourraient se poursuivre en 2024. Mais ne confondez pas la tendance à la démondialisation avec des changements régionaux et « amicaux » dans le commerce mondial. Pour les pays alignés sur les États-Unis, comme le Canada, la délocalisation dans une région proche ou amie est synonyme de hausse potentielle des occasions commerciales.
Croissance des importations américaines depuis 2020, par les pays amis des États-Unis qui s’en sortent mieux

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 30/09/2023.

No 7 : Politique américaine

Les années d’élection présidentielle aux États-Unis sont habituellement bonnes pour les actions

Voici une statistique intéressante : depuis 1952, l’indice S&P 500 n’a pas reculé au cours de l’année où un président sortant était candidat à la réélection. Oui, les actions ont à l’occasion reculé pendant ces années d’élection, mais dans chacun de ces trois cas, soit 1960, 2000 et 2008, il s’agissait d’une élection ouverte sans que le président sortant soit candidat. Pourquoi en est-il ainsi? En bref, les présidents ont tendance à utiliser tous les leviers politiques nécessaires pour stimuler l’économie, renforcer leur soutien et maximiser leurs chances d’être réélus.
Rendements du cours annuel de l’indice S&P 500 pendant les années d’élection présidentielle
Source : Strategas Research Partners

No 8 : Intelligence artificielle

Participez à la « Révolution »…

Les sociétés technologiques, y compris les sept « magnifiques » sociétés technologiques , trouvent de nouvelles façons d’élargir leurs activités déjà dominantes. En 2023, nous avons été témoins de l’empreinte croissante des technologies transformatrices comme l’IA dans tous les aspects de l’activité économique, y compris dans l’ancienne économie – c.-à-d. des secteurs comme la fabrication et l’agriculture. Ne soyez pas surpris si les grandes sociétés technologiques continuent de dominer en 2024.

Plateformes technologiques : Temps pour atteindre 100 millions d’utilisateurs

Rang
Plateforme
Lancement
Délai avant d’atteindre 100 M d’utilisateurs
1
Threads
2023
5 jours
2
ChatGPT
2022
2 mois
3
TikTok
2017
9 mois
4
WeChat
2011
1 an et 2 mois
5
Instagram
2010
2 ans et 6 mois
6
Myspace
2003
3 ans
7
WhatsApp
2009
3 ans et 6 mois
8
Snapchat
2011
3 ans et 8 mois
9
YouTube
2005
4 ans et 1 mois
10
Facebook
2004
4 ans et 6 mois
Source: Visual Capitalist.
No 9 : Placements non traditionnels

La quête de la diversification prendra de la vitesse

Les investisseurs individuels cherchent de plus en plus à investir comme les grandes institutions, en s’exposant à des catégories d’actif non traditionnelles et à des styles de placement afin d’accroître la diversification du portefeuille. Même si les taux d’intérêt se sont normalisés par rapport aux faibles niveaux de la dernière décennie, la forte volatilité des marchés a encore une fois encouragé les investisseurs à diversifier leurs placements avec des placements non traditionnels comme le capital-investissement, les titres de créance privés, l’immobilier et les infrastructures.

La croissance des placements non traditionnels (2010-2022)

La croissance des placements non traditionnels (2010-2022)
Source : Preqin Pro, au 18 janvier 2023.

No 10 : Relance du portefeuille 60/40

Il est temps de profiter de la hausse des taux d’intérêt

Cela ne fera peut-être pas les manchettes, mais le portefeuille traditionnel composé à 60 % d’actions et à 40 % d’obligations a produit de bons résultats au fil des ans. Dans les années 2010, la faiblesse des taux d’intérêt a reporté le fardeau des rendements attendus sur les actions. Mais plus récemment, les taux obligataires qui ont atteint des niveaux inégalés depuis la crise financière mondiale de 2007-2008 ont contribué à rajeunir le portefeuille 60/40 et justifié sa répartition en titres à revenu fixe.
Le Portefeuille équilibré depuis 1928

Sources : Bloomberg, BMO Gestion mondiale d’actifs, au 31 octobre 2023.

Mot de la fin
L’année 2023 a procuré plusieurs bonnes surprises aux investisseurs, car l’économie a traversé un contexte difficile dominé par une inflation et des taux d’intérêt élevés. À bien des égards, nous pensons que les investisseurs devraient être plus confiants à l’approche de la nouvelle année, le pire de la tempête étant largement derrière nous. Nous nous attendons à ce que 2024 soit davantage une année où les effets du resserrement de la politique monétaire seront longs et variables. Contrairement à 2023, cela devrait limiter la possibilité d’importantes surprises économiques positives et révéler des cicatrices de récession, en particulier au Canada, mais aussi en Europe. Dans ce contexte, les banques centrales devraient normaliser leur politique monétaire et réduire leurs taux d’intérêt en 2024. Nous pensons qu’il existe un ensemble plus large de trajectoires macroéconomiques pour que les titres à revenu fixe brillent en 2024, mais le rendement des actions pourrait ultimement dépendre de la façon dont les banques centrales réussiront à faire un atterrissage en douceur, surtout celle des États-Unis. La poursuite d’une « désinflation parfaite » serait probablement un facteur favorable modéré pour les actifs à risque, mais nous admettons aussi que l’histoire n’a généralement pas été favorable aux actions lorsque l’activité économique mondiale entrait en récession.

À bien des égards, nous pensons que les investisseurs devraient être plus confiants à l’approche de la nouvelle année, le pire de la tempête étant largement derrière nous.

L’histoire récente a prouvé qu’il est essentiel que les investisseurs fassent preuve de souplesse lorsqu’ils composent avec des marchés financiers turbulents. Bien qu’ils puissent trouver ces contextes stressants, ceux-ci s’avèrent généralement idéaux pour saisir les occasions plus tactiques dans les solutions de portefeuille, parce que les marchés peuvent souvent passer de l’exubérance et de l’obsession à un pessimisme et à une peur excessifs.

Avis

Les opinions exprimées par le gestionnaire de portefeuille représentent son évaluation des marchés au moment de la publication. Ces opinions peuvent changer en tout temps et sans préavis. Les renseignements fournis dans le présent document ne constituent pas une sollicitation ni une offre relative à l’achat ou à la vente de titres, et ils ne doivent pas non plus être considérés comme des conseils de placement. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Cette communication est fournie à titre informatif seulement.

 

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

 

Le présent document est fourni à titre informatif seulement. L’information qui s’y trouve ne constitue pas une source de conseils fiscaux, juridiques ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements doivent être évalués en fonction des objectifs de chaque investisseur. Il est préférable, en toute circonstance, d’obtenir l’avis de professionnels.

 

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

 

MC/MD Marque de commerce / marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Perspectives

Sadiq Adatia
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
26 février 2024
mars 2024

Comment Nvidia est-elle devenue la nouvelle Apple?

L’action de Nvidia s’envole : le moment est-il venu d’encaisser des profits ou y a-t-il d’autres gains à réaliser? Que signifie l’écart d’inflation entre les États-Unis et le Canada pour les taux d’intérêt?
Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
mars 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
mars 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?
Commentaire hebdomadaire
12 février 2024
mars 2024

Analyser les problèmes du marché boursier chinois

Quelle sera l’incidence de la récente vente massive d’actions chinoises sur les perspectives des marchés émergents? Comment les marchés du travail ont-ils résisté aux récentes mises à pied?