No data was found
CA-FR Investisseurs

Pourquoi la lutte contre les changements climatiques est importante pour les investisseurs

3 mai 2023

Les changements climatiques sont un sujet brûlant, au sens propre comme au sens figuré. Mais pourquoi les investisseurs devraient-ils garder la lutte contre les changements climatiques sur leur écran radar? Graham Takata, directeur général, Changements climatiques, BMO Gestion mondiale d’actifs, décrit les risques – et les occasions – de la transition vers une économie carboneutre.

Pourquoi la lutte contre les changements climatiques est importante pour les investisseurs

L’Europe a connu sa pire sécheresse depuis des années pendant l’été 2022. Celle-ci a fait nettement chuter les niveaux d’eau du Danube et d’autres grands cours d’eau, à tel point qu’elle a exposé les navires de guerre allemands coulés lors de la Seconde Guerre mondiale1 et a obligé les navires à réduire leur cargaison2 ou à s’échouer. Par conséquent, la chaîne d’approvisionnement a été fortement perturbée et le coût d’expédition de toutes sortes de biens a augmenté, ce qui a eu des répercussions sur les entreprises partout dans le monde. Cela nous a rappelé que les conséquences des changements climatiques peuvent avoir des répercussions imprévues sur nous – et pourquoi la lutte contre les changements climatiques devrait être sur l’écran radar de tous les investisseurs.

Le prix des transports sur le Rhin monte en flèche : Coût du transport du gazole vers Bâle, en Suisse

Coût du transport du gazole vers Bâle, en Suisse. 2018 au 2023

Sources : Insights Global, Bloomberg. Données au 10 août 2022.

La lutte contre les changements climatiques exige un mouvement mondial afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 C.3 Pour réussir à se diriger vers une économie à faibles émissions de carbone, il est essentiel de comprendre les risques et les occasions liés aux changements climatiques dans le cadre de cette transition.

Une bonne façon de penser aux répercussions potentielles des changements climatiques sur une entreprise consiste à tenir compte de leurs risques physiques et liés à la transition. Les risques physiques peuvent être des tempêtes intenses, entraînant des inondations, ou des événements à long terme, comme une sécheresse. Ces événements peuvent causer des dommages considérables à la propriété, comme les feux de forêt de 2016 à Fort McMurray, ou entraîner une flambée du prix des aliments. Les risques liés à la transition comprennent une vaste gamme de préoccupations liées aux politiques, aux technologies et au marché qui surviennent tout au long de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Par exemple, une société de logistique cherchera à comprendre comment la politique sur le carbone pourrait aider à l’abandon du transport par camion en faveur du transport ferroviaire. Une FPI voudra savoir si les immeubles qu’elle construit en appliquant les normes actuelles seront toujours désirables pour les locataires en 2050. Pour les gestionnaires d’actifs comme BMO Gestion mondiale d’actifs, il est important de comprendre comment les sociétés prennent en compte et gèrent ces risques. Mais il est également essentiel d’appréhender les occasions qui se présenteront, tant au pays qu’à l’échelle mondiale, pendant la transition vers une économie carboneutre.

En tant qu’investisseurs, la question que nous nous posons est la suivante :
à quoi le monde ressemblera-t-il en 2050?

En évolution, occasion

En tant qu’investisseurs, la question que nous nous posons est la suivante : à quoi le monde ressemblera-t-il en 2050? Et que devons-nous faire pour créer une économie à faibles émissions de carbone?

Nous entendons beaucoup parler des défis liés à une transition vers une économie à faibles émissions de carbone, mais pas autant des nombreuses occasions qui s’offrent aux investisseurs. Au-delà des secteurs bien connus comme l’énergie verte, l’économie à faibles émissions de carbone aura besoin d’investissements dans les infrastructures intelligentes, les métaux, les mines, le stockage d’énergie, les véhicules électriques, l’agriculture, la chaîne d’approvisionnement et plus encore. Tous ces secteurs ont un rôle à jouer alors que nous construisons une économie plus durable.

Il est important de souligner que l’on ne construit pas une économie à faibles émissions de carbone simplement en plafonnant ou en limitant l’activité économique pour rester à l’intérieur des limites carbones de la planète. Nous devons plutôt nous concentrer sur le « découplage » de la productivité et des émissions, de sorte que la croissance économique et la prospérité puissent se poursuivre d’une manière durable pour la population et la planète. Il faudra pour cela une incroyable transformation de l’économie réelle.

Pour y parvenir, les produits, les services et les entreprises d’aujourd’hui devront passer à un nouveau paradigme de faibles émissions de carbone, tout en conservant ce qui les rend viables en premier lieu. Comme l’a dit Janet Yellen4, « le transfert des capitaux des placements à forte intensité carbonique aux placements carboneutres est probablement le changement économique le plus spectaculaire et le plus prévisible de l’histoire de l’humanité ». Alors que nous cherchons à composer avec la transition, une meilleure compréhension de ce à quoi ressemblera 2050 offre un avantage évident pour comprendre les occasions aujourd’hui.

Profils des produits : ZCLN et GRNI

Vous souhaitez saisir des occasions dans le cadre de la transition verte? Le FINB BMO actions du secteur énergie propre (ZCLN) reproduit l’indice S&P Global Clean Energy, qui offre une exposition liquide et négociable à une cible de 100 sociétés de partout dans le monde qui participent à des activités liées à l’énergie propre. Le BMO Brookfield Fonds mondial d’infrastructures d’énergie renouvelable série FNB (GRNI) est une série FNB à gestion active axé sur l’énergie renouvelable et les infrastructures, les technologies propres et la durabilité de l’eau, en mettant l’accent sur des caractéristiques qui s’apparentent à celles des infrastructures afin d’atténuer le risque.

Faire le lien : le rôle d’un gestionnaire d’actifs

Le monde est intimement connecté et, en tant que gestionnaire d’actifs, BMO Gestion mondiale d’actifs peut jouer un rôle en contribuant à établir des liens et à faire ressortir les risques liés au climat, y compris ceux que les gens n’associent habituellement pas aux changements climatiques.

Pour nous, la lutte contre les changements climatiques ne concerne pas seulement les sociétés dans lesquelles nous investissons. Dans le cadre de nos activités de gérance, nous travaillons aussi avec les organismes de réglementation et les décideurs sur des politiques climatiques efficaces. L’année dernière, certains de nos jalons les plus importants ont été la mobilisation directe des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), de la Security and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis et de l’International Sustainability Standards Board (ISSB) afin de partager nos points de vue et nos commentaires à l’appui de la divulgation obligatoire de l’information sur les changements climatiques, ce qui améliorera la capacité d’un investisseur à évaluer les risques climatiques et à repérer les occasions.

S’il y a un thème persistant qui sous-tend la transition vers une économie durable, c’est que personne ne peut y parvenir seul – ni les gouvernements, ni les sociétés, ni le secteur financier. C’est cette interconnexion qui oriente notre approche en matière de mobilisation et de gérance. C’est pourquoi, en plus de communiquer directement avec les sociétés, nous discutons avec les gouvernements des politiques climatiques émergentes et avec les associations sectorielles comme Pathways Alliance, qui dirige la stratégie de carboneutralité des plus grands producteurs de sables bitumineux du Canada, afin de soutenir les progrès sectoriels en matière de décarbonisation. Nous collaborons également avec d’autres investisseurs. L’une de ces activités de mobilisation collaborative impliquait TransAlta, que nous avons encouragée à établir des cibles plus ambitieuses dans le cadre de notre collaboration avec Engagement climatique Canada, et en réponse, TransAlta a devancé son objectif de carboneutralité à 2045 plutôt que 2050.

Faits saillants de 2022 sur le climat de BMO Gestion mondiale d’actifs

La mobilisation de BMO Gestion mondiale d’actifs auprès de l’ACVM, de la SEC et de l’ISSB au sujet de la divulgation obligatoire de l’information sur les changements climatiques ne sont que quelques-uns des principaux jalons présentés dans le Rapport annuel sur l’investissement responsable de 2022 de BMO Gestion mondiale d’actifs, qui a récemment été publié. Autres points saillants :

  • Initiative Net Zero Asset Managers (NZAM): En 2021, BMO Gestion mondiale d’actifs est devenue le premier gestionnaire d’actifs canadien à s’engager à l’égard de la NZAM, une initiative mondiale ambitieuse appuyant l’Accord de Paris et la transition vers une économie carboneutre. L’an dernier, nous avons élargi notre engagement à 15 fonds, ce qui signifie que 11,7 % de nos stratégies5 sont maintenant gérées conformément à ces objectifs climatiques. Ces fonds sont soutenus par des analyses climatiques plus approfondies et une concentration accrue sur la mobilisation auprès des sociétés qu’ils détiennent. Grâce à nos propres efforts et à notre participation à des initiatives collaboratives comme la NZAM, nous intervenons actuellement auprès de sociétés qui représentent plus de 90 % des émissions de carbone de ces 15 fonds. Le fait de jouer un rôle actif dans le soutien à la décarbonisation demeure l’un de nos principaux objectifs, et nous visons à accroître notre engagement au fil du temps.
  • Campagnes de lutte contre les changements climatiques: BMO Gestion mondiale d’actifs a lancé ses deux premières campagnes de lutte contre les changements climatiques en 2022. Chaque campagne jumelle l’un de nos cinq sous-thèmes climatiques avec un secteur pertinent afin de mieux évaluer les risques climatiques au sein de notre portefeuille. Les sous-thèmes traitent de différentes catégories d’enjeux sous-jacents qui sont, selon nous, importants pour nous en tant qu’investisseurs, notamment :
    • Atteindre l’objectif de carboneutralité – Accélérer la décarbonisation de l’économie vers l’objectif de carboneutralité avant 2050.
    • Favoriser une transformation de l’énergie en énergie propre – Transformer les systèmes et l’utilisation d’énergie pour alimenter un avenir durable.
    • Résilience aux changements climatiques – Renforcer les capacités pour s’adapter et prospérer dans les conditions climatiques actuelles et futures.
    • Protéger notre capital naturel – Assurer la gérance responsable du capital naturel et des services écosystémiques essentiels.
    • Faire progresser une économie circulaire – Favoriser l’innovation et l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement afin de réduire au minimum le gaspillage et de progresser vers une économie circulaire.

Notre campagne de capital naturel évalue l’exposition des entreprises alimentaires et agricoles aux risques liés aux terres, à l’eau, aux services écosystémiques et à la biodiversité. Parmi les enjeux, mentionnons les pratiques d’utilisation durable des sols, la déforestation illégale, l’exploitation dans les régions touchées par le stress hydrique et la biodiversité, qui peuvent tous avoir une incidence sur les chaînes d’approvisionnement et d’autres activités commerciales.

Notre campagne sur la résilience aux changements climatiques met l’accent sur le secteur de l’immobilier et de la construction, et nous examinons de plus près les risques physiques pour les actifs découlant d’événements climatiques de plus en plus graves, comme les feux de forêt, les ouragans et les inondations. Les sociétés immobilières et de construction s’attendent à ce que les immeubles qu’elles construisent durent de 50 à 100 ans. C’est pourquoi les investisseurs doivent porter une attention particulière à la protection future de leurs actifs pour répondre à la demande actuelle et future d’immeubles écologiques à rendement élevé.

L’adoption d’une approche sectorielle dans le cadre de nos campagnes de lutte contre les changements climatiques nous permet d’évaluer le rendement par rapport à nos pairs d’une manière qui n’est pas réalisée au moyen de mobilisations individuelles traditionnelles. Elle nous permet également de repérer des occasions dans nos portefeuilles en comprenant comment les sociétés de premier plan mettent en œuvre des mesures de lutte contre les changements climatiques. Au fil du temps, nous prévoyons lancer des campagnes similaires pour nos autres sous-thèmes climatiques.

S’il y a un message général qui mérite d’être souligné – un point important à retenir pour les investisseurs, c’est l’accélération de la lutte contre les changements climatiques.

Le grand point à retenir : le dynamisme

Comme le montre notre Rapport annuel sur l’investissement responsable de 2022, l’année dernière a présenté une multitude d’excellents exemples liés aux changements climatiques, à la fois à BMO Gestion mondiale d’actifs et à l’échelle mondiale. S’il y a un message général qui mérite d’être souligné – un point important à retenir pour les investisseurs, c’est l’accélération de la lutte contre les changements climatiques. Cette accélération prend de l’ampleur sur tous les fronts : les organismes gouvernementaux, les organismes de réglementation et les investisseurs travaillent ensemble pour renouveler les politiques, les pratiques et les lois, y compris les exigences en matière de divulgation de l’information sur les émissions de carbone; le groupe de travail sur les informations financières liées à la nature a été lancé, en s’appuyant sur le succès du Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (GIFCC); le Cadre mondial de Kunming-Montréal pour la biodiversité a été adopté à la conférence de la COP15 de décembre; et à BMO Gestion mondiale d’actifs, nous avons de nouveau relevé la barre en matière de lutte contre les changements climatiques avec de nouveaux engagements et initiatives, et en intégrant plus profondément les facteurs ESG à notre façon de faire des affaires.

C’est une période exaltante, et nous sommes fiers de participer à la transition vers une économie plus verte et plus durable.

Certains des produits et services offerts sous le nom BMO Gestion mondiale d’actifs sont conçus spécifiquement pour différentes catégories d’investisseurs issus d’un certain nombre de pays et de régions, et peuvent ne pas être accessibles à tous les investisseurs. Les produits et les services sont offerts seulement aux investisseurs des pays et des régions où les lois et règlements applicables l’autorisent.

 

La présente communication constitue une source générale d’information. Elle n’est pas conçue comme une source de conseils juridiques, fiscaux ou de placement et ne doit pas être considérée comme telle. Les placements particuliers ou les stratégies de négociation doivent être évalués en fonction de la situation de chaque investisseur. Il est recommandé aux particuliers de demander l’avis de professionnels compétents au sujet d’un placement précis. Le rendement passé ne garantit pas le rendement futur.

 

Tout énoncé qui repose nécessairement sur des événements futurs peut être une déclaration prospective. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement. Elles comportent des risques, des éléments d’incertitude et des hypothèses. Bien que ces déclarations soient fondées sur des hypothèses considérées comme raisonnables, rien ne garantit que les résultats réels ne seront pas sensiblement différents des résultats attendus. L’investisseur est prié de ne pas se fier indûment aux déclarations prospectives. Concernant les déclarations prospectives, l’investisseur doit examiner attentivement les éléments de risque décrits dans la version la plus récente du prospectus simplifié.

 

Sauf indication contraire, tous les chiffres et relevés sont en date de la fin du mois. Le rendement est calculé avant déduction des frais de gestion. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs.

Les placements dans des fonds négociés en bourse peuvent comporter des frais de courtage, des frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire les Aperçus des FNB ou les prospectus des FNB BMO avant d’investir. Les taux de rendement indiqués sont les taux de rendement composés annuels historiques globaux; ils tiennent compte de l’évolution de la valeur des parts et du réinvestissement de tous les dividendes ou montants distribués, mais non des commissions qui se rattachent aux ventes, aux rachats ou aux distributions ni des frais facultatifs ou de l’impôt payables par le porteur de parts, lesquels auraient réduit le rendement. Les fonds négociés en bourse ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur.

 

Pour connaître les risques liés à un placement dans les FNB BMO, veuillez consulter les risques spécifiques énoncés dans le prospectus du FNB BMO. Les FNB BMO s’échangent comme des actions, ils peuvent se négocier à escompte à leur valeur liquidative et leur valeur marchande fluctue, ce qui peut augmenter le risque de perte. Les distributions ne sont pas garanties et sont susceptibles d’être changées ou éliminées.

 

Les FNB BMO sont gérés par BMO Gestion d’actifs inc., qui est une société gestionnaire de fonds d’investissement et de portefeuille et une entité juridique distincte de la Banque de Montréal.

 

BMO Gestion mondiale d’actifs est une marque de commerce sous laquelle BMO Gestion d’actifs inc. et BMO Investissements inc. exercent leurs activités.

 

MC/MD Marque de commerce / marque de commerce déposée de la Banque de Montréal, utilisée sous licence.

Reccomended

article collection

Mutual Funds

Perspectives

Multiactif
22 février 2024

L’exception américaine : comment les marchés américains surpassent les marchés baissiers… encore

Les réactions à ces nouvelles ont été mitigées sur les marchés, mais ces déclarations nous ont donné ce que nous recherchions depuis des mois : une plus grande clarté.
Steven Shepherd profile photo
Commentaire
22 février 2024

Commentaire de février sur les portefeuilles de FNB BMO : Les réductions de taux voient leur ombre

La lenteur du début de janvier s’est rapidement transformée en une continuation de la remontée généralisée du quatrième trimestre aux États-Unis, la période de publication des résultats ayant donné lieu à des hausses de bénéfices supérieures à la moyenne.
Commentaire
22 février 2024
février 2024

Le point sur le marché de l’hiver 2024 – Financement immobilier commercial : Des briques, des clics et du changement

Traditionnellement lente, l’immobilier commercial s’adapte désormais plus rapidement à l’évolution des comportements.
Commentaire hebdomadaire
20 février 2024
février 2024

Que se passe-t-il avec les obligations?

Que signifient une inflation plus élevée que prévu et une baisse des cours obligataires pour les perspectives des titres à revenu fixe? L’ascension de l’intelligence artificielle se poursuivra-t-elle ou l’optimisme finira-t-il par faire son temps?
Commentaire hebdomadaire
12 février 2024
février 2024

Analyser les problèmes du marché boursier chinois

Quelle sera l’incidence de la récente vente massive d’actions chinoises sur les perspectives des marchés émergents? Comment les marchés du travail ont-ils résisté aux récentes mises à pied?
Sadiq Adatia
Commentaire hebdomadaire
5 février 2024
février 2024

Pourquoi les sociétés à petite capitalisation pourraient se redresser en 2024

Que devraient penser les investisseurs des commentaires du président Powell après la dernière annonce de la Fed concernant les taux? L’immobilier commercial pourrait-il déclencher une autre crise bancaire régionale semblable à celle de SVB?